Henri Guaino premier ministre

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Les cours d'éducation civique forment les citoyens de demain répètent inlassablement chaque Ministre de l'Education nationale. La Constitution, notre loi fondamentale, doit effectivement être connue par tous. C'est également vrai. On explique même que la Constitution reste supérieure à tout traité international, y compris au droit communautaire. Elle doit donc être respectée. 

Guaino-Fillon---oui.JPGPour autant, si la pédagogie est l'art de la répétition, c'est aussi et sans doute l'art de la preuve. Je pense déjà à ces valeureux enseignants d'éducation civique, dont les cours ont du être animés en cette année électorale charnière, qui ont taché d'expliquer à leurs élèves notamment l'article 20 ("le gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation") ou encore mieux, l'article 21 ("le Premier ministre dirige l'action du gouvernement").

Quand les élèves vont raconter cela à leurs parents, ces derniers ne vont pas manquer de s'interroger : mais qui sont ces profs gaucho-marxistes qui n'ont pas compris que tous les pouvoirs appartiennent au président de la République ? Ils auront alors raison de souligner le manque de regard éclairé de ces professeurs sur la pratique institutionnelle, de dire que décidément ces professeurs sont bien "coupés de la réalité". Et le niveau baissera ma bonne dame, puisque ces élèves, après un tel discrédit de la parole professorale, ne vont pas manquer de ne pas apprendre leurs leçons. A quoi ça sert d'apprendre, si la télé contredit le prof ?

On l'aura compris, François Fillon a un problème avec l'Education nationale. Depuis son passage remarqué rue de Grenelle avec une réforme funeste heureusement rejetée (pourtant "la seule chose qui restera des deux mandats de Jacques Chirac" selon notre fort modeste édile sarthoise), le "Premier ministre" a donc décidé de se venger. Suppressions purement comptables de postes de professeurs, suppression de la carte scolaire sans la supprimer ou encore dernière idée saugrenue, le "service minimum" à l'école. Le problème c'est qu'une fois de plus, le mauvais élève Fillon s'est fait taper sur les doigts.

Selon une procédure désormais bien établie, Fillon balance une pseudo "bombe" inutile à la télé pour que l'on soit sûr de voir sa raie de côté au Zapping, ensuite le Ministre concerné dément formellement le lendemain puis le surlendemain, il Professore, le vrai Premier ministre, l'ineffable conseiller spécial élyséen Henri Guaino renvoit tout le monde à ses cahiers en expliquant qu'il n'y aura pas je cite de "service minimum dans l'éducation nationale". En deux jours, c'était plié, la personne censée diriger l'action du gouvernement et conduire la politique de la Nation s'était fait mettre un zéro pointé par l'un des sous-fifres (mais en réalité, où se situe-t-il ?) avant d'être mis au coin avec un bonnet d'âne par le flingueur en chef de l'Empereur.

Henri Guaino a donc fait aujourd'hui un coup d'Etat (de velours). Alors qu'on nous expliquait que les membres du gouvernement, et notamment le "premier" d'entre-eux, devaient se présenter aux élections législatives pour bénéficier d'une légitimité démocratique, voilà qu'un obscur rédacteur de discours, jamais élu, peut-être même pas membre de l'UMP, vient contredire totalement et donner les orientations à son subalterne qu'est donc le Premier ministre de la France.

J'avoue que je vais peut-être songer à reprendre des cours de droit constitutionnel avec le professeur Edouard Balladur pour mieux comprendre la nouvelle architecture institutionnelle sarkozyste. Pour ma part, je conseillerai à notre cher gouvernement de prendre rapidement au minimum des cours de... communication.

Jonathan Gindt

 

 

Commenter cet article

Sharky 24/07/2007 15:42

Oui oui Emmeline, je pars en Lybie avec Mme et les enfants, il y fait beau au moins.

