Oui, nous devons (aussi) refuser le pouvoir absolu

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Le premier tour des élections législatives est passé. Le PS et l’ensemble de la gauche n’ont pas assez réussi à convaincre les Français de venir voter. Cela s’est du même coup traduit par une abstention  massive de l’électorat de gauche, malgré une certaine résistance du PS et de ses alliés, qui augmentent même leur score (en pourcentage de voix par rapport à 2002), la défaite est certaine. Face à cela, ils ont trouvé des électeurs de droite, mobilisés comme à leur accoutumée, tellement disciplinés qu’ils sont prêts à voter pour n’importe quelle bourrique étiquettée UMP ou en photo avec Nicolas Sarkozy. Pour s’en convaincre, voir les scores de Jean Tibéri (élu depuis 35 ans dans « sa » circonscription), d’Alain Carignon (qui devance un candidat sortant de droite bien plus présentable… mais pas d’étiquette UMP) ou encore de Didier Julia (73 ans, 7ème mandat, le renouveau politique en action et surtout dont l’action a mis en péril la vie de deux otages français), sans parler de députés plus anonymes, c’est le cas de le dire, mais tout aussi inutiles.

Le PS et la gauche est certes parti perdants dans ces élections. Mais l’argument des contre-pouvoirs nécessaire au pouvoir hégémonique sarkozyste n’est pas un argument de pacotille.

Dans quel pays démocratique a-t-on vu un même parti contrôler plus des deux tiers non seulement d’une chambre mais de l’ensemble du Parlement (c’est-à-dire aussi du Sénat, ce que la gauche n’a jamais eu !) ?
Dans quel pays observe-t-on que 40% des voix correspondent à 80% des sièges ?

Dans quel pays le chef de l’Etat a-t-il tant de pouvoirs, jusqu’à nommer les directeurs de cabinet de ces Ministres, sans que le Parlement n’ait pas la possibilité de le censurer (cf par exemple la procédure de l’impeachment aux Etats-Unis) ?

Dans quel pays parle-t-on d’un « statut » de l’opposition alors que cette dernière ne pourrait avoir que 60 députés, tout en rassemblant 17 millions de Français ?

Dans quel pays les principales autorités régulatrices sont-elles toutes nommées par le Président de la République, sans aucun droit de regard des parlementaires ? Et à quoi bon cela servirait-il que le Parlement les avalise au 2/3, comme le propose Nicolas Sarkozy, dans la mesure où la majorité est de toute façon supérieure à cet étiage ?

En France, avec l’Etat UMP qui s’annonce, nous aurons donc et très clairement un pouvoir omnipotent, omniprésent. Et cela reste un argument parce que cela nous permettre d’être l’un des moteurs de la réforme institutionnelle que nous devrons mener, que nous avons déjà promise, mais que nous devrons inscrire dans notre refondation :

- remise en cause de la carte électorale charcutée par M. Pasqua en 1986, et « fondée » sur le recensement de 1982... Cela fait trois fois que le Conseil Constitutionnel répète le « principe des 20% maximum », c’est-à-dire la réduction à 20% maximum des écarts de représentativité entre chaque circonscription. Comment peut-on par exemple accepter que les 34 374 habitants de la 2e circonscription de Lozère ont droit à un député et sont traités sur le même pied que les 188 200 habitants de la 2e circonscription du Val-d'Oise ?

- inscription très claire d’une dose de proportionnelle, entre 20 et 30% ;

- suppression de l’ensemble des nominations des membres des instances de régulation par le Président de la République, sans parler des nominations officieuses dans les grandes entreprises publiques ;

- réflexion sur l’avenir du Sénat qui reste actuellement une indiscutable "anomalie démocratique".

Rajoutons à cela que les arguments de la droite pour rejeter l’idée d’une majorité « absolue » sont absolument faux factuellement :

- en 1981, le PS avait certes la majorité absolue (280 députés sur 460) mais les députés PCF n’étaient certainement pas des députés godillots, même interdits de voter contre les LF, voire une motion de censure du gouvernement comme le sont par exemple les députés « Nouveau » centre. Et surtout la gauche ne détenait ni le Sénat ni l’ensemble des départements et des instances locales. Quant aux media, je ne crois pas que les journalistes vedette de l’époque, Elkabach (déjà), Duhamel, Mourousi… aient subitement viré socialo-communiste comme dirait l’autre ? Et je ne parle pas du CNPF et des entreprises non nationalisées, qui à ma connaissance ou alors la France était un pays soviétique diront certains (?) de l’époque qui sont restées très liées à la droite ;

- la gauche détient peut-être 20 régions sur 22 et 51 départements (la droite en a 49 autres… les pauvres…) mais depuis quand ce sont ces entités qui font et défont les lois qui régissent les relations de pouvoirs entre les gouvernants et les gouvernés, soit le socle de la démocratie ? Au contraire, ces entités locales subissent les décisions venues de Paris, du Parlement et notamment les décentralisations massives de compétences sans transferts de moyens. C’est tout de même invraisemblable d’avoir un argument d’aussi mauvaise foi.

Bien sûr, le PS ne doit pas en rester là, bien sûr nous devons mettre en avant systématiquement nos idées, nos propositions qui sont nombreuses, contrairement à ce que prétend la tendance actuelle du PS bashing. Certaines demandent d’être clarifiées, mais il me semble, sans présomption, que ce blog est l’une des illustrations de notre capacité de propositions, de résistance, d’amendements, en résumé de constitution d’une opposition, forte, crédible, qui va nous conduire, à n’en pas douter, à des victoires futures !

Et d’abord à porter l’ensemble des candidats de gauche et du pluralisme démocratique à l’Assemblée Nationale le 17 juin prochain  !


MOBILISEZ-VOUS !

Commenter cet article

PAUL 15/06/2007 00:01

@spamytu commentes toi sur le blog de tefy non?Or je me rappele  que tu avais suggere que tu ne voterai pas Pour un certain monsieur SENNI candiadt modem dans ta cisconscription.Et la maniere dont tu la' tourne semblait suggere sembalit que le probleme estait son nom trop maghrebin.Est-tu raciste?

spamy 14/06/2007 13:07

@ tefyTu n'as pas de commentateur du FN ?   c'est ...          ...  curieux.

PAUL 14/06/2007 01:49

@tefyton blog est le meme style qu'ici ou argumentes-tu donc?

PAUL 14/06/2007 00:42

@tefyqui refuse de m'interpeller nomement:je te rappelle que ce que tu crois etre une position nuancee n'est que de la confusion intelectuelle et du relativisme.

tefy 14/06/2007 00:27

J'ai des lecteurs même au PS...  Par contre, j'ai personne du FN... va savoir pourquoi... (enfin si ça tombe... :-D)