Le plan Bouillie

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Lénifiant sur la forme (une longue lecture). Déplorable souvent. Extrêmement bro2elysee432.jpguillon sur le fond. Accablant et dérisoire sur certains points. Les adjectifs ne manquent pas pour décrire le prétendu plan « Espoir Banlieue » présenté par Sarkozy ce matin. Pendant la campagne, il parlait d’un « Plan Marshall » qui s’est ensuite transformé en plan « anti-glandouille » puis « Espoir banlieue », qui devait être présenté à Vaulx-en-Velin avec Fadela Amara le 22 janvier, puis critiqué (par Christine Boutin) puis présenté ce matin « en grandes pompes ». Un discours de trois quarts d’heure suivi d’ailleurs d’aucune question. Le Président aurait-il peur des questions ? Il a de quoi. Revenons sur trois quarts d’heures consternants pour la crédibilité de la parole politique dans ce pays.


L’aveu d’un terrible échec

 

Discours électoraliste oblige, Sarkozy en revient aux « fondamentaux ». Outre le couplet sur l’immigration, sécurité, sécurité, sécurité. Et cette phrase extraordinaire : "J'assume tout ce que j'ai dit et fait par le passé sur le sujet", juste après avoir dit que rien n’avait été fait, qu’il fallait tout commencer, discours habituel et amnésique ressassé depuis le mois de mai dernier. Il en appelle ensuite à la fin de la « loi des bandes », à la 72cc86a0-d612-11dc-8cb0-bb6535f13b34.jpg« hausse spectaculaire des moyens des GIR (Groupes d’Interventions Régionaux) » en créant 4000 postes de policiers supplémentaires. Mais qui depuis 2002 était Ministre de l’Intérieur, qui a créé les GIR sans leur donner les moyens nécessaires, qui a supprimé d’un trait de plume et par pure idéologie, la police de proximité qui,si elle demandait quelques aménagements, est une voie intéressante reconnue par tous ? Qui a laissé prospérer l’économie souterraine, sinon le Ministre qui a supprimé une police de terrain, seule capable d’identifier les réseaux agissant dans les cités populaires, au profit d’opérations spectaculaires devant force caméras ?

 

Pendant plus de quinze minutes (soit le tiers de son discours), en insistant sur la dimension sécuritaire nécessaire, mais certainement pas suffisante du relèvement des banlieues, Sarkozy n’a fait que solder les comptes désastreux de sa politique menée depuis 2002.

 

Le Président qui annonce la démission… de l’Etat !

 

Quelques perles idéologiques déclenchent la consternation dans ce discours. A priori encore chef de l’Etat, même si les Français ont du mal à s’en rendre compte, Sarkozy a à deux reprises signifié la démission de l’Etat dans les banlieues ou au minimum un message éminemment contradictoire. Reprenant une des rares idées de François Bayrou au cours de l’élection présidentielle, Sarkozy a indiqué qu’il souhaitait un « représentant coordonnant l’action de l’Etat à plein temps dans les banlieues ». Le problème est évidemment pris à l’envers. Il faudrait déjà que ce « sous-préfet » (si l’on reprend l’idée de Bayrou) ait quelque chose à coordonner. Il n’y a plus ni bureau de poste, ni agence Assedic ou ANPE, ni hôtel des impôts ou caisse de sécurité sociale dans un grand nombre de quartiers populairse. Ne parlons même pas des transports alors que l’Etat consent une aumône de 500 millions € quand cela représenterait à peine le coût du développement du tramway tant nécessaire de Clichy-sous-bois.

 

Le plan "Espoir Sarkozy" et ses oublis

 

Pour faire illusion, Sarkozy était entouré de ses « Ministres », dont Fadela Amara. En réalité, son355403.jpg discours a été une suite de « je » absolument terrifiante, brimant toute dynamique collective.


