« Les citoyens d'abord, un nouveau sens pour l'Europe »

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Les élections européennes ne déplacent pas les foules. En 2004, la participation avait été de 43%.  Le projet des socialistes européens répond à cette désertion par le titre même de son manifeste : « Les citoyens d'abord, un nouveau sens pour l'Europe. »

C'est un projet qui a tout pour séduire : de la crise financière à la croissance verte, tous les enjeux actuels sont abordés. Les critiques de la politique de la droite font aussitôt place à des propositions aussi nombreuses que concrètes.

L'Europe économique socialiste est au goût du jour et affronte les problèmes du présent en proposant des solutions d'avenir : relancer l'économie par la croissance verte, stratégie qui devrait créer 10 millions d'emplois à l'horizon 2020, évaluer les politiques de libéralisation et éviter le retour des crises financières en encadrant les marchés. Le Parti Socialiste Européen a été le seul à proposer ces réformes structurelles qui s'inscrivent dans un changement durable, et non pas dans une mode.

L'Europe sociale socialiste est ambitieuse et ne devrait pas hésiter à l'être plus pour répondre aux attentes des citoyens : accord européen des salaires ou établissement d'un cadre européen pour les services publics dans le cadre d'un Pacte européen du Progrès Social. Les socialistes proposent également une régulation stricte des activités de lobbying à Bruxelles, mesure souvent évoquée et nécessaire à la protection des droits des citoyens.


L'Europe écologique socialiste se propose elle de donner l'exemple, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre mais aussi en augmentant l'aide européenne aux pays en développement pour qu'ils aient les moyens de lutter contre le réchauffement climatique sans sacrifier leur développement économique propre.


L'Europe de l'égalité des sexes socialiste souhaite une charte des droits de la femme, tout un symbole, assorti de mesures garantissant des droits aux congés parentaux, à l'accès à la contraception et une représentation paritaire dans toutes les instances européennes.

L'Europe de l'immigration socialiste fait ici un peu figure de timide, réclamant des règles communes d'immigration légale tout en respectant les compétences propres des Etats membres. La proposition de développer le système commun européen d'accueil des réfugiés va dans le bon sens, alors que la lutte commune contre l'immigration clandestine pose question.

Enfin, l'Europe de la paix socialiste est pleine de bonnes intentions dans un domaine où les marges de manœuvre sont souvent très difficiles sans un grand courage politique. Promouvoir le partenariat avec des zones en difficulté et mettre en œuvre des mesures pour éradiquer la pauvreté dans le cadre  des Objectifs du Millénaire pour le Développement de l'ONU, à l'horizon 2015, qui correspond au mandat législatif européen (2009-2014) restent des objectifs larges, mais nécessaires.


Ce manifeste laisse sans doute des mécontents, et mériterait peut-être quelques modifications. Mais en fait, il y a une chose qui s'oublie en lisant ce manifeste et que l'on devrait, socialistes internationalistes, qui rêvons d'une Europe politique, rappeler sans cesse : pour la première fois, des élections européennes se tiendront avec pour base un seul projet commun socialiste proposé à tous les citoyens des 27 pays de l'Union Européenne. Un projet capable de répondre aux attentes des citoyens européens face à la crise mondiale.

L'Europe est dominée par la droite depuis trop longtemps. Il est grand temps de laisser place à un vrai projet progressiste.

M.P

Retrouvez la traduction française du Manifesto adopté à Madrid le 1er décembre 2008 et l'actualité des socialistes, sociaux-démocrates et démocrates progressistes européens sur le site du PSE : www.pes.org.

Publié dans Europe

Commenter cet article

bernard 29 13/01/2009 17:46

à Val;
personnellement, je serais pour la proposition d'un référendum européen sur toute l'europe. Le taux pour validation peut être, d'ailleurs, supérieur à 50 %. (!!! pourquoi pas 55 %+ 1). Enfin cela c'est vrai que c'est une question importante. Mais je ne sais pas si vous avez lu le deuxième point de notre opération (création d'une commission de démocratisation) qui justement pourra en étudier les modalités.

Val 13/01/2009 17:19

Oui certes...
Mais juste une précision qui m'intéresse en tant qu'Européen fédéraliste, ce serait un référendum direct à la majorité absolue des suffrages cumulés des 27 ou vingt-sept référendums indépendants? Autrement formulé, c'est un seul vote à 50%+1 voix sur toute l'Europe (donc même si on a 55% de vote contraire au résultat européen dans un Etat, le référendum passe) ou on comptabilise les résultats pour chaque pays (et chaque vote contraire bloque) ?

bernard 29 13/01/2009 14:31

à Val, bonjour.
Si cela demeure un objectif et si la proposition est louable, la période des élections européennes est le moment ou jamais d'en parler.

