La Rose au Poing, journal de la section Sciences Po : nouveau numéro, nouvelle maquette, la rénovation, on vous l'avait dit !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Le numéro 8 de la Rose au Poing, journal de la section PS Sciences Po, déjà distribué dans sa vers1-re-page-RAP.JPGion papier, est désormais disponible en version électronique.

Numéro spécial consacré aux élections municipales, ce journal n'en oublie pas la rénovation : nouveau logo, nouvelle maquette, nouvel agencement. Tous les remerciements (plus que) nécessaires au meilleur graphiste que la planète socialiste (et pas que...) ait porté, Charles Gauthier.

En plus des articles déjà consacrés sur ce blog aux enjeux municipaux, ce numéro vous permettra de montrer que les élections municipales ont lieu nationalement. Merci à tous nos contributeurs, qu'ils viennent de Poitiers, de Metz, de Colombes ou de Limoges !

Durant ces dernières heures de campagne, inutile de dire que sa lecture achèvera de vous convaincre !

Bonne lecture à tous et bon vote !

Jonathan Gindt 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

John_G 09/03/2008 02:02

@ Sharky,

règle de campagne électorale oblige, je ne répondrai pas ce soir. Ton commentaire est consternant, même un militant UMP acharné n'oserait pas tenir un discours d'une telle débilité, qu'une observation de faits simples contredit en deux secondes.

@ Cascarèl,

décidément, tu fais quoi à Sciences Po ? Révise ton code électoral, la campagne est autorisée jusqu'à samedi soir minuit.

Voilà pourquoi les commentaires seront fermés jusqu'à dimanche minuit.

Cascarèl 08/03/2008 11:31

Rhooooooooooo...
Vous faites de la pub pour un numéro qui parle des municipales alors que la campagne est terminée!
C'est très très mal...

Sharky 08/03/2008 09:30

Très instructif ce florigèle municipal qui retrace bien la médiocre et peu ambitieuse pensée socialiste.
On retrouve systématiquement le tryptique suivant dans cet ordre :

1/ Des HLM (nom malpoli pour les logements sociaux) en barre et en masse. Objectif avoué d'une volonté de parquer et surtout de conserver nos pauvres qui il est vrai sont des électeurs socialistes en puissance.
Mais quel programme et ambition pour extraire les "pauvres" de leur condition autre que leur faire l'aumone?

2/ Des tramways, velib et autres TGV comme s'il en pleuvait. On ne sait pas toujours pourquoi, mais la rayonnante Paris a contaminée ses petites soeurs qui veulent toutes un de ces intruments. Même si cela peut être pertinent dans certains cas, lesquels et le pourquoi qui n'est jamais explicité? Cela ressemble à la fable d'une mode du gros telle que dans la fable de la grenouille et du boeuf.

3/ De l'Art et de la Culture à gogo ou plutôt à égo de l'élu qui marquera à jamais au fer rouge SA ville, de son empreinte à grand coût de taxes locales supplémentaires.

Pour synthétiser la vision socialiste de la France, c'est une multitude de petits troupeau de pauvres bien parqués avec un vélib pour se rendre à la sécu et autres mangeoires à brouet pour prendre la becquée et aller à la patinoire le samedi après midi. Quel Nirvana!

De l'incantation, du rêve, de la promesse, une vraie brochure touristique sur papier glacée pour faire rêver des ... éthiopiens.

Que des coûts, pas de recette qu'elle soit financière, politique ou économique locale pour dynamiser l'emploi et le développement économique, aider à la transformation des tissus économiques de façon pragmatique et efficace sans sombrer dans l'habituel pathos pleurnichard, préalables nécessaires à l'embellissement "égotique". Les socialistes, sans doute peu à l'aise avec la notion d'entreprise privée font sans doute confiance à l'économie libérale pour amener ces fonds nécessaires à leur vision étriquée et strictement dépensiaire.

Sur ce je vous laisse, j'ai patinoire!

joury 08/03/2008 09:26

Je vous en supplie, d'être objectif en reconnaissant que
depuis que les élections ecxistent,tous ceux qui se présentent nous font les mêmes promesses rédigées sous des formes différentes ,ne sachant pas si ils pourront les
tenirs; ce n'est pas grave s'est de la faute des précèdents.
vieux62