C’est pourtant précisément en s’appuyant sur les élus et les acteurs locaux, qui ont fait depuis longtemps de nombreuses propositions, que la problématique des quartiers populaires pourra se régler. Certainement pas en ânonnant des chiffres les uns les plus invraisemblables que les autres (100 000 par ci, 250 000 par là). 
En outre, puisque Sarkozy a signifié le désengagement coupable de l’Etat, il n’a pas évoqué bien sûr l’un des sujets centraux de l’absence de résolution des difficultés des banlieues qui passe par la fiscalité locale. Totalement inique et archaïque, cette fiscalité conduit à priver les collectivités locales de toutes ressources. Ce sont pourtant elles, beaucoup plus que les agences nationales (créées puis supprimées, voir le cas lamentable de l’ANRU de Borloo) qui permettront d’initier sur le terrain, en s’adaptant à chaque logique locale, des projets fédérateurs. La remise à plat de la taxe d’habitation que demandent depuis longtemps les députés PS Manuel Valls et François Pupponi notamment, le caractère fixe de la dotation de solidarité urbaine (abaissée de manière scandaleuse encore cette année) sont des éléments indispensables de succès de la rénovation de nos quartiers. Rien non plus dans la longue communication élyséenne sur l’absolue nécessité du respect de la loi SRU (condition indispensable de mixité sociale), pourtant l’une des 312 propositions sur 316 du rapport Attali que Sarkozy avait dit vouloir « appliquer »… (assurément, on n'est plus à une contradiction près...)

De ce Plan étriqué, on pourrait retenir quelques initiatives plutôt bonnes comme celles de financer de manière pluriannuelle les associations (un bel aveu d'échec également, après avoir supprimé massivement les subventions...), à faire accéder des jeunes issus des quartiers populaires aux CPGE (ce en quoi Sarkozy ne fait que réinventer l’eau chaude après les initiatives prises par l’ESSEC et l’ESCP notamment). Mais surtout, on est frappé par la bouillie informe, souvent indigeste (éternels rappels sur le refus de l’ « excision », de la « loi des tribus »…), par le caractère idéologique de certaines mesures dangereuses et par les manques criants d’une analyse qu’on nous promettait comme « révolutionnaire ». 

Une seule question : Fadela, à quand la démission ?

Publié dans Questions de société

Commenter cet article

John_G 12/02/2008 11:14

Tes ficelles sont fatiguées. Après nous avoir sorti le "Livre noir des régions socialistes", brûlot inconsistant écrit par le sémillant Karoutchi que j'avais démonté pièce par pièce, tu nous ressors ta petite littérature de propagande toujours écrite par le groupe d'opposition UMP au Conseil Régional. C'est un tissu de mensonges et de carticatures invraisemblable !

Sur l'augmentation de la TIPP (80 M€ de taxes supplémentaires, à comparer aux 800 M€ de taxes sur les malades, appelées "franchises"), il s'agit uniquement de financer les moyens de transport propres et de compenser les 2 Mds € que l'Etat doit aux régions depuis l'acte II de la décentralisation. Par ailleurs, je te rappelle que si l'Etat était aussi bien géré que les régions, nous n'en serions pas à 65% du PIB d'endettement.

Par ailleurs, puisque je parle toujours librement, j'ai toujours considéré que le rétablissement de la TIPP flottante n'était pas nécessaire (et cela a vite été retiré des propositions du PS, au profit d'un chèque transport), dans la mesure où il va de toutes façons falloir s'habituer à l'idée de payer cher le pétrole.

- Sur la culture du "résultat", mais tu n'as qu'à observer, ouvrir les yeux, lire la presse, ils sont où les résultats ? La sécurité s'est nettement améliorée ? Le problème des banlieues est en partie réglé (en matière de résultats d'ailleurs et de beaux gaspillages d'argent public, regarde le bilan des "maisons à 100 M€ de Borloo : 10 000 maisons promises, seulement 3 vendues !). Tu viens encore nous donner des leçons de bonne gestion alors que c'est aux résultats que l'on te juge, et ils ne sont pas fameux.

Quant au courage politique, regarde l'affaire des taxis. 2 pauvres petits jours de grève et on enterre une réforme pourtant plus que nécessaire. Mais bien évidemment, tous les fameux "corporatismes" ne se valent pas...