Géremek ans sa tribune du Monde de juillet 2008, avant son décès, ne demandait des référendums partout en europe au même moment, pour revitaliser l'europe?

Val 13/01/2009 14:09

@ bernard 29 : Si mes souvenirs sont bons, le PS avait demandé à ce que le Traité de Lisbonne soit de nouveau soumis au référendum. En tout cas c'était la position de tout le monde chez nous.
Sur un référendum commun à toute l'Europe, c'est moins évident, même si le symbole est fort. La Constitution de certains pays impose de passer par le Parlement, et les refus successifs des référendums en France, aux Pays-Bas et en Irlande ne vont pas les inciter à changer de formule. Donc cette proposition, louable en tant que telle, ne verra probablement pas le jour tout de suite. Le programme commun du PSE, que nous présentons sur le blog, est déjà un premier pas.

bernard 29 13/01/2009 13:37

j'ai l'honneur de vous présenter une opération citoyenne qui va se dérouler jusqu'aux élections européennes. Il y a aussi une pétition. http://jesigne.fr/europecitoyenne2009

Europe Citoyenne 2009
(élections européennes de 2009)

Citoyennes et citoyens européens,

Du 4 au 7 juin 2009 auront lieu les élections européennes, dans un contexte de crise économique grave révélatrice d'une crise sociale et morale profonde.
Le traité de Maastricht, en 1992, a donné la citoyenneté européenne à toute personne ayant la nationalité d'un État membre. Cependant, le temps vous a appris que ce pouvoir politique du citoyen est quasiment nul. Le taux de participation aux élections européennes décroît régulièrement : moins de 43 %, en France, en 2004. Vous n’êtes pas dupes et vous savez que ces élections européennes servent surtout aux partis politiques, pour conforter leur position politique nationale. Accessoirement, elles sont aussi utilisées pour fournir quelques sinécures ou tribunes à des édiles en panne de circonscription électorale ou d’électeurs.

Si, par démagogie ou par erreur? il peut arriver que l’on vous demande votre avis, on n’en tient pas compte. Dans le plus récent et scandaleux exemple, le non majoritaire des Français et des Néerlandais lors du référendum sur le traité constitutionnel européen (le TCE) en 2005 n'a pas entraîné une vraie renégociation du traité : au contraire, les responsables de l'Union se sont ingéniés et s'ingénient encore à faire passer un texte essentiellement identique, sous l'appellation nouvelle de "traité de Lisbonne" et avec quelques modifications symboliques, mais en évitant cette fois, partout où ça paraît possible en tout cas, de le soumettre au référendum.

Voilà où en est le pouvoir politique du citoyen européen. A tel point que certains en arrivent même à douter du suffrage universel comme principe de la démocratie européenne.

Cependant, le dernier déni de démocratie - la volonté affichée de faire revoter les Irlandais sur le traité de Lisbonne jusqu'à ce qu'ils l'acceptent - semble avoir eu un effet de contrecoup salutaire : nombreux sont les citoyens de l'Union qui maintenant pensent à réagir.

L'échéance des prochaines élections européennes nous fournit une bonne occasion de faire que nous tous, citoyens de l'Union européenne, exercions enfin de fait le pouvoir qui devrait nous revenir de droit.

C'est dans cet esprit que DEMOS 27** sollicitent votre participation active à l'opération Europe Citoyenne 2009.

L'objectif de cette opération est d'apporter un soutien aux listes des européennes 2009 (listes existantes ou à créer) qui inscriront à leur programme les deux objectifs suivants :
1) Faire que tout nouveau traité général européen, en particulier institutionnel, soit obligatoirement soumis au référendum dans tous les Etats membres au même moment ;

2) Obtenir que soit créée, au Parlement européen ou en dehors, une commission chargée de revoir les dispositions institutionnelles des traités existants et de faire les recommandations propres à démocratiser ces institutions. La commission aurait notamment pour mission :
- d'organiser des débats publics, dans chaque Etat-membre, sur les questions de son domaine ;
- de faire les recommandations qu'elle jugerait utiles en tenant compte de ces débats ;
- de rendre compte au minimum une fois par an du déroulement de ses travaux par voie de rapport public.

L'opération se veut un premier pas concret vers la prise en charge des affaires de l'Union européenne par ses citoyens. DMOS 27 recherchent des correspondants partout dans les pays membres de l'Union, notamment en France, en vue de créer des comités aux divers niveaux locaux.
Nous vous donnons rendez-vous sur notre site pour oeuvrer, ensemble, à la démocratisation de l' Union européenne.


Demos 27 est une communauté de citoyens libres,
participant à l’opération Europe Citoyenne 2009.
RENSEIGNEMENTS ; http://european01.over-blog.com/

Merci de votre attention.