Contrairement à vous, le stage de plongée en Nouvelle Zélande, je trouve cela surfait et les enfants sont trop petits. Pas de chance, vous n'avez pas senti le vent qui a tourné ce matin, et pan dans le nez. ;-)


Trêve de plaisanterie, c'est un beau succès, je trouve que NS en fait peut être un peu trop même si je pense que son coup de rein final a permis le déblocage.
Par contre, le PS en général et son commandité en particulier sur l'affaire Moscovici est pathétique. Sans m'étendre quand on voit dans quel état est le PS aujourd'hui, c'est du "fly fucking" de haut vol, un peu comme la cammarade Anna, nouvelle éplucheuse en chef des déclarations ministérielles, sans doute recrutée par le scénariste Grutman qui nous fait son j'aime, j'aime pas (moi j'aime pas le chat de ma voisine qui vient pisser dans mon jardin!)

Anna 24/07/2007 15:01

Pour info : Christine Lagarde, ministre de l'économie, a déclaré le 10 juillet 2007 à la tribune de l'Assemblée nationale : "il faut en finir avec les théorisations idéologiques, cesser de penser".

"Cesser de penser" : la ministre de l'économie a visiblement commencé à appliquer ce principe pour elle-même...

John_G 23/07/2007 18:04

@ Spamy,
ce que je conteste par cet article, c'est avant tout la pratique des institutions. Je suis en désaccord avec ce que dit Fillon mais il me semble que Fillon est bien plus légitime qu'un obscur rédacteur de discours pour infléchir la politique gouvernementale.

Ou alors comme il le réclame lui-même, il faut tout de suite supprimer la fonction de Premier ministre. Cela permettra en outre de faire faire des économies à l'Etat, comme le demande au gouvernement. Avec 66 conseillers, soit un record, Fillon est en fait très entouré... ou contrôlé peut-être ? En tout cas, on se demande quel est le poids de ces conseillers, si ce n'est pour les finances de l'Etat, quand un conseiller de l'Elysée a plus de poids que leur patron !

Quant aux dissenssions gouvernementales, bien sûr qu'elles peuvent exister mais le rôle d'un Premier ministre est justement de les atténuer, de concilier les positions adverses (voir l'action du dernier vrai Premier ministre, à savoir Jospin...). Fillon ne fait même pas cela, c'est Guaino ou Guéant qui arbitrent.

grutman 23/07/2007 16:01

Sharky, égal à lui-même.
C'est vrai que Fillon devient particulièrement agaçant. Déjà, à la base, il est hautain et fait vraiment cliché de l'homme de droite propre sur lui, mais là, il en devient ridicule à essayer de lécher les miettes de visibilité que Son Altesse Sarkozy Ier daigne lui laisser.
Quant à Guaino, plutôt que la place officieuse, il ferait mieux de prendre la place officielle de PM. Et je sais pas pourquoi, enfin si, je sais, lui il m'est plus sympathique...

spamy 23/07/2007 15:56

bonjour,
faut admettre que les déclarations par-ci par-là, sans concertation, cela vous donne du grain à moudre.Mais admettez que en dehors de vices de formes, ou de procédures, vous n'avez guère d'amplitude d'action en ce domaine et que la pénurie de pain vous guette.
Moi même, j'observe le comportement de nos dirigeants avec amusement, a mon niveau de citoyen simple.
Pour un parti Socialiste, féru d'organigramme rigido interne, les ponctuelles cacophonies gouverne mentales déroutent. Mon coté optimiste me pousse à penser qu'il pourrrait s'agir d'une structure linéaire de la distribution des pouvoirs. Une sorte de parlement comme chez le "colonel fabien", mais en vrai cette fois. Tu prends la parole sans demander au camarade du dessus. Je me prends à rêver ! 8O) (bon! présidence mise à part, quand même !). Ils s'ennuient de leur opposition.

J'observe aussi que les dissonances à tout va, font aussi "légion" sur la gauche de la politique française. Quelle prétention pourraient vous faire dire qu'il en aurait été autrement avec un gouvernement d'actuels socialistes.

Qui parle d'un manque de Lybie ?