Espace de débat sur la position du PS Scpo concernant l'augmentation des droits

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Les commentaires de cet article sont ouverts pour que les militant/e/s expliquent quelle doit être la position du PS Sciences Po sur la hausse des droits de scolarité. Le débat est ouvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sebastian 13/12/2008 20:52

Pour en revenir à la controverse sur l'objectif de gratuité de l'enseignement supérieur : je ne crois pas qu'il soit fantaisiste de réclamer la gratuité des études à Sciences Po. Il est évident qu'à court terme cet objectif est totalement hors de portée étant donné la structure financière sur laquelle repose l'institution.

Toutefois, il ne faut pas oublier que la mise à contribution des élèves s'est faite par un long processus, en parallèle avec le désengagement de l'Etat. Ces deux évolutions sont un CHOIX idéologique de la direction actuelle. En demandant une autonomie absolue, il est naturel que l'Etat se désengage du financement. Richie feint de s'étonner que l'Etat n'ait pas voulu financer le Campus à Créteil : ce n'est là, à mon sens, que le retour de bâton d'une politique consistant à se retirer Sciences Po de la logique du système supérieur français.

Cette volonté de Richie n'est pas forcément un mauvais choix. Elle lui a permis de créer une institution atypique. Mais dans mes rêves les plus fous, je serais pour une nationalisation de Sciences Po (celle qui en 1945 a transformé l'ELSP collaborationniste en IEP n'a été qu'une semi-nationalisation) et qu'il prenne en main le pilotage de l'institution.

Dans tous les cas, dans la situation présente, il faut toujours garder à l'esprit que l'Etat peut et doit financer l'Education supérieure.

Val 12/12/2008 21:00

Ah oui et j'oubliais : je désapprouve la stratégie de Sciences Po qui veut faire passer la réforme en disant qu'après tout nous, actuels étudiants de Sciences Po, ne sommes pas concernés puisque les augmentations s'appliqueront seulement aux prochains étudiants. La plupart de nos condisciples réagissent comme le veut l'administration, en éludant la question par un : "de toute façon, on aura déjà fini Sciences Po...", et ce manque de solidarité intergénérationnelle est assez déprimant !

Etienne 12/12/2008 20:58

Effectivement en relisant ce que j'ai écrit je m'aperçoit que j'ai dit "contre les droits". Je voulais dire "contre la hausse des droits"

Val 12/12/2008 20:30

Bon histoire d'animer un peu le débat, je pense qu'il faut déjà situer le contexte pour ceux qui ne sont pas à ScPo.

Dans son programme 2009-2013, la direction demande l'augmentation de toutes les tranches de frais de scolarité, puisque nous avons déjà cette chance de payer en fonction du revenu des parents. Pour être objectif, il faut rappeler qu'en dehors de l'explosion des frais de représentation de notre chère école, la direction a besoin de faire des investissements massifs pour acquérir de nouveaux locaux et améliorer les conditions d'enseignement (places à la bibliothèque, restauration chaude, salles d'étude, recours pour ne pas avoir la généralisation des e-cours à la place des conférences de méthode etc).

Nous sommes bien entendu mal placés pour nous plaindre, en comparaison des étudiants à Tolbiac ou Jussieu, mais les conditions se sont sensiblement dégradées ces dernières années à cause du doublement des étudiants non compensé par un doublement des infrastructures en parallèle.

Donc je te trouve un peu radical Etienne quand tu dis que nous sommes "contre les droits" de scolarité. C'est inévitable pour une école qui n'est qu'en partie financée par l'Etat, et il n'y a d'ailleurs pas de raison que l'Etat nous donne plus vu que nous sommes déjà privilégiés par rapports aux étudiants en fac.

Tout le monde est au courant que Sciences Po reste (avant cette refonte des droits) bon marché par rapport à certaines écoles françaises (HEC et les grandes écoles de commerce) et étrangères. Soyons constructifs et ne refusons pas en bloc toute réforme du système !

Mais en contrepartie, nous voulons plus d'informations ! Où en est réellement Sciences Po dans la recherche de nouveaux locaux? A Paris, en banlieue malgré l'échec de Créteil, à Reims comme le dit la rumeur? Quelle est la vraie politique des masters à moyen terme (parce que pour ceux qui ne sont pas à Sciences Po, il faut dire que les maquettes pédagogiques changent tous les trois mois, sans stratégie de fond explicite)? Quid de l'avenir du master recherche? Le projet qui est accessible sur le site de Sciences Po est beaucoup trop flou.

Enfin sur la forme, là je suis d'accord avec toi, nous devons critiquer. En effet, l'augmentation des droits est plus forte pour les tranches inférieures que pour les supérieures, ce qui va contre l'idée de la progressivité des droits, et donc de la justice sociale. Et cette augmentation est plus que conséquente, puisqu'elle représente quasiment un doublement de la somme !

D'autant que l'administration a déjà pratiqué des petits "ajustements" (donc des hausses) au cours des dernières années. Bref, pour de nombreuses familles ou directement pour les étudiants, le recours à l'endettement va devenir nécessaire. Ce n'est pas très à la mode ces derniers mois, et il y a des raisons à cela !

Ceux qui sont plus prêt du dossier auront certainement de meilleurs arguments que moi, mais pour conclure, je dirai juste que nous ne devons surtout pas prendre une position caricaturale de refus total de tout changement, car l'école évolue et a de nouveaux besoins. Sur la réforme des droits de scolarité en elle-même, nous devons contester cette augmentation brutale et injuste, sans projet suffisamment précis derrière, et demander à l'administration de revoir sa copie.

Etienne 12/12/2008 18:07

Ces droits sont régressifs pour les tranches supérieures (5 à 9), et font payer à tous les étudiants étrangers en master la somme de 13 000 euros. Le PS défend la gratuité de l'enseignement supérieur, et la crise actuelle révèle les dangers des financements des particuliers par l'emprunt

Qui plus est, l'impôt sur le revenu existe déjà, il doit être almélioré mais ce n'est en tout cas pas Richard Descoings qui doit décider s'il peut lever tous les 3 ans un nouvel impôt

Je pense que le PS Sciences Po doit prendre position CONTRE les droits