Si Sarkozy était une femme, aurait-il si facilement oublié l’héritage de Mai 68 ?

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Comment ne pas voir dans Mai 68 un moment d’une importance cruciale pour le mouvement de libération desfemmes qui a suivi et qui n’est pas terminé ? Comment peut-on déclarer vouloir « liquider » cet héritage ?


Voilà une chose que je ne comprends pas… Pour les femmes, il fait meilleur vivre en 2008 qu’avant 1968 et je défis quiconque de me dire le contraire.

Il n’y avait soit disant « plus de valeur »  dans le mouvement de 68 (dixit M. Sarkozy). Et l’égalité hommes- femmes alors ? Ca ne compte pas dans les valeurs peut être…

 

Petit retour sur la situation de la femme dans la société française à cette époque :   le droit de vote des femmes a été instauré en France en 1944 ; en 1965, la femme est libre de travailler sans l’autorisation de son mari ; en 1967 avec la loi Neuwirth, la contraception est autorisée mais n’est pas remboursée par la sécurité sociale.

Mais dans les faits, la pilule n’est pas facilement prescrite et l’avortement est un délit. Les grossesses non désirées sont nombreuses et les femmes qui refusent la maternité avortent dans des conditions dramatiques. Dans le couple, l’autorité revient entièrement au père. Dans le travail, les femmes occupent des fonctions peu importantes. Les concours d’entrée à certaines grandes écoles leur sont fermés.

 


Mai 68 change la donne. Pendant le mouvement, les femmes sont là. Elles se posent en symbole de Marianne et manifestent, comme les hommes. Elles descendent dans la rue pour dire non à une société qui semble les ignorer. Les femmes rompent avec leur image de gardienne du foyer et d’obéissantes épouses. Elles revendiquent de prendre en main leur destin. Ces femmes sont malheureusement souvent restées anonymes pendant le conflit, « sous-entendue » plutôt qu’entendue. Les leaders restaient des hommes. Mais c’est tout de même une bouffée d’espoir.


Mai 68, marque pour les femmes le début du féminisme. Il y des droits à acquérir : salaire – les femmes gagnent en moyenne 1/3 de moins que les hommes à travail égal- droit à l’avortement … et tout un modèle social à faire évoluer.

Le MLF, Mouvement pour la Libération des Femmes, se crée à la suite de mai 68. Ce fameux MLF n’est en effet pas tombé du ciel en 1970. .. Mai 68 a été l’aube qui l’annonçait.

Mai 68 a été un creuset. Il a favorisé l’émergence des principaux mouvements contestataires de notre époque. Un des héritages les plus visibles et les plus réussis est du côté de la libération des femmes, qui marque dans l’histoire du XXe siècle un tournant.

  

Les lendemains du mois de mai ont été chantants : remaniement du code civil en 70, dans lequel il est désormais écrit que « les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille », décrets de l’application de la loi Neuwirth en 73 facilitant l’accès à la contraception, création d’un secrétariat d’Etat à la condition féminine en 74, loi Veil sur l’avortement en 75…Sans oublier tous les petits changements dans la société : l’autorisation du port du pantalon pour les filles dans les écoles, la création du jean unisexe, mixité des classes…


En mai 68, la rue a bougé et les femmes aussi. Même si aujourd’hui, il reste encore à jeter de nouveaux pavés dans la mare !

 

Ainsi, il n’est pas normal que professionnellement une femme éprouve plus de difficultés à s’affirmer, notamment au niveau du salaire qu’elles perçoivent, en moyenne 20% moins élevé que les hommes avec les mêmes qualifications… Après mai 68, la femme a gagné le droit d’exister et d’être reconnue professionnellement. Et pourtant, elle reste parfois conditionnée à son rôle de femme au foyer avec en prime un métier. Et c’est pour cela que les femmes militent encore pour acquérir les mêmes droits que les hommes et pour que les hommes assument les mêmes devoirs que les femmes.

 

Tant qu’il existera une journée de la femme qui nous rappelle que nous « sommes tous égaux, mais certains plus que d’autres », alors le féminisme aura toujours une raison d’exister et le mouvement amorcé en 68 continuera… Jusqu’au jour où il y aura 365 journées de la femme et 365 journées de l’homme…et plus besoin d’un 8 mars.

 

Alors, que reste-t-il sous les pavés de 68 ? Au moins un mouvement bien amorcé : le féminisme…

 

Camille Spire

Publié dans Questions de société

Commenter cet article

jean 01/07/2008 19:23

pétiton pour la déstitution de niciolas sarkozy de ses fonction de président de la république à signer et a diffuser largement signez sur www.antisarkozysme.com

camille 16/05/2008 00:54

@christine

Avec des si, on peut refaire toute l'histoire!
En tout cas le MLF vient directement de Mai 68 et tous les combats gagnés au début de 70 également.

John_G 15/05/2008 02:21

@ Sharky,

- concernant la parité, 13 femmes sur 37 ministres (au fait, bravo pour le gouvernement "recentré"), ce n'est pas vraiment ce que j'appelle la parité ;

- sur les écarts salariaux, c'est une blague ou pas ?

- sur Royal, toujours ta monomanie. Il me semble qu'elle se pourvoie en cassation. Attendons donc avant de se prononcer définitivement et arrête de gober telle quelle ta petite propagande UMP...

christine 14/05/2008 07:59

Le féminisme aurait existé même sans mai 68, car les femmes sont de tous les combats. Mai 68 résonne en moi comme un grand désordre qui a entraîné notre pays vers la permissivité extrême. Les conséquences aujourd'hui sont lourdes, il fallait réagir et notre président le fait tès bien.
Les socialistes se résume à "une terra nova" que l'UMP regarde avec désolement, lui qui voulait prendre des atouts de toutes parts. Alors s'il vous plait laissez faire l'UMP et on en reparle dans 4 ans

Sharky 14/05/2008 00:07

C'est vrai qu'à Gauche on ne les paye pas les femmes, pas vrai Marie Ségolène?

Je m'en veux de l'avoir ratée au premier jet celle-là!