Du sport pour tous !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

En ces temps de grève et de succès des Vélib’ parisiens, penchons nous sur la politique sportive du gouvernement pour l’année prochaine. Cette partie du PLF pour 2008 a été examinée par la commission des Finances de l’Assemblée Nationale, il y a quelques semaines, puis l'Assemblée elle-même, il y a quelques jours. Et ce dans une indifférence presque générale. 

Pourtant, le programme de l’UMP semblait ambitieux. Pensez donc, pas moins de 21 mesures. Parmi elles, par exemple, la proposition 10 (« augmenter le budget du sport pour permettre de financer la remise à niveau des équipements et la création d’équipements nouveaux, adaptés à la demande actuelle de nos concitoyens (équipements omnisports), et accessibles à tous les budgets ») ou la n° 13 (« permettre concrètement à tous les Français de pratiquer une activité physique adaptée à leur besoin, le plus longtemps possible, et conforme à leur désir »)...

Plutôt sympa, non ?

Comparons cela avec le
compte-rendu de la séance consacrée au sujet par la commission, et à la présentation faite par le rapporteur spécial, Henri Nayrou (PS) (les plus intéressés pourront aussi lire leSarkozy-sport.JPG compte-rendu des débats en séance, le 7 novembre). Contrairement à la « rupture » annoncée par le Président, rupture qui devait consister à renforcer les moyens alloués au sport, cette « école de la vie » (ah, les après-midi d’été à regarder le Tour de France au bar Le Plaisance de Royan, comme elles ont du le marquer, le petit Nicolas…), les crédits de la mission Sports, jeunesse et vie associative pour 2008 représentent 782,4 millions d’euros de crédits de paiements. C’est 0,28 % du budget général de l’État, et 0,3 % de moins par rapport à la loi de finances pour 2007 (à périmètre constant). En particulier, le programme Sport enregistre une baisse de 24,6 millions d'euros en autorisations d'engagement et de 17 millions en crédits de paiement, soit respectivement - 1,6 % et - 7,6 % par rapport à 2007.

Les plus sportifs d’entre nous, ceux qui ont depuis 2004 la chance d’être en partie rémunérés en droits à l’image exonérés de charges sociales, se consoleront grâce à ce que Rue89 appelle un « 
bouclier fiscal pour les sportifs de haut niveau ». Les autres, eux, se diront que le gouvernement, grâce notamment à l’implication forte du Président dans ce dossier, aura quand même déjà rempli une de ses promesses, la proposition n°15 : « développer la locomotion humaine (marche à pied ; vélo) »...

Néel Travers

Commenter cet article