Et Sharky, tu ne veux pas remplacer Martinon ? Même lui ne doit plus croire à ce que tu racontes.

Sharky 12/02/2008 10:38

Ce ne sont pas la parlotte et les discours qui m'interpellent comme toi, scribe aux yeux fatigués, ce sont les actes, ce qui doit te dépasser.

Je t'invite également à consulter le bilan financier et l'évolution du cammarade Baron Huchon. C'est à gerber, je passe sur ses sponsorings au Chili, l'explosion des dépenses somptuaires et inutiles, l'explosion des indiens, l'explosions de taxes diverses et variées. Je retiendrai spécifiquement la taxe régionale sur les produits pétroliers qui taxe les automobilistes d'IDF à hauteur de 80 M€, alors que dans le même temps le PS hurle à la vie chère (spécifiquement en IDF), hurle de baisser la TIPP... Inconséquence tu disais?

Sur les policiers et les assoc, je préfère pencher pour une incompréhension tactique de mes propos qu'une incompréhension tout court, sinon je ne peux plus rien pour toi.

Sur la sécurité, Jospin s'est fait rétamer car il l'a laissé exploser, il s'est mis dedans tout seul à cause de son incapacité à aller au bout des choses, à se contenter de faire du saupoudrage tant financier que moral.

Sur la Loi SRU, plouf dans l'eau. Pourquoi tu me parles d'attaques personnelles (parano?), de tes 200 sympathisants, je te parle moi de vos caciques, de ceux qui te disent : "faites ce que je dis pas ce que je fais"; et après seulement des aspirations légitime de tout français. Aucun je pense ayant les moyens d'aller ailleurs, courrera se loger dans une cité? Toi peut être?

Mon discours est peut être incohérent et inconquéquent pour toi, moine combattant, le tien est vraiment inconsistant!

John_G 11/02/2008 00:59

@ Sharky,

- c'est tout de même drôle, tu prétends ne pas voir lu la retranscription dans son intégralité (ce que j'ai fait, par honnêteté intellectuelle précisément) et pourtant tu trouves, je cite, une "approche cohérente radicalement différente."

- donner "gratuitement" ? Je sais qu'on t'a bourré le moue avec l'idée selon laquelle le "clientélisme" et le saupoudrage devait avoir lieu, je t'invite à consulter le rapport des Chambres régionales des comptes dans les Hauts-Seine, dans ton beau département également pour constater les "belles pratiques". Franchement, aucune leçon à donner sur ce terrain aussi.

- sur les policiers dans les banlieues, tu iras leur expliquer , même dans le cadre de la police de proximité mise en place par Jospin, que bosser à La Courneuve à Mantes, c'est la même chose que St Tropez. Ils vont adorer. Et à part ça, on est déconnectés des réalités...

- sur les assoc, bel amalgame en tout cas avec l'Arche de Zoé que le gouvernement actuel a laissé partir au passage en toute connaissance de cause, et qu'il a fait gracier !

- sur la sécurité, tu es une vraie caricature. Qui a dit une seule seconde qu'il fallait baisser la garde côté sécuritaire ? Qu'est-ce que les multiples plans depuis 6 ans ont changé dans les quartiers, les déploiements de force répétés, avec caméras ? C'est précisément avec une police installée sur place (on attend toujours le commissariat de Clichy-sous-bois, pourtant promis par Sarkozy en 2005 !), proche sans être complice des habitants que l'on dénouera les affaires et les trafics, que tout le monde veut combattre ! Le laisser-faire, c'est la pure doctrine conservatrice parce qu'elle permet de faire fructifier la peur ! Ce n'est certainement pas sur ce registre que la gauche peut gagner, alors arrête de tenir un discours qui se mord la queue.

