chroniques d'une omniprésidence (5)

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Je suis de gauche et j'en suis fier. Au plus grand plaisir des « Bisounours en folie », je vais donc m'adonner à un exercice de terrorisme intellectuel et de lobotomisation afin de répandre le politiquement correct.

Premier acte de bien-pensance, très bref pour commencer : saluer la victoire de Barack Obama. Quoiqu'Obama fasse, mon cœur fébrile s'emballera toujours à la lecture de cet article.

Deuxième acte de bien-pensance, et non des moindres : dénoncer l'Etat sécuritaire et militariste. Deux articles à l'appui de cet accès de politiquement correct. D'abord, les déclarations de Michèle Alliot-Marie à la suite de l'arrestation des suspects dans le cadre des actes de vandalisme commis sur le réseau de voies ferrées. Son insistance sur la « diligence » des services de renseignement, constitue, à mon sens, un éloge masqué des moyens faramineux mis à disposition des forces de l'ordre, dont le liberticide fichier Edvige... : elle a « félicité la police et la gendarmerie de leur "diligence". Elle a ajouté que cette opération avait été rendue possible grâce "au travail de renseignement effectué depuis des mois sur cette mouvance par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), et aux investigations conduites sur ce groupe par la SDAT" ». Ensuite, je tiens à dénoncer la façon dont Sarkozy absout les « fusillés pour l'exemple ». Si je suis heureux que Sarkozy suive l'exemple de Jospin, qui en 1998, a déjà proposé que l'on honore ces fusillés de la Première Guerre mondiale, je m'insurge contre la description que Sarkozy a fait de leurs actes. En effet, il estime qu'ils ont déserté le champ de bataille par « faiblesse ». Comment appeler « faible » l'homme qui consciemment, à rebours de tout un pays et de ses dirigeants militaristes, refuse de prendre part dans une gigantesque boucherie ?

 Pour finir, je vais offrir deux articles montrant qu'il existe encore, parmi la majorité présidentielle des petits « nazillons » en tous genres :

-          Patrick Ollier, un député UMP qui explique à sa manière l'absence « d'Obama français »

-          Un obscur conseiller municipal MPF orléanais, qui avec la bénédiction de son maire UMP, profère insanité après insanité sur son blog


Sébastien B.


Publié dans Point de vue militant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

R.Maquère (CFDE) 23/11/2008 11:02

Bahh!!


C'est peut-être pas si grave que ça.


On pourrait toujours essayer de se tourner vers les simples citoyens si le projet d'Etats Généraux pour la première semaine de mai 2009 se monte effectivement !

Les Bisounours en Folie 18/11/2008 10:47

Préservons notre diversité et nos 10 couleurs contre un monde noir et gris

http://nitro.biosci.arizona.edu/courses/EEB195-2007/Lecture08/pics/mt-DNA-distirbution.jpeg

;P

eclipse 17/11/2008 22:14

Scoop. Une candidature de plus au PS, un éléphant supplémentaire de dernière minute, avec une motion nouvelle, de rupture et plus innovante.
Tous les détails sur www.ateliers-eclipse.com.
Bisous Babar

4 aubry 17/11/2008 01:17

@ Les Bisounours en folie

FR3 fait bien de dire que vous ête des racistes ! J'ai regarder votre site pfff .. n'importe quoi . Comment c'est possible en 2008 de laissé des gens sur ce site?

Moi je trouves qu'Obama est un trés bon président ,ça fesait longtemp qu'y faut un noir à la présidence de la républic française car quand j'entends des choses pareilles je crois revenir à l'epoque de l'esclavage

@Sebastien , très bon article mais je trouve qu'il ya pas de problem de pister les toubabs fachos chez eux si y veulent pas d'etrangers qui sont de toute facon francais comme toutlemonde et puis je trouve très triste que tu parles de lobotomisation parce que c'est une chose qui peut tous nous arriver . Faut pas se moquer

grutman 17/11/2008 00:11

J'avais déjà entendu parler de cet illuminé facho d'Orléans, à quand une condamnation de la part de l'UMP ? Et franchement, on peut trouver inacceptables les propos de Georges Frêche sans les mettre sur le même plan que les âneries honteuses du Loiret.