Politique de l’emploi : de l’importance d’être constant…

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Les louvoiements permanents auxquels s’adonne l’UMP depuis 2002 en matière de politique économique et sociale, faute de cap politique clair, ont une traduction particulièrement nette à travers la politique de l’emploi. Si bien que l’aller-retour incessant entre abandon et reprise des contrats aidés semble bien faire figure d’unique esprit de suite, à défaut de cohérence d’ensemble. L’actuelle réduction drastique du recours aux contrats aidés en constitue le dernier épisode. Malheureusement, outre les bénéficiaires eux-mêmes de ces contrats, c’est le secteur associatif qui paie le prix fort de cette inconstance…

   

« Souvent, politique de l’emploi varie » : chronique d’une pièce en trois actes…

 

Les hésitations de l’UMP depuis 2002 en matière de politique de l’emploi sont sans doute une des meilleures illustrations de l’ambiguïté des orientations économiques de la droite, derrière l’apparente cohérence des programmes sur lesquels elle a été portée au pouvoir en 2002 puis reconduite en 2007.

  

Sur fond de critique permanente de la réduction du temps de travail – et d’embarras manifeste quant à l’idée de l’abrogation pure et simple des lois Aubry – les gouvernements qui se sont succédés depuis 2002 n’ont en effet cessé de louvoyer quant à la question du recours aux emplois aidés.

 

Ainsi, après avoir tenu, de 2002 à 2005, une position dogmatique de refus des emplois aidés, la droite a fini par y avoir massivement recours à travers la loi de cohésion sociale. Aujourd’hui, elle semble une nouvelle fois pencher pour leur abandon. Résumé des trois actes de cette pièce à l’intrigue pour le moins emmêlée…

 

 

Acte I (2002-2005) – la remise en cause des contrats aidés ou la victoire de l’aile « néolibérale » de l’UMP

 

Victorieuse dans un contexte ambigu en 2002, la droite s’était appuyée, sous le gouvernement Jospin et pendant la campagne, sur une critique sans concession des emplois aidés, à travers les emplois jeunes, accusés d’être un instrument artificiel de création d’emplois par les pouvoirs publics.

 

Du fait de l’arrivée à échéance du dispositif des « emplois jeunes », la politique de l’emploi conduite à partir de 2002 a été ainsi caractérisée, dans un premier temps tout du moins, par un recours bien moindre aux contrats aidés. Tout au plus, des dispositifs d’emplois aidés destinés aux jeunes ont été mis en place à travers le contrat « jeunes en entreprises », lancé en juillet 2002 par François Fillon. Ils s’adressaient, non plus à des collectivités ou à des structures associatives mais au secteur marchand. Ce contrat vit sa portée limitée par son échec patent : 120 000 contrats de ce type ont été signés alors que le gouvernement tablait sur un chiffre de 250 000.

 

En réalité, un affrontement discret à l’intérieur de la droite s’est engagé dès 2002 entre ceux qui souhaitaient que soit presque totalement abandonné le recours à des contrats aidés financés par l’Etat, et les autres, plus pragmatiques, qui voyaient dans ces contrats un instrument nécessaire s’agissant des publics les plus en difficulté.

 

Acte II (2005-2007) – la loi de cohésion sociale ou le retour en force des contrats aidés

 

Alors que premier camp s’est imposé en 2002 avec la non reconduction des emplois jeunes, la très rapide dégradation du marché du travail – notamment en 2003 – a permis au deuxième de l’emporter. Après avoir décrié l’emploi aidé, la droite lui permettait de revenir par la grande porte, en l’occurrence, celle de la loi de programmation pour la cohésion sociale en janvier 2005. Ordonnant quelque peu le maquis des multiples dispositifs en matière de politique de l’emploi, cette loi prévoyait la création de nombreux contrats aidés, en contradiction totale avec les discours tenus depuis 2002, rétablissant ainsi la place importante de ces dispositifs.

