L'autre rêve de Sarkozy : faire (aussi) d'Areva une nouvelle usine à gaz

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Une véritable politique de recherche des liquidités à tout prix, court-termiste voire de vente des « bijoux de famille » semble continuer et s’étendre à l’ensemble de la scène énergétique (après GDF notamment). Il faudrait maintenant privatiser ou tout au moins ouvrir le capital d’Areva. Rappelons que l’entreprise, numéro un mondial de la filière nucléaire, est détenue à près de 90% par l’Etat via notamment le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique).

Une vieille idée de Sarkozy commence à émerger à nouveau, celle d’un rapprochement entre Areva et Alstom. Plusieurs scénarii sont possibles mais au-delà de l’hypothèse dangereuse et catastrophique d’une ouverture d’ensemble du capital Areva (c’est-à-dire y compris la filière de l’enrichissement) pour la sécurité du pays, étudions la plus « raisonnable ».

L’idée serait de rapprocher Alstom, fabricant des centrales avec la filiale Areva NP (ex Framatome), qui est détenue à 66% par Areva et à 34% par Siemens. Or, Alstom est détenue depuis 2006 à hauteur de 25% par le groupe Bouygues qui souhaite se diversifier dans d’autres secteurs, alors que l’une de ses filiales, Bouygues Télécom, accuse de sérieuses difficultés. Il s’agirait donc pour l’Etat français d’exercer son option de rachat sur les parts détenus par Siemens et de les attribuer à Alstom.

Au-delà de l’opposition évidente que cela suscite chez Siemens, on peut s’interroger sur l’intérêt stratégique d’une telle décision. Areva est déjà le leader mondial et sa force est précisément de maîtriser l’ensemble du cycle (de l’extraction du minerai à son retraitement en passant par la constructionPDM-nucl--aire.JPG des centrales). Alors que les questions de transfert de technologie (voir de pillage) sont particulièrement sensibles, la propriété publique du capital est une garantie de la sécurité et de l'autonomie de l’entreprise nucléaire. Cette ouverture de capital qui devrait revenir à privatiser Areva NP pour que l’opération soit intéressante financièrement pour Alstom, mettrait en péril cette sécurité. En outre, si l’accès d’Areva à certains marchés est rendue difficile (notamment aux Etats-Unis) par sa soi-disant propriété publique, cette décision ne changera rien aux tentations protectionnistes des Etats-Unis. Parallèlement, alors que l’entreprise est confrontée à des difficultés aussi bien dans la mise en place de l’EPR en Finlande que dans le traitement des déchets, cela viendrait la déstabiliser au plus mauvais moment. Enfin, cette situation profiterait davantage à Alstom et à Bouygues qu’à Areva elle-même. L’Etat actionnaire a pour vocation de privilégier l’intérêt de ses entreprises avant celui des entreprises détenues par des capitaux privés… même amis du Président de la République !

Dans ce secteur stratégique, espérons en tout cas que cela donnera lieu à un véritable débat sur cette politique industrielle et énergétique qui mérite bien mieux que cette agitation et que ces décisions à l'emporte-pièce. L'intérêt d'Areva est très peu perceptible dans cette affaire et au-delà de la filière nucléaire française dans son ensemble. La recherche sur la 4ème génération doit aussi être l'une des priorités d'Areva, il s'agit d'un objectif d'intérêt public (gestion des déchets nucléaires notamment) que seuls des capitaux publics peuvent permettre d'assurer.

Les socialistes doivent ainsi dépasser une partie de leur méfiance stérile à l'égard de cette énergie et affirmer bien au contraire la volonté de la France et de l'Etat français à continuer à être les fers de lance mondiaux en la matière, en ne le bradant pas à des intérêts privés inconciliables avec les spécificités et les enjeux de la maîtrise de ces technologies.

Jonathan Gindt

Commenter cet article

2010 , Islam , 1er religion de France .... après celle de l'anti-racisme immigrationiste bien sûr 14/09/2007 11:38

Les collobos se drapent de vertûe pour cacher la lacheté qu'ils ont dans les tripes

Huit maires de gauche du département des Hauts-de-Seine, en région parisienne, annoncent dans une lettre ouverte au ministre de l'Immigration Brice Hortefeux qu'ils continueront de protéger les étrangers sans papiers et ne céderont pas aux menaces de poursuites.

