Ségolène Royal/Ingrid Betancourt : pourquoi le PS aurait besoin d'un séjour dans la jungle colombienne pour retrouver un esprit d'équipe et combatif

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

La récente polémique opposant Ségolène Royal à l’UMP mais aussi à une partie du PS au sujet de la libération d’Ingrid Betancourt et du rôle joué par Nicolas Sarkozy me paraît constituer un cas d’école des dysfonctionnements actuels du PS. Bien entendu, contrairement à d’autres camarades, je postule que Ségolène Royal n’est pas (du tout) « le » problème du PS et que toute la discussion ne consiste donc pas à dire que l’ancienne candidate à la présidentielle est seule fautive de la polémique qu’ont suscité ses propos. Il ne s’agira pas non plus de juger de l’impact politique – positif ou négatif – des déclarations de Ségolène Royal sur sa personnne dans sa course vers le Congrès du Reims mais simplement de se demander quelles sont les vérités qui éclatent – au sein du PS – à l’occasion de cette polémique.

 

Quelle type d'opposition : le PS n'est pas les FARC : mais doit-on pour autant abandonner son esprit critique dans le maquis ?

 

De la gauche pétitionnaire à la droite ultra-catholique, tout le monde devrait avoir lieu de se réjouir de la libération d’Ingrid Betancourt. Réjouissons-en nous effectivement pour elle d’abord, pour sa famille ensuite. Ensuite, doit-on rester béats, ne pas se demander si l’on n’en a pas « trop fait », si nous n’avons pas contribué à faire monter le « prix » des autres otages quand on voit le sort que l’on a réservé à l’une d’entre-eux ? Ne doit-on pas se poser la question de la réussite de la stratégie colombienne au détriment de la voie française ? De l’implication des Etats-Unis, d’Israël ? Ne pourrait-on pas s’interroger sur une cause peut-être plus people que réellement populaire ? En d’autres termes, existe-t-il une injonction (biblique ?) à être heureux et… simple d’esprit ?


Le mythe de l'union nationale


Même en Sarkozye, les mots ont un sens et nous ne sommes pas en situation de guerre. Il n’est donc pas question d’ « union nationale » sur une question pareille ou alors faudrait-il la déclencher à tout bout de champ et remettre en cause la nécessaire pluralité démocratique tous les jours. Dans ce cas, doit-on considérer que Ségolène Royal a brisé l’ « union nationale » ou qu’elle a simplement joué le rôle de l’opposition, à savoir rappeler les faits et enjoindre le pouvoir actuel à ne pas récupérer l’événement ? Est-ce « triste et consternant » comme l’a dit le (pourtant habituellement bien mieux inspiré) député Philippe Martin de rappeler ces faits, de contourner la machine de guerre médiatique élyséenne qui de l’invraisemblable culottée Rama Yade à l’éternel sondage Le Figaro/LCI/Opinionway s’était enclenchée ? On aurait pu croire, au vu des premières déclarations et de la relative retenue présidentielle, que la récupération n’allait pour une fois pas avoir lieu. C’était sans compter dès le lendemain matin les déclarations tonitruantes et le concert de klaxons tout au long du week-end.

 



Les socialistes qui ont vertement critiqué les propos de Ségolène Royal se sont donc engouffrés, même si l’événement a un caractère particulier, dans l’un de leurs principaux travers depuis quelques mois : le mythe de l’union nationale. Comme nous l’avions développé ici, plusieurs camarades sont souvent tentés par cette illusion sarkozyste née de la fausse ouverture. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que l’un des principaux critiques de S. Royal soit Jack Lang qui n’a plus rien à prouver en termes de déclarations dissonantes (avec son camp) et de sarkolâtrie parfois avérée. Non seulement l’union nationale n’a pas à exister pour ce genre d’événements mais cela met en outre complètement à mal l’un des rôles fondamentaux d’une opposition politique en démocratie : son caractère cathartique.