- sur la loi SRU, tu prétends que l'on ne doit pas faire d'attaques "personnelles", tu ne connais pas la situation des 200 sympathisants de cette section et tu ne sais pas quelles sont leurs origines, leurs lieux d'attache. Et il se trouve que nous sommes très nombreux à connaitre ces réalités au quotidien, avec tout ce que cela implique. Tu es même encore en retard d'une guerre par rapport à ton propre parti, qui après l'avoir combattu pendant des années, s'est ralliée bon gré mal gré à la loi SRU sans toutefois l'appliquer. C'est le seul moyen précisément d'éviter les "ghettos" dont tu parles. Ton discours est d'une incohérence (et donc d'une inconséquence) totale.

Sharky 09/02/2008 10:10

Je n'ai pas comme vous vu la déclaration, eu la retranscription au mot à mot que vous avez, ou même passé les ralentis pour mener à bien une analyse aussi fine et bien entendue objective que la votre. ;-)

Si le plan annoncé est une normale "bouillie" pour vous, votre commentaire n'est que pollution de petites phrases et commentaire gratuits, sur le fond pas grand chose.

Pourtant il me semble distinguer une approche cohérente radicalement différente. L'approche n'est pas dogmatique ou la vie est rose et tout le monde est gentil. On ne donne pas gratuitement comme vous l'aviez fait pour se donner bonne conscience, on donne sous contrainte, on aide, on assiste mais on attends un nécessaire effort et retour.
On se concentre avant tout sur ceux qui souffrent, subissent ces guettos et ceux qui veulent s'en sortir. Ceux qui ne veulent pas jouer le jeu de la République, ne font pas l'effort ou pire sont hors jeu, ceux là n'auront rien et seront même fermement combattus, pour le bien des autres.

Sur les évolutions, oui on remet des policiers mais des vrais cette fois pas des emploi jeunes à peine déguisés que n'auraient pas reniés les gendarmes de St tropez qui embauchent à 9h30, sont en pause de 12h à 14h, et débauchent à 17h quand les loups se réveillent.

Sur les assoc, on concentre les efforts. C'est sur ce n'est plus la gentille foultitude d'Arches de Zoé que vous aviez fait fleurir et dont l'action était proche du néant tout en ayant des couts délirants.

Vous me faites rire avec votre aspect dogmatique sécuritaire mais c'est une necessité de lever tous les trafics et impunités que vous avez laissé grandir les yeux fermés et que vous continuez à cautionner par vos propos irresponsables. Remettre la Loi et l'ordre dans ces cités sont les préalables obligatoires à leur reconstruction sociale. Les habitants et parents d'enfants en difficultés (et même les autres y vivant), ceux qui subissent et souffrent au quotidien n'attendent que ça. Vous iriez vous monter un commerce de quartier qui se fera tagguer, piller, racketter, bruler....?

Enfin il faut arrêter avec votre loi SRU qui est une connerie, la mixité sociale est une utopie. Le meilleur exemple en est quid de tous vos politiques à la réclamer à corps et à cris vivent réellement dans des quartiers populaires (je ne parle pas de Mme Batho, ça ne compte pas!), ou même dans des villes ou la Loi SRU serait respectée. Les seules à ma connaissance à vivre dans ces envionnements "durs" sont Arlette, voire Fadela Amara.

Et vous demain (et même aujourd'hui), grands donneurs de leçon, ou chercherez vous à vivre avec votre famille, dans une agréable et belle ville ghetto avec plein de mixité; ou dans un triste quartier résidentiel huppé ou tout est trop propre et trop poli? Un peu d'honnêteté intellectuelle!

Les Bisounours en folie 09/02/2008 02:39

" ON EST TOUS FRANCAISEUUHHH " ' La France , c'est des valeureeuhh " " On est tous des immigrés euuuhh "

Témoignage d’un enseignant sur une classe de 5e : «Hier, un petit exercice en début d’heure : dessiner le drapeau français. Sur 24 élèves, 13 ont réussi l’exerice, 9 ont dessiné le drapeau yougoslave [ci-contre], 2 ont fait les imbéciles.»

http://uneeducationsentimentale.wordpress.com/2008/02/05/drapeaux/