J-6 : faire respirer la démocratie

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

C’est entendu, N. Sarkozy a gagné l’élection présidentielle. Nous sommes entrés dans une phase nouvelle de la Vème République où une véritable « hyperprésidence » est en train de se dérouler sous nos yeux.

Une équipe verrouillée : François Fillon le concède lui-même, il est un « super directeur de cabinet » de M. Sarkozy. Aujourd’hui, quand on veut savoir quelque chose, il vaut mieux écouter Henri Guaino, conseiller spécial du Président qu’un quelconque Ministre. Il les a par exemple sévèrement mouché sur le cafouillage des déductions d’intérêts pour les prêts logement. Tous les directeurs de cabinet, voire les directeurs adjoints, les conseillers ont été nommés avec l'aval de l'Elysée. Même Rachida Dati a eu le "bonheur" de découvrir son directeur de cabinet sans l'avoir rencontré auparavant. Bien sûr, sa nomination ne repose que sur son "mérite", sarkozyste bien sûr...

Une opposition que l'on cherche à réduire à néant : les débauchages qui ont suivi l’élection présidentielle, les différentes manœuvres ont eu pour objectif d’annihiler toute opposition. On apprend aujourd’hui que l’un des propositions reprises de S. Royal (dans une version « allégée ») reprise par N. Sarkozy est tout simplement annulée : la présidence de la commission des Finances confiée à l’opposition. Cette proposition a été remrise en cause alors que contrairement à la proposition faite par S. Royal et réitérée par le PS pour cette campagne législative, la commission des Finances n'a aujourd'hui que trop peu de povuoirs et qu'il faudrait lui confier une véritable capacité d'investigation. Même cela, l’UMP le veut, l’UMP veut tout contrôler, partout, tout le temps : des images du jogging du Président aux articles qui lui plaisent ou non.
En outre, bien sûr VGE et Mitterrand s'étaient impliqués dans des campagnes législatives mais dans leurs cas, il s'agissait (élections législatives 1978 et de 1986) de campagnes particulièrement difficiles, où une déroute, relative ou avérée était même attendue. Dans ce cas, à part si l'Elysée dispose de chiffres secrets (on est preneurs), les Français sont prêts à reconduire les sortants, tellement efficaces pendant 5 ans, y compris les pires (Carignon, Vanneste...). Donc pourquoi diable le Président de la République, représentant de tous les Français, a-t-il besoin de s'engager autant, avec un discours aussi haineux que celui du Havre, où il fustige 17 millions de Français qui parce qu'ils ont voté à gauche seraient les derniers représentants de la "pensée unique" ? Pourquoi, parce que Sarkozy, l'éternel candidat, ne se contente pas de l'Elysée. Il veut tout, partout.

Mais c'est vrai, tout va bien. Les Français semblent tout apprécier, tout ce que dit, tout ce que touche Nicolas Sarkozy se transforme en or. Pourtant, certains se détachent de la « pensée unique » de certains Français tellement décriée par l’éternel candidat pour émettre allez quelques réserves sinon de profondes critiques contre la stratégie gouvernementale.


L--gislatives.jpg

1. Le rapport du Conseil d’Analyse Economique placé sous l’autorité du Premier ministre a remis en cause dans son dernier rapport l’une des mesures-phares du candidat Sarkozy, à savoir la défiscalisation des heures supplémentaires. L’archéo-marxiste Patrick Artus n’hésite pas en tenant de la « pensée unique » qu’il est ou de la « gauche caramel mou » (après les raffarinades, voici venu le temps des fillonettes), à remettre en cause la défiscalisation des heures supplémentaires. Selon ces économistes, voici qu’elles seront les effets :

* Risque de coût exorbitant pour les finances publiques, a minima 4 Mds € ;

* Complexité accrue du système fiscal, avec nouvelle création de niches ;

* Favorise les salariés installés au détriment des chômeurs. Patrick Artus aurait-il trop lu S. Royal ?

* Ne manquera pas de créer des effets d’aubaine, dans la mesure où salariés et employeurs auront communément intérêt à « abaisser le taux de salaire des heures normales et à déclarer fictivement un grand nombre d'heures supplémentaires afin de bénéficier des avantages fiscaux ».

2. La déduction fiscale des intérêts sur les prêts logement (voir post correspondant) : de la même façon, le néo-léniniste Marc Touati remettait en cause cette mesure aux effets négatifs voire nuls sur la croissance et une mesure d’un coût de 10 milliards € ;

3. La Commission européenne vient aujourd’hui de sonner l’alarme, en disant très clairement que les 20 Mds € de cadeaux fiscaux contenaient aussi de « mauvaises mesures » et que le temps d’une croissance forte doit être celui d’une réduction des déficits ;

4. Un rapport accablant sur la Seine-Saint-Denis a été publié par l’INHES, dépendant directement du Ministère de l’Intérieur, encore un repère d’immondes idéologues gauchisant dénonçant je cite :

* Des relations en dégradation constante entre les administrés et les policiers, ces derniers se montrant d’une « agressivité » et d’un « non-respect » général en raison non pas d’une prédisposition à la violence des policiers mais d’un « parachutage » de companies CRS de la Creuse en Seine-Saint-Denis, qui ne connaissent ni ces quartiers ni les populations qui s’y trouvent ;

* La police de proximité avait des « effets positifs » et sa remise en cause a été l’un des éléments expliquant la dégradation « catastrophique » des relations entre policiers et citoyens.

