Pour la République et pour la France, non au renoncement démagogique de l’amendement Mariani !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

DSCN1002-copie-2.JPGHier soir, plus de 6000 républicains étaient rassemblés au Zénith à l’occasion d’un concert-meeting en opposition à l’instauration de tests ADN dans le cadre du regroupement familial. Cet évènement était organisé à l’initiative de Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, de Laurent Joffrin, directeur de Libération et de Dominique Sopo, président de SOS Racisme. Il faisait suite au lancement d’une pétition nationale qui a déjà recueilli plus de 200 000 signatures.

 

La section PS de Sciences Po était présente afin de réaffirmer son opposition à l’amendement Mariani auquel nous avons déjà consacré un article.

 

De nombreuses personnalités du monde politique, artistique et scientifique sont intervenues à la tribune pour dénoncer les dangers de l’amendement Mariani. Parmi les interventions, on comptait hier bien sûr celles des responsables socialistes mais aussi, au-delà de la gauche, celle de François Bayrou et de ces hommes et femmes animés comme nous par leur attachement aux droits de l’homme et aux valeurs de la République. Ainsi François Goulard, député UMP du Morbihan et ancien secrétaire d’Etat à la recherche et à l’enseignement supérieur, a-t-il courageusement rappelé son opposition à cet amendement. Autre intervention particulièrement marquante : celle de François Léotard, ministre (UDF) de la Défense de 1993 à 1995.

 

Nous retiendrons également les réquisitoires contre le recours aux tests ADN du sénateur (apparenté PCF) Jack Ralite, du généticien Axel Kahn et du comédien Michel Piccoli.

 

Tous se sont accordés à souligner que si l’amendement d’origine avait été édulcoré, l’attachement persistant du gouvernement à son adoption ne lui retirait rien de sa portée et du symbole qu’il représente dans la manière dont la France envisagerait désormais l’immigration, au contraire.

 

L’occasion d’un rassemblement multicolore, témoignage de notre détermination à nous opposer avec force au renoncement démagogique que constitue plus largement le projet de loi sur l’immigration présenté actuellement au Parlement. DSCN1004-copie-1.JPG

 

Malgré l’exhortation hier matin de Thierry Mariani aux partisans de son amendement de se rendre au Zenith, les personnes présentes hier étaient bien toutes déterminées à combattre son projet. Elles étaient le visage de cette France de l’ouverture, de la tolérance, fidèle au précieux héritage des Lumières.

 

Ce rassemblement intervenait alors que va se réunir la commission mixte paritaire chargée d’élaborer une version du texte du projet de loi qui sera soumise en des termes identiques à l’Assemblée et au Sénat. Parmi les parlementaires membres de cette commission, Georges-Pau Langevin, députée socialiste de Paris dont le travail déjà remarquable lors du débat parlementaire doit être salué, aura pour tâche de convaincre ses collègues de ne pas, en consacrant un amendement même édulcoré, ouvrir une brèche dans les principes fondamentaux de notre République.

 

Mais au-delà de la personnalité de Thierry Mariani, il ne faut pas non plus oublier que cet amendement, loin d’être spontané, est le fruit de la volonté d’un gouvernement et d’un Président de la République qui ont vu dans la voie de l’amendement parlementaire une échappatoire au contrôle du Conseil d’Etat. Que l’on salue ici le courage politique dont ils se targuent pourtant si souvent.

 

Le PS Sciences Po réaffirme ainsi son opposition la plus totale à ce texte dangereux et démagogique et tient à saluer les élus qui, au-delà de notre famille politique, ont le courage de s’y opposer clairement.

 

Bastien Taloc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bastien 18/10/2007 17:10

[HS] D'accord avec Néel sur la tentation d'instaurer symétriquement à terme une "flat tax"...

Et puis le plafonnement des niches, tenté dans un texte tellement complexe au moment de l'introduction du 1er bouclier fiscal à 60% qu'il a été censuré par le Conseil constitutionnel, me semble s'inscrire dans une logique de maîtrise des dépenses fiscales.

Cette maîtrise, pourquoi pas encadrée par une norme pluriannuelle (souhaitée par des parlementaires mais délicate à mettre en oeuvre du fait de la difficulté à définir le périmètre des dépenses fiscales) comme les dépenses publiques stricto sensu, permettrait d'éviter les "paradoxes" comptables tels que ceux du budget actuel : réduction des dépenses publiques mais risque de dérapage des déficits à cause de l'explosion des dépenses fiscales...

L'affichage et la transparence politique en sortiraient grandis.

Aurélien 18/10/2007 06:50

de gauche à droite au meeting du Zénith? A part François Goulard et François Bayrou, je n'ai ni vu Dominique de Villepin, ni Patrick Gaubert président de la LICRA qui sont pourtant contre les tests ADN.

Meeting de gauche caviar bo-bo? Pas tout à fait, mais certains se sont lâchés en disant un peu n'importe quoi et en profitant pour critiquer le reste de la politique du gouvernement alors que d'autres tenaient de vrais arguments crédibles et avaient de vrais convictions.

Opposé au départ pour une question éthique Jean-Pierre Raffarin a voté l'amendement modifié.

Cependant ce meeting était utile puisque la l'amendement a été voté mais malheureusement voté. Le PS et Bayrou vont cependant déposé recours au Conseil Constitutionnel pour retirer cet amendement.

Néel 18/10/2007 00:04

@ Emmeline (HS aussi, dsl) : peu de regrets, car les pistes evoquées ne me convaincaient guere. Impot minimal = somme forfaitaire minimale, ou pourcentage du revenu? Ou de quelle autre assiette? progressif ou non? premier pas, avec de l'autre coté "l'impot maximal", d'un glissement vers une "flat tax"?

Personnellement, je serais plutot partisan d'un plafonement des niches fiscales, en fonction du revenu et /ou du patrimoine.

Ceci brossé a grands traits, donc. La complexité du système étant telle que l'épée de l'optimisation brisera sans doute toujours le bouclier des modes de taxation.

Ceci dit, je n'ai guere de doutes sur la motivation d'un gouvernement faussement liberal, qui promet (et meme fait) quelques petits cadeaux aux uns pour arroser copieusement les autres.

Dans la France sarkoziste, celle du TEPA et des franchises medicales, mieux vaut etre riche et bien portant...

Et puis, mieux vaut etre né Francais, aussi, hein. Ou, au pire, ne pas etre étranger et adopté, ca fait tache lors d'un test adn...

Les Bisounours en folie 17/10/2007 21:30

Avale

http://img205.imageshack.us/img205/
9696/petitemanifestanteew3.png

Avale

http://img205.imageshack.us/img205/
9696/petitemanifestanteew3.png

Avale

http://img205.imageshack.us/img205/
9696/petitemanifestanteew3.png


..et avale

grutman 17/10/2007 13:04

Juste une remarque non connectée avec le sujet: c'est très drôle de comaprer les unes de l'Humanité et du Figaro de ce soir. Selon le premier, le mouvement de demain est majoritairement soutenu par "l'opinion" et d'après le second, le mouvement est majoritairement impopulaire.

Je propose deux choses simples:

1) Ne lire que Libération et Le Monde. Non, ok, u peu d'ouverture d'esprit: Rouge et Rivarol sont autorisés lol.

2) Plus sérieusement, être conscient que les sondages disent surtout ce qu'on veut leur faire dire. Opinion way et sa crédibilité... Les autres instituts et l'orientation de leurs questions... A bas la sondomanie ! La sondocratie contre la démocratie, la politique n'est pas le suivisme de "l'opinion".