 

Si la droite a souvent rétrospectivement imputé le « trou d’air » dans les créations de contrats aidés entre 2002 et 2004 à l’absence d’anticipation par le gouvernement Jospin de la fin des emplois jeunes, c’est en réalité à un affrontement interne à la droite que l’on doit leur interruption brutale et le revirement qu’a constitué la loi de cohésion sociale. Aucun mythe rétrospectif ne doit à cet égard faire illusion…

 

Acte III (2007- ) – la revanche des adversaires de l’emploi aidé ?

 

Le naturel semble revenu au galop avec l’élection de Nicolas Sarkozy qui a abouti rapidement, à l’été 2007, à l’amorce d’une nette baisse de régime dans la reconduction des contrats aidés, notamment des contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) et les contrats d’avenir (CAv). Afin de réaliser 600 M€ d’économies, le gouvernement a ainsi annoncé à l’été son intention de ne pas renouveler 185 000 CAE et 55 000 CAv, dans le secteur non-marchand, d’ici la fin 2007.

 

Ce nouveau changement d’orientation a, nous le verrons plus loin, un effet qui se fait largement ressentir depuis début 2008 pour de nombreuses associations, et non des moindres.

  

Ces multiples revirements nuisent clairement à l’efficacité de la politique de l’emploi. Ils procèdent malheureusement d’une inconstance sans doute plus large…

 

Une inconstance peut en cacher une autre…

 

L’inconstance de la droite dans son rapport aux contrats aidés témoigne plus largement – même si ce n’est pas l’objet de cet article – de l’absence de gouvernail dont souffre la politique économique de l’UMP depuis 2002.

 

Le malentendu fiscal sur lequel Nicolas Sarkozy a bâti son programme économique et sa victoire n’est pas pour laisser penser que 2007 a constitué une rupture et une clarification à cet égard. De nombreux analystes ne manquent pas de souligner les hésitations du locataire de l’Elysée depuis son élection entre une voie néolibérale et une ligne aux accents interventionnistes et protectionnistes. Sans parler de l’absence de politique de l’offre au profit d’une politique de la demande qui emprunte largement à ce qu’il faut bien qualifier de « keynésianisme du riche ».

 

A défaut de clarification, la droite revient donc toujours à ses vieux démons : une politique incohérente mêlant des mesures fiscales coûteuses et inutiles à des diatribes néolibérales (dans une version souvent vulgaire qui emprunte à un certain « poujadisme ») et n’hésitant pas par ailleurs à céder aux réflexes clientélistes habituels ou aux discours protectionnistes de circonstance.

 

Les contrats aidés, un objet de débats pourtant légitimes

 

Là où le gouvernement n’a cessé de changer son fusil d’épaule, un débat serait pourtant nécessaire afin clarifier et « stabiliser » l’architecture de la politique de l’emploi. 

 

Le recours aux contrats aidés s’est largement développé face à la crise économique des années 70, au chômage de masse et aux problèmes d’insertion et d’employabilité qui ont affecté un nombre croissant d’individus. Réponse immédiate des gouvernements successifs à ces problèmes, source de main d’œuvre précieuse pour le secteur non marchand et notamment les associations, les contrats aidés ont commencé à faire l’objet de critiques dès lors que leur coût élevé pour les finances publiques a été placé en regard de la montée inexorable du chômage. Revenons sur quelques unes de ces critiques.

 

On pourrait d’abord voir dans la critique de la philosophie même des contrats aidés une critique d’essence néolibérale, contestant l’opportunité pour la collectivité de créer des emplois financés par la dépense publique et jugés déconnectés des besoins réels de l’économie. Une telle politique serait coûteuse et inefficace puisque les prélèvements obligatoires qui la financent seraient autant d’entraves au fonctionnement du marché qui permet seul, par une allocation optimale des ressources, de « révéler » les véritables besoins de l’économie en termes d’emploi.

 

Cette critique ne tient pas compte justement des besoins du secteur associatif, non marchand par définition, et sous-estime l’importance des problèmes d’insertion et d’employabilité engendrés par un chômage de masse prolongé, problèmes qui nécessitent des solutions spécifiques, par l’intervention des pouvoirs publics.

