Immigration : de la politique spectacle française à une industrie européenne des expulsions ? Le Parlement Européen réalisera-t-il le rêve de Sarkozy ?

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

On connaissait la politique spectacle du gouvernement français avec ses objectifs de 25 000 expulsions et 125 000 interpellations par an, qui ont pour seul objet de brosser l’électorat dans le sens du poil de sa xénophobie. Cette politique du chiffre à la fois irrationnelle et inhumaine a pour conséquence d’engendrer des drames quotidiens, des re-expulsions de migrants dans des pays où ils sont effectivement en danger (Darfour…), et de faire vivre dans la terreur 400 000 personnes mises hors du droit par des lois de plus en plus restrictives et répressives.

   

Drapeau-UE-2.JPGCette politique risque de prendre une nouvelle dimension avec le projet actuel de « directive retour » qui sera soumise au Parlement européen au mois de janvier 2008. 


La proposition de la Commission vise à harmoniser les politiques d’immigration sur le volet répressif (lutte contre l’immigration clandestine) et s’inscrit ainsi dans la continuité des politiques européennes depuis 1999 et le traité d’Amsterdam qui sont principalement marqué par la restriction de l’accès du territoire et l’externalisation des procédures et contrôles.

 

La directive prévoit notamment de fixer la durée de rétention à 18 mois l’enfermement desundefined personnes étrangères va devenir le mode normal de gestion des migrations en Europe » – un alignement sur le modèle de Maltes qui détient systématiquement les demandeurs d’asile pendant 12 mois. (en France elle est pour l’instant de 32 jours, dans d’autres pays elle peut être illimitée), ce qui selon Caroline Intrand, (responsable des questions européennes à la Cimade) « signifie qu

 

 

Par ailleurs, les mineurs pourront désormais être enfermés et expulsés, chaque mesure d’éloignement sera systématiquement assortie d’une interdiction de retour sur le territoire européen, le droit des accords de réadmission est légitimé ainsi que les charters communautaires, l’action du Frontex.

 

 

D’après Caroline Intrand, « on est arrivé ici à un point de rupture : auparavant, il s’agissait avant tout de politique spectacle (regardez en France, on nous annonce un nombre de personnes à expulser) ; maintenant, on se rend compte que les instruments existent pour remplir effectivement ces objectifs. » 

 

 
Le Parlement européen réalisera-t-il le rêve de Sarkozy ? C’est la première fois que pour ces questions la procédure de co-décision sera appliquée, et les parlementaires souhaitent se poser en interlocuteurs valables dans ce domaine sensible jusque là réservé aux Etats. Il y a donc une volonté forte d’aboutir à un texte et de l’adopter en première lecture. Les associations espèrent convaincre les parlementaires que l’Europe ne se construit pas à n’importe quel prix, et ont lancé une pétition « non à la directive de la honte » (http://www.directivedelahonte.org/)

 

Sophie Banasiak

Publié dans Questions de société

Commenter cet article

Laurent Fourtin 10/01/2008 22:31

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

quelle triste image, la France montre au reste du monde !

Bastien 28/12/2007 16:45

Malheureusement, les projets évoqués par Sophie dans son article ne sont pas surprenants...

L'agenda et le tableau de bord definis à Tampere en 1999 qui accordaient une large place à la création d'outils d'intégration cèdent en effet la place depuis le sommet de Séville en 2002 à une approche plus répressive qui se dessine à travers tous les projets en cours actuellement (surveillance des frontières, lutte contre l'immigration clandestine, dispositifs d'identification biométrique, création d'une police et d'une agence européennes des frontières, etc.)

Le rapport de force politique au sein de l'UE n'est plus le même qu'au moment du sommet de Tampere, c'est évident et il n'augure de rien de bon...

Certains pourront toujours dire que la différence entre la droite et la gauche n'apparaît pas dans le contenu des politiques menées, la politique européenne en matière de visas, d'asile et d'immigration est un véritable contre-exemple : les projets actuels n'ont pas grand chose à voir avec l'approche équilibrée qui prévalait lorsque l'UE était dominée par des gouvernements de gauche...

Les Bisounours en folie 27/12/2007 19:15

eh ben ..
s'il n'y a pas d'immigrants qui votent ,
pourquoi le PS continue à soutenir l'immigration ?
Car il est normal qu'un immigrant approuve l'immigration par laquelle il est passé .... n'est ce pas ? ;)

Désolé j'ai perdu le lien pour les 2%

Ici , les 1% de Sarko
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/elysee_2007/20070424.OBS3755/seuls_1_des_musulmansont_vote_sarkozy.html
Un socle suffisement solide pour amalgamer africains-arabes-musulmans pour un score Sarko-JM de 2% ?

..et pourtant ....
http://pourquoilesmusulmansdoiventvoterlepen.blogspot.com/2007/04/l-argumentaire-du-vote-le-pen.html

LOL

Emmeline 27/12/2007 17:01

"En sachant que seules 2% des immigrants (ni blanc , ni asiatique) ont voté pour Sarko + le Pen". Comme ça, cash, vous sortez vos chiffres ? c'est bizarre, les statistiques ethniques sont interdites en France...

Sinon, pour information, la plupart des immigrés (immigrants c'est entre le départ et l'arrivée) ne votent pas. Ben oui, il faut être naturalisé pour ça. Et par les temps qui courent, ça n'a rien d'évident...

Les Bisounours en folie 26/12/2007 23:25

http://fr.novopress.info/?p=10033

Une petite image BD pour rire (ou pleurer ?)