Sexy socialisme à Sciences Po

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

DSCN0966-copie-1.JPGLe PS Sciences Po faisait sa rentrée hier. Une affluence à vous remplir Boutmy et Chapsal en même temps, mais nous n’avions que l’A13…

 

Au-delà des capacités de la salle, 80 personnes, pour la plupart nouvelles et nouveaux venu(e)s, ont donc montré pendant plus d’une heure et demi leur volonté de s’engager pleinement dans le travail de rénovation du Parti Socialiste mais aussi dans la campagne municipale qui s’annonce, notamment à Paris.



Qui a dit que le PS n’intéressait plus ? Qu’entre « sexy centrisme » et omni-sarkozysme, ce parti n’attirait plus ? Un démenti cinglant fut apporté hier soir.


Après avoir présenté la dynamique impressionnante de l'année écoulée
(désignation interne, campagnes présidentielle et législative mais aussi réflexion au sein des AG et des Ateliers du changement), le secrétaire de section et les membres du Bureau ont chacun présenté rapidement les chantiers en cours, esquissé des pistes nouvelles d’action et de réflexion.

 

La section PS Sciences Po, comme les autres sections universitaires, a la chance, tout en affirmant sonDSCN0998.JPG engagement militant, de ne pas être concernée directement et immédiatement par des enjeux de pouvoir. Nous ne sommes toutefois pas dans le monde pur des idées qui ferait de nous un think tank désincarné à l’extérieur du PS. Plus que jamais, nous affirmons notre plein attachement à notre Parti, notre fierté à observer son fonctionnement pleinement démocratique et notre entière volonté à participer aux futurs scrutins de désignation, notamment municipaux.

Notre Fédération, celle de Paris. Notre candidat aux municipales, Bertrand Delanoë.

Mais nous revendiquons dans le même temps la parité. La parité entre une action militante notamment dans l’objectif des municipales et, à sa modeste place, une contribution à la rénovation du Parti dans son ensemble.

 

Présents au lancement de campagne de Bertrand Delanoë à la Mutualité, de nombreux militants, Parisiens d’origine ou d’adoption, ont pu noter l’évolution incroyable, le lustre rendu à la Ville de Paris en près de 7 ans de mandature de gauche. Au-delà de ce bilan quasiment incontesté, ce sont aussi les nouvelles perspectives que dressent Bertrand Delanoë qui nous conduisent encore davantage à le soutenir. Notre pleine inscription dans la Fédération de Paris, démontrée tout au long des précédentes campagnes électorales, nous conduira bien entendu à s’activer pleinement et entièrement pour la victoire des listes du Parti Socialiste à Paris.

Rénovation, rénovation, rénovation.

DSCN0980.JPGLa rénovation, action toute aussi militante par excellence, est une exigence fondamentale. Comme l’a bien décrit Bastien, elle ne doit pas rester cette sorte d’« illusion performative ». La section était en quelques sortes précurseur puisque les Ateliers du changement sont précisément censés être les principaux outils de cette dernière. En raison de l’intensité des campagnes électorales et de la participation massive de la section à ces deux événements mobilisateurs d’énergie et de réflexion, tous les Ateliers initiés l’année dernière n’ont pu être menés à leurs termes. L’Atelier « Europe et services publics » a toutefois conduit à la mise en place d’un texte et d’une AG portant sur le sujet.


Mais chaque militant doit aussi s’approprier la rénovation. Lors de cette réunion de rentrée, l’assistance nombreuse a donc été sollicitée plus que jamais pour soumettre la création de nouveaux Ateliers thématiques ou encore de nouvelles orientations à donner aux Ateliers existants. La philosophie de ces Ateliers, qui se veut opérationnelle, c’est-à-dire visant à dépasser l’indispensable état des lieux idéologique pour entrer dans le vif des propositions a été exposée. Au vu de l’essentiel des thèmes proposés (Intégration, Institutions, Education, Communication du PS…), ce modus operandi semble avoir été avalisé de facto par les nombreux militants présents.


Toutefois, puisque la démocratie est la deuxième et inséparable exigence de la rénovation, l’ensemble des thèmes proposés hier en AG seront proposés au vote des militants. Les critères retenus pour la mise en place d’un Atelier seront assez clairs : nombre suffisant de militants souhaitant s’investir dans l’AG, ciblage assez précis des objectifs de l’Atelier… Encore une fois, la rénovation ne doit pas se contenter de discours et en venir aux actes.