 

Le PS n’a bien sûr pas à s’opposer par principe à toute action de Sarkozy (il est d’ailleurs savoureux d’entendre un fabiusien, Philippe Martin, nous expliquer la nécessité de pas faire d’ « opposition frontale »), il doit néanmoins non seulement s’exprimer mais aussi démonter scrupuleusement les plans de communication du pouvoir. En l’occurrence, c’est exactement ce que Ségolène Royal a fait, en guise de prévention, dans la mesure où sur le fond, ses propos ne sont pas condamnables, si ce n’est à dire que Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, dont les propos sont exactement les mêmes que ceux de Ségolène Royal, est un anti-sarkozyste acharné.

 

Si la stratégie sarkozyste ne fonctionne pas en Colombie, elle se déroule parfaitement au PS!

 

Au cours des derniers jours, les principaux « ténors » de l’UMP ont rivalisé de grossièretés voire d’insultes en tout genre pour attaquer Ségolène Royal. « Petite fille dans une cour d’école » (Fillon : aurait-il pu ajouter : « qui distribue des caramels mous ? »), « enfant qui vient gâcher la fête » (de la part de Rama Yade – sic) ; « femme à l’humanité d’un bigorneau » (Estrosi)… Ni Philippe Martin ni Jack Lang n’ont jugé utile, dans les communiqués de presse qu’ils ont fait paraître instamment, de condamner la teneur des propos tenus par ces personnalités de droite à l’encontre de leur camarade de parti. S’ils avaient le droit de ne pas être d’accord avec son affirmation, ils avaient le devoir de le faire d’une autre manière, sans des qualificatifs aussi grossiers (« consternant » ou « faute morale ») et surtout en prenant la peine de regretter les insultes proférées. A ce titre, il faut toutefois remercier Christophe Caresche, Julien Dray et Pierre Moscovici d’avoir chacun de leur côté, malgré des engagements différents pour le Congrès, dénoncé les propos tenus par la droite.

Trop occupé à la guérilla interne, le PS a-t-il rendu les armes face à la droite ?

Alors que la droite donnait un spectacle, à certains égards pathétiques certes, d’union totale autour de la figure présidentielle et de sa défense, la gauche donnait une fois de plus l’image d’un parti disloqué, où toute forme de camaraderie, de protection mutuelle face aux attaques du camp d’en face étaient bannies en échange de petits calculs politiciens. Cette absence d’union au sein du PS est pourtant l’un des principaux reproches constamment (et à juste titre) adressé aussi bien par les militants que par les citoyens de manière générale aux cadres du Parti. Cela ne les empêche pas de continuer et de s’enfoncer dans cette voie sans issue.

Au-delà du fait de savoir si la déclaration de Ségolène Royal était opportune ou non, nécessaire ou non, cette histoire illustre précisément ce que le PS était pendant une partie de  la campagne présidentielle et continue à être aujourd’hui, en raison de petits calculs boutiquiers et de l’esprit clanique qui y règnent : un magnifique chèque en blanc à la droite, pourtant l’une des pires que la France ait eu à connaître.


John_G

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article

Lycéen du 70 26/07/2008 12:09

Bonjour à tous les vacanciers !

John_G, vous introduisez votre article par " Il ne s’agira pas non plus de juger de l’impact politique – positif ou négatif – des déclarations de Ségolène Royal sur sa personne dans sa course vers le Congrès du Reims...", puis vous concluez "Au-delà du fait de savoir si la déclaration de Ségolène Royal était opportune ou non, nécessaire ou non..."