 

Une autre critique, largement recevable, concerne les problèmes liés au périmètre du ciblage des contrats aidés. Cette critique avait été forte – à juste titre – l’occasion de la mise en place des emplois jeunes en 1997, accusés de bénéficier à des jeunes déjà titulaires de diplômes d’enseignement supérieur et donc moins dans le besoin de solutions d’insertion telles que les contrats aidés, destinés aux publics en difficultés ou nécessitant une formation complémentaire telle qu’un apprentissage. Au passage, on peut également et, plus largement, émettre de nombreuses réserves sur le ciblage générationnel des politiques de l’emploi comme quelques camarades – dont l’auteur de cet article – avaient eu l’occasion de le faire dans une note adressée à l’équipe d’un candidat malheureux à l’investiture socialiste pour la présidentielle en 2006, suite à ses propositions en matière d’emploi, dans un contexte marqué par le retrait du CPE.

 

La complexité des dispositifs mis en place et leur enchevêtrement sont par ailleurs souvent mis en avant. S’il est sans doute vrai que l’on a pu constater un enchevêtrement des différents dispositifs de contrats aidés au fil du temps (quand certains contrats ne font pas doublons dans leurs finalités avec d’autres…), la complexité ne saurait être, comme souvent, l’alibi de politiques d’inspiration néolibérale consistant à faire table rase d’outils politiques parfois utiles pour peu qu’ils soient utilisés efficacement. Un toilettage est sans doute nécessaire, même s’il a été engagé par loi de cohésion sociale en 2005, mais il serait lâche politiquement de faire de la complexité le seul fondement d’une remise en cause radicale et sans discernement des contrats aidés.

 

L’autre critique essentielle des contrats aidés concerne le fait qu’en ne permettant pas à leurs bénéficiaires de rentrer réellement dans une logique d’insertion, ils engendrent ce que l’on pourrait qualifier de « trappes à contrats aidés ». Les bénéficiaires ne parvenant pas à trouver, à l’issue d’un contrat aidé, un emploi stable, ils rentrent alors dans une spirale d’enchaînement des contrats spécifiques sans perspective d’en sortir. C’est alors l’échec même des contrats aidés qu’il faut constater.

 

Enfin, comme tout dispositif d’emploi aidé, les contrats aidés, s’ils concernent le secteur marchand, peuvent comporter des effets d’aubaine ou de substitution (en fonction du public cible) importants. Ils profitent alors à des entreprises qui auraient pu réaliser ces embauches sous formes de contrats « de droit commun ».

 

En définitive, si toutes ces questions étaient clairement posées dans le débat public, l’empressement avec lequel des contrats aidés ont été créés, tout comme la précipitation avec laquelle ils ont parfois été purement et simplement supprimés, par non renouvellement, pourraient être évités.

 

C’est faute de visibilité quant à leur utilité réelle que le gouvernement s’est autorisé à des revirements incessants. Il eut été préférable d’examiner cette donnée plus en détail et de donner plus de stabilité à l’architecture de la politique de l’emploi. En effet, entendons-nous bien, cet article n’est pas tant un plaidoyer pour le tout « contrats aidés » comme solution aux problèmes de chômage et d’insertion qu’un plaidoyer pour une cohérence et une continuité minimales dans la conduite de la politique de l’emploi 1


Les associations, victimes collatérales des revirements gouvernementaux

 

La pièce en trois actes que nous avons présentée plus haut pourrait n’être qu’un vaudeville de mauvaise facture si elle n’avait pas des conséquences très dommageables pour les bénéficiaires des contrats aidés et pour les associations qui en sont utilisatrices.

 

En effet, nombre de contrats aidés concernent le secteur non-marchand. Or le non renouvellement massif des contrats aidés – comme c’est le cas actuellement avec les CAE – est un facteur de déstabilisation préoccupant pour l’activité de ces associations. Depuis quelques mois, de nombreuses associations caritatives ainsi que des centres sociaux sont mis en difficulté par la politique gouvernementale. Ces associations combinent en effet souvent le bénévolat et le recours à des salariés, très souvent en contrats aidés. De fait, le non renouvellement des CAE risque de les contraindre à réduire le périmètre de leurs activités, au détriment des publics auprès desquels elles interviennent.