Mais bien sûr nous n’en saurons pas plus parce que ce rapport n’est pas public. Et bien sûr les idées de la gauche, que l’on retrouve dans l’ensemble de ces critiques et des propositions qu’elle fait, ne sont que "dépassées", indignes même de la France (je reprends les mots du superdircab de Sarkozy, Fillon). Après cela, on va encore nous dire que la gauche diabolise...

Face à ces dénis de démocratie, face à une majorité présidentielle dont le seul but est d’écraser toute opposition politique, il faut plus que tout à J-6 du premier tour des élections législatives qui vont dessiner notre futur nous mobiliser, mettre en avant notre programme, nos contre-propositions pour permettre une démocratie qui respire encore pendant 5 ans.

Jonathan Gindt 

 

Commenter cet article

PAUL 07/06/2007 00:37

il falalit lire "dire que le vote FN est protestataire"

PAUL 07/06/2007 00:35

@emmelineil est trop tard pour gagner les elections en tentant de changer l'avis des electeurs convaincus par le programme bidon de Sarkozy.Le seul moyen de ganger c'est une alliance tres tres claire avec Bayrou. Le programme socialiste etait le meilleur mais les gens n'ont pas votes pour car ils ont ete bernes (les abruits) ,realoser leur famtasmes racistes est plus emportant que leur bien-etre economique (les racistes) ou ce n'est aps dans leur interet (lew riches). Un mois entre els deux elections c'est trop court pour changer cela. Pour avncer comme tu dis il faut donc parler allaince pas economie:d'aileurs ils emble que lentement on comprend cela au PS amsi aps assez vite :(@sharkyDire que le vote FN c'est laisser ces electeurs s'en tirer a bon compte: c'est pour al plaupart uh vote raciste.Pour le vote extreme-gauche il est clair que ces electeurs ne sont ni marxiastes ni trotskistes pour la plupart (je suis sur que tres peu on lu Marx en fait) mais c'est un vote clairement choisi qui indique le desir de revendications alant plus lion que celles du PS :ces gens la savent tres bien ce qu'ils font en votant extreme-gauche.Amis ils sont aussi realistes c'est pour cela qu'ils soutinnet le PS au deuxieme tour.rein de protestataire dans tout cela.

grutman 06/06/2007 21:10

@ Sharky:D'une, je ne suis pas suisse, je fais mon année à l'étranger sur les rives du Léman.Et surtout, dire besancenot = mégrert=raclures montre à quel point tes lunettes sont déformantes. La proximité entre le premier et Staline n'a rien à voir avec celle du second avec Hitler. Et si je suis aussi anti-totalitaire que toi, le totalitarisme d'après des idées de générosité ou celui d'après des "idées" racistes, ça n'est pas la même chose. Dire cela n'enlève rien à l'abjection que m'inspire l'URSS stalinienne, les famines en Ukraine, le goulag... Respecte ceux qui ne pensent pas comme toi: je suis social-démocrate, et je connais des gens qui sont à la LCR et qui sont infiniment plus fréquentable que certains de l'UMP.Et puis je ne suis pas un supporter, je suis un militant. Même si c'est dur de te supporter...Sur ce, allez les Bleus !

Sharky 06/06/2007 20:45

OK ce n'est pas le débat mais c'est vous qui l'avez cherché et votre position est finalement bien pathétique, sans doute votre jeunesse rebelle romantique.J'imagine que par sang vous reprennez les arguments fallacieux de Paul, votre nouvel ami qui vous aura vite contaminé. Comme on vous l'a déjà dit par ailleurs, on ne peux attribuer à un parti les agissements d'individus même s'ils font parti d'un parti justement.En jouant à ce petit jeu malsain et ces raisonnements à 2 balles dignes de la maternelle, on peut en trouver un paquet.PS, souvenez vous du sang contaminé!Staline a tué bien plus de gens qu'Hitler, donc le communisme est plus mauvais que le fascisme... On peut en trouver une ribambelle de conneries dans ce genre que vous répandez.Besancenot, Megret même raclures! Est-ce clair?Tu peux m'expliquer ce que tu veux grand sage Grutman mais on n'est pas impressionné par tes analyses politiques ici. Ah c'est vrai il 'y en a pas, tu es juste supporter! C'est drole je croyais que c'était neutre les suisses.

grutman 06/06/2007 19:35

Mais c'est fou qu'il faille encore aujourd'hui expliquer aux gens de droite qu'on ne peut pas mettre sous le même plan Besancenot et Mégret...