Je pense que vous contournez (trop) rapidement le problème que cette polémique soulève. A savoir :

Cette petite phrase de Mme Royal était-elle un calcule politique visant à prendre place dans cet événement médiatique que fut la libération de Mme Bétancourt et ainsi s'inscrire dans une ligne d'opposition (elle se décrit d'ailleurs comme "première opposante de Nicolas Sarkozy") en vue du Congrès de Reims (où devra être élu(e) le/la secrétaire du PS et donc logiquement le/la premier(e) opposant(e) du gouvernement actuel) ?
Sinon, Mme Royal voulait-elle préciser les circonstances de cette libération sans aucun calcul ni envie de créer la polémique, mais seulement pour soulever un débat et peut-être remettre en cause la ligne suivie par M. Sarkozy et ses prédécesseurs sur le dossier des Farcs ?

Pour moi, voilà le véritable débat qu'on pourrait soulever suite à cette polémique.

Mon point de vue est que Mme Royal, étant une politicienne, sait très bien ce que peuvent provoquer les petites phrases parmi les politiques d'abord, puis dans l'opinion. Ainsi, cette phrase n'apporte rien au débat mais au contraire l'éclipse car tous les projecteurs se tournent vers les réactions (prévisibles et à mon avis prévues par Mme Royal) du paysage politique tout entier.
Si Mme Royal voulait vraiment soulever un débat sur la libération des otages, elle aurait dû préciser que la politique de M. Sarkozy sur ce point n'a effectivement pas fonctionner, et qu'à l'avenir, il faudra certainement adopter une ligne plus dure avec les preneurs d'otages.
Elle aurait aussi pu préciser que le PS n'était pas en désaccord avec la ligne choisie par M. Sarkozy et donc que le PS a fait lui aussi une erreur sur ce point.

Encore une fois, Mme Royal a préféré créer la polémique plutôt que de conduire un débat utile mais qui aurait certes moins passionner les foules...

Je précise que ce n'est que mon point de vue et que je suis ouvert à toute réponse (en accord ou en désaccord) avec celui-ci.

Bonne vacances à ceux qui peuvent en profiter !

Sharky 10/07/2008 12:07

Veuillez recevoir mon soutien sincère dans cette douloureuse période qui n'est pas glorieuse pour le débat politique.
Il ne tient qu'à vous militants PS, d'opérer une nécessaire euthanasie politique afin de laisser enfin émerger les forces vives du PS lors du prochain Congès.

Gilles 08/07/2008 11:05

@ John_G

Très bonne analyse sur la libération d'Ingrid Betancourt et ses conséquences

Bien évidemment, il faut être content de son retour et je suis le premier à m'en réjouir.

Toutefois, nous devons conserver notre esprit critique et rester vigilants.

En effet, on pouvait se douter dès le départ de la manoeuvre sarkozyste, ce qui est logique dans un contexte où le pouvoir est mis à mal ! Aussi parler de Betancourt est l'exhiber tel un trophée (ce qui est malheureusement le cas), cela ne mange pas de pain pour la droite et lui permet de faire passer des réformes en toute discrétion et en anesthésiant l'opposition (Bayrou compris)

Aussi, je ne crois pas que Ségolène Royal ait commis la moindre faute, elle a fait son boulot d'opposante un point c'est tout ! D'ailleurs, les Lang, Martin et cie devraient faire pareil au lieu d'espérer un maroquin d'ouverture dans le gouvernement Fillon

En tout cas, belle analyse !

Gilles

PS : je me permets de mettre en ligne ma propre opinion sur la libéralition d'Ingrid Betancourt (bon, je suis sans doute moins appliqué que toi, mais tant que c'est compréhensible (LOL) : http://actupolitique.over-blog.net/article-20982411.html)

Sharky 08/07/2008 00:04

@ Céline
C'est bien vrai au fond, et qu'est-ce qu'on s'en fout aussi de cette MSR?
Elle aura traversée la vie politique française comme une comète sortie de nulle part et retourne directement vers l'espace infini qui lui sied si bien finalement.
Un effet de queue de comète sans doute.

Céline 07/07/2008 23:41

après tout qu'est ce qu'on s'en fout de cette Betancourt.

On est passé à l'épisode numéro 8 du Sarkoshow .. si si.
Il parait qu'ils préparent déjà la nouvelle saison pour 2012