 

L’absence de pérennité des emplois aidés, souvent déplorée par les responsables associatifs, s’ajoute ainsi à l’incertitude quant au montant des subventions dont les associations peuvent bénéficier d’une année sur l’autre.

 

Il apparaît ainsi urgent pour le gouvernement de stabiliser la politique de l’emploi qu’il conduit et, plus largement, de garantir aux associations un cadre sécurisé et stable, en vue de conforter le développement de leur activité, par exemple à travers une logique de contractualisation pluriannuelle. Malheureusement, il semble à l’heure actuelle peu sensible aux considérations développées dans cet article…

 

Bastien Taloc

_____________________________________________
1
 Illustration grotesque de cette instabilité des orientations : le gouvernement Villepin avait en 2006 remplacé par un nouveau contrat de transition professionnelle expérimenté dans quelques bassins d’emploi en difficulté un dispositif remplissant les mêmes fonctions créé quelques mois plus tôt. Il est pourtant trivial d’affirmer que c’est sur la durée seulement que l’on peut apprécier l’efficacité d’un instrument.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bastien 20/05/2008 13:20

Merci Bruno,

Je n'ai pas d'article précis. Néanmoins, il existe un petit livre assez bien fait aux éditions la Découverte : "les fondements philosophiques du libéralisme", de Francisco Vergara. C'est très didactique et très clair sur le libéralisme du 19ème siècle et ses grandes familles. Une explication très intéressante de ce qu'est l'utilitarisme notamment. Une lecture qui tord en tout cas le coup aux idées reçues sur les origines du libéralisme. On y voit de nombreuses différences et contradictions avec le discours de ceux qui se prétendent libéraux de nos jours.

Sinon, la notice de Rosanvallon sur les familles du libéralisme dans la crise de l'Etat-providence est également très éclairante.

Bruno 19/05/2008 11:45

Chouette article.
Bastien, as-tu des articles à me conseiller sur ce que tu nommes "néolibéralisme"? Ca m'intéresse. Réponds par mail stp.

John_G 16/05/2008 00:39

@ Sharky,

avait oublié de te répondre :
- sur les pré-retraites, au contraire, il me semble t'avoir indiqué que les premières mesures tentant de limiter les pré-retraites datent de 1983. Quant aux syndicats, ils dénoncent pour la plupart depuis les différents plans Acier cette pratique systématique. Je pense que les partis feraient mieux de se taire sur ce point ;

- sur l'informatisation, je veux bien que tu nous parles de tes enfants maltraités par l'éducation nationale trotsko-léniniste. Il n'empêche que même l'enquête internationale PISA, pourtant très dure dans les autres domaines, reconnait que les Français ont une vraie avance en matière de pratique informatique. Et puis si on parle d'expérience, je te prends la mienne qui est concluante ;

- sur les emplois jeunes, ils n'ont aucune vocation à venir suppléer les profs. Et je croyais que tu étais pour l'effort, il faudrait savoir ?

- sur le "déclaratif", le fait d'avoir trouver un emploi stable après avoir quitté son emploi jeune n'a rien de "déclaratif", c'est un fait. Encore une fois, le débat n'a pas vraiment d'intérêt si chacun se cantonne à évoquer telle ou telle expérience ;

- sur les offres, t'en fais pas, on a tous fait des boulots d'été. Non, je n'ai jamais eu l'impression que ça "dégueulait" et surtout, j'ai toujours eu l'impression que les patrons en demandaient beaucoup trop ("expérience"...) pour des conditions salariales minables ;

- sur la police de proximité, oui continue à réciter les prêches que tu as écouté ; il est vrai que la situation est tellement belle. Et pour ta gouverne, j'ai malheureusement du voter Chirac.

Sharky 13/05/2008 23:57

John, à ton niveau "supposé", il ne s'agit pas forcément de travailler plus pour gagner plus mais de travailler mieux. ;-)

Youhou, on est en 2008 plus en 63 AJC, ce qui était valable à ce moment ne l'est plus, et je ne nie pas non plus que certains gvts de droite ont suivi le mvt des Golden Retraites, que vous n'avez jamais dénoncé ni les syndicats. Le seul qui l'ait fait avec responsabilité et raison est le gvt actuel.