Par ailleurs, et cela est tout à fait complémentaire, la section s’inscrit parfaitement, par l’intermédiaire du blog notamment, à entrerDSCN0990.JPG dans le processus de rénovation avalisé par le Conseil national du PS.
Concernant les trois principaux forums organisés en interne, la section y sera représentée autant que possible et plusieurs articles évoquent déjà le rapport du socialisme au marché et au capitalisme (ici ou ici), thème du premier Forum thématique. Nous invitons d’ailleurs l’ensemble des militants à s’investir sur ces trois sujets.

 

Enfin, la section a également travaillé au cours de l’été sur une tribune illustrant la méthode que nous revendiquions pour la rénovation. Cette tribune fera l’objet d’un débat au sein de la section, elle sera amendée et la signature de la section y sera apposée une fois qu’un consensus, et non une synthèse, se sera dégagé.


« On n’aime que l’exigence ».


Rénovation, débat d’idées, échanges permanents avec les sections territoriales, les sections universitaires (ENS, Sorbonne…), engagement militant dans les campagnes municipales… cette première AG a témoigné de l’alchimie particulière qui s’est créée au sein de notre jeune et pourtant si mature section. Fougue, innovation permanente et en même temps conscience à la fois des réalisations passées, de leurs difficultés, de leurs limites et de l’impérieuse nécessité de la traduction en actes de toute action militante.

 

Les synthèses et les ratiocinations nous ont fait trop de mal. Il est temps de tout se dire, de tout évoquer, de ne rien oublier dans nos différends pour les trancher et démontrer que l’essentiel nous rassemble. La première AG hier soir est un message de double exigence. A l’égard de nous-mêmes tout d’abord : sans gérontophobie ambitieuse mal placée, les jeunes socialistes que nous sommes ont une responsabilité particulière : c’est le Parti de demain que nous construisons, celui qui sera un opposant crédible mais aussi et surtout celui d’après-demain, celui qui doit nous mener à la victoire parce que notre seul but doit rester l’action, la transformation de la société par l’action gouvernementale. Une exigence vis-à-vis du Parti ensuite : les militants, les sympathisants ont soif de débats, d’idées. Nous en avons fait la démonstration hier soir de cette volonté, presque inconsciente ou sado-masochiste si l’on en croit la doxa médiatique dominante, de s’impliquer pleinement dans ce Parti qui est avant tout ce que les militants en font, de l’attraction que représente toujours (au-delà des qualités intrinsèques de notre section) le plus grand parti de gauche de France.

 

Le message d’hier soir était clair : plus nous serons nombreux, plus le PS se renouvellera, se diversifiera, travaillera sur le fond, plus les militants auront la parole, mieux celle du Parti sera entendue.


Espoir, exigence, changement. Ce sont les mots qui résument parfaitement cette première AG de rentrée
.

Pour l'ensemble du Bureau de la section PS Sciences Po, Jonathan Gindt

Commenter cet article

Les Bisounours en folie 13/10/2007 00:44

pourquoi ne pas l'organiser dans le 93 ?

John_G 12/10/2007 02:59

@ Sharky,

eh oui, c'est ça l'ouverture, la vraie ! Mais personne ne se sent insulté ensuite...

@ Matthew et grutman,

On voit tout de suite à quoi cela conduit de ne pas vouloir "liquider" Mai 68... ensuite, les militants se permettent n'importe quoi, font des allusions qui n'ont pas lieu d'être :-)

On va en revenir aux bonnes vieilles méthodes staliniennes qui renvoient à l'infaillibilité et au caractère "intouchable" du Bureau, et ceci... en toutes circonstances.

grutman 11/10/2007 21:04

C'était une intuition, c'est maintenant une certitude. Nous sommes des comiques à Sciences Po. Particulièrement au PS, j'ajouterais dans ce registre que étant placé sur le côté, j'ai pu voir les mains baladeuses entre les membres du bureau :-)))) ! C'était donc bien encore plus brûlant que tes souvenirs ;-)

Matthew 11/10/2007 17:44

Hein ? C'est l'hymen ?

J'y étais, et pourtant j'ai raté ça ? L'AG était encore plus chaude que je ne m'en souvenais...

grutman 11/10/2007 11:18

Ce n'est plus un tsunami... c'est, c'est, Célimène !!! Comme quoi, à la vue de cette article, la communication peut aussi avoir du fond... et avec lyrisme, en plus ;-) !

J'espère quand même qu'il y aura plus de castagne la prochaine fois :-)