"Nous rappelons que nous menons des actes citoyens pour protéger les habitants qui vivent, travaillent, étudient dans nos communes. Nous sommes les maires de tous, quelles que soient la nationalité ou l'origine. Notre rôle est d'aider chacun à trouver sa place au sein de notre société commune", écrivent les élus dans ce texte transmis à la presse.

Quid ? 13/09/2007 16:37

A propos de l'invasion

« Si la France ne veut pas mourir dans cette boue là, il faut que les derniers français dignes de ce nom déclarent une guerre sans merci à tous ceux qui, à l’intérieur comme à l’extérieur, se préparent à lui ouvrir les écluses : juifs, maçons, communistes…toujours les mêmes et tous gaullistes ».
François Mitterrand en décembre 1942 dans le numéro 5 de la Revue de l’État nouveau, périodique doctrinal du régime de collaboration de Vichy, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bisounours en folie 13/09/2007 12:16

Salut les têtes à claques

Ici un petit aperçu , de ce qu'on ne peut pas faire en démocratie ...
http://www.fdesouche.com/index.php?option=com_content&task=view&id=562&Itemid=48

... et l'endroit où ça se termine ... (si si ça existe on appelle ça des stages de "citoyenneté" , pour les racailles , ce sont des stages d'été-tout-frais-payé)

http://www.fdesouche.com/index.php?option=com_content&task=view&id=569&Itemid=48

ben tiens , ne parle t'on pas de la primauté de la prévention sur le répression ?

http://www.fdesouche.com/index.php?option=com_content&task=view&id=549&Itemid=48

http://www.fdesouche.com/index.php?option=com_content&task=view&id=555&Itemid=48

Allez dormez brave gens ..

jacky 13/09/2007 12:12

@J
En ce qui concerne la procédure informelle conduite par la Commission, je te rencoie au rapport récent de Greenpeace "Nuclear economics" et plus précisément à ses annexes.
Ensuite, je ne pense pas que la comparaison monomaniaque de la seule dimension des rejets de carbone soit très pertinente. D'abord parce que la filière nucléaire en produit, ensuite parce qu'elle occasione d'autres sources de nuisances pour les écosystèmes voisins ( rejets d'eau chaude )...
Par ailleurs, l'épuisement quantitatif et qualitatifdes réserves d'uranium favorise le rapprochement de l'"energy cliff" ou seuil de production nucléaire où l'énéergie produite est inférieure à celle consommée pour la production...
En ces conditions, le débat n'est pas de savoir qui n'est pas sarkozyste-meme s'il s'agit d'une question pertinente au PS- mais plutot de savoir comment dénoncer le mythe du nucléaire comme énergie propre...
Tu noteras que la question des déchets n'est pas évoquée lorsque tu nous parle des émissions carbone...
Enfin, même sous sa forme publique, AREVA n'est pas un parangon de vertu comme la belle situation économique sanitaire et social du Niger nous le prouve

John_G 12/09/2007 19:25

@ Jacky,

je veux bien discuter mais je ne saisis pas très bien le sens de ta critique.
- Sur l'inefficacité écologique, le bilan C02 du nucléaire restera toujours meilleur que celui de toutes les filières utilisant les énergies fossiles. Et il me semble très difficile de convertir l'ensemble de la production électrique française à l'éolien ou au solaire. D'autant plus que l'éolien notamment nécessite la présence de structures d'appoint (qui utilisent souvent des énergies fossiles).

Souvenons-nous de la dernière "panne" européenne, créé e par des intempéries en Allemagne qui ont mis à mal la production de l'ensemble du parc éolien du Nord du pays.

Donc à la fois écologiquement et économiquement, le nucléaire me semble pour l'instant incontournable en France.

- sur la plainte déposée par Greenpeace au sujet de l'EPR finlandais, je n'en avais pas connaissance et je n'en trouve pas trace sur leur site. Ceci étant, je ne vois pas de quel problème oligopolistique tu veux parler.

- je ne comprends pas la remarque de fin, tu me reproches un moment de ne pas être assez anti-sarkozyste si je comprends bien et un autre moment de trop l'être ?