Le coup de l'informatisation de notre jeunesse est risible, seuls les profs malgré les milliards d'heures de formations qu'ils ont subis et nous ont coutés peuvent te croire, c'est vrai qu'eux ils n'ont toujours pas compris. Je te rappelle que j'ai 3 enfants et j'ai vu ce qu'on leur fait faire en informatique, et c'est vraiment risible pour ne pas pleurer. Ils sont effectivement ces emplois perennisés mais complètement inutiles, j'espère qu'ils feront parti des 19000, mieux vaut que les enfants fassent 1h de sport en plus.

Pour les emplois jeunes je te conseille d'aller apprendre le breton à des jeunes des Tarterets pendant 5 ans et être payé avec les quelques cailloux réglementaires en plus de ceux qu'ils te lanceront. On te verra à la sortie et au moment de ta retraite, ça risque d'être moins drole.
Le coup du déclaratif est également une belle tarte à la crème. Qui dit de lui-même que c'est un con, personne même pas les cons! (regarde nous!!!)
Pour ta gouverne, on ne s'évalue jamais soi-même, c'est un autre qui doit le faire pour que cela soit pertinent et crédible. Tes chiffres sont donc du pipeau, je suis même surpris qu'il n'y ait que 70% et 80%, ils devaient vraimet être mal en point les autres.

Pour les emplois, va donc faire un tour dans les ANPE et agences d'intérim et tu verras que les offres dégueulent.
Pour toi difficile et mal payé est une justification pour ne rien faire, belle mentalité. Il y a ne serait-ce qu'une ou deux génération, c'est un bon coup de pieds au cul que tes aieux t'auraient mis pour penser cela. Il est vrai eux n'avaient pas le choix et avaient reçu une éducation d'un autre type.

Pour le bouquet final, ta marotte la police de proximité!
Peux tu me rappeller pour quelle raison ton ami Jospin s'est fait lamentablement étaler par Le Pen (ça c'est historique), ce qui t'aurait fait voté Chirac les larmes dans les yeux si tu avais eu l'âge? Principalement pour l'explosion factuelle de l'insécurité sous sa gouvernance malgré sa mise en place des GO de la police de 9h-12h 14h-17h, ils se marrent encore dans les banlieues en parlant du bon vieux temps.

@ Bastien
Pour la caricature, tu es champion. Ou ai-je dis qu'il fallait napalmer les assoc? A côté des resto du coeurs qui est une vrai machine de guerre, avec la structure, la logistique, les moyens, l'organisation et qui est justement justifiée, combien de milliers d'autres ne le sont pas. C'est de celles là dont je parle. Propaganda?

Bastien 13/05/2008 12:26

Merci John_G !

J'ajouterais plus largement que notre ami Sharky s'évertue à faire une lecture caricaturale de cet article : je suis loin d'applaudir la politique conduite par les gouvernements de gauche sans aucune nuance sérieuse. Je t'invite à relire mon propos.

Et je ne suis pas le défenseur en chef des contrats aidés. Je souligne leurs limites et plaide davantage pour la stabilité de la politique de l'emploi.

Pour être provocateur, je dirais que je préfère un gouvernement cohérent qui n'a pas recours (et jamais) aux contrats aidés qu'un gouvernement inconstant qui les supprime et les rétablit sans cesse...

Sur l'utilité des assocs, je suis assez choqué par tes propos. Les Restos du Coeur sont inutiles ? Je connais par ailleurs des assocs de prise en charge des handicapés et autistes qui sont en grande difficulté avec l'abandon des contrats aidés et ne peuvent uniquement compter sur le bénévolat, sauf à revoir leurs activités. Sont-elles inutiles ? Elles ont au contraire développé un savoir-faire et des compétences que les services de l'Etat peuvent leur envier. A moins qu'en bon soviétique tu ne sois pour l'étatisation de la prise en charge de toutes ces activités ;-)