La Section Jean Zay débat autour du Manifesto

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Dans le cadre de la préparation des élections au Parlement européen, la section s'est réunie jeudi 26 février 2009 en AG pour débattre de son engagement européen, de ses attentes pour la campagne et bien entendu du projet que nous défendrons avec tous les socialistes, sociaux-démocrates et progressistes européens : le Manifesto du PSE. Le blog vous propose de retrouver le PowerPoint de présentation du texte et les grands axes de son débat.

Le PSE a-t-il des chances de gagner les élections ?
Nous savons que cela sera difficile.
Pour que le PSE gagne, mieux vaut que quelqu'un porte le projet. Or, Rasmussen lui-même a hésité à candidater. Il y a peu de personnalités qui veulent remplir ce rôle car la victoire est peu probable. C’est un cercle vicieux. Pourtant, si le PSE gagne, le principe de responsabilité -même s’il n’est pas affirmé dans les textes- voudrait que le prochain président de la Commission soit de la même couleur politique que le Parlement européen. Nous en sommes encore loin, car il semble presque acquis que beaucoup de chefs d'Etat, même ceux de gauche, voudront reconduire José Manuel Barroso. Ce sera nécessaire d'avoir une majorité progressiste pour défendre la notion de services publics européens par exemple.
La difficulté sera de parler d’Europe alors que les militants et les citoyens sont plus concentrés sur les enjeux nationaux. Il faudra surtout que notre section sorte de Sciences Po, qui est par nature plus avertie sur les enjeux européens, pour aller convaincre les électeurs de voter pour le PSE.

Comment mettre en place des  politiques européennes de gauche alors que les traités sacralisent des principes libéraux comme la libre concurrence ?
C’est vrai qu’il y a une forte inertie à cause du libre échange, de la liberté d'entreprendre etc. Mais c’est aussi cela qui a fondé Europe, donc il est impossible de tout faire disparaitre. D’ailleurs les propositions du PSE sont compatibles, elles ne sont pas trop limitées par les traités (renforcer le dialogue social européen, fusionner les intérêts des salariés européens par exemple).

Le Manifesto est-il le projet qu'il nous faut ?
C'était une très bonne idée de rédiger un  « manifeste ». C’est un pas en avant dans la création d’un véritable parti européen, même si on en est loin lorsque l’on sait que la fédération PS de Paris, la seule à transmettre d'office des listes d'adhérents au PSE représente 40% de l'ensemble des militants du PSE.
Il manque peut-être dans le Manifeste quelque chose sur la définition de l’Europe elle-même.
Quelle position faut-il adopter sur la réforme des institutions ? On sort d'un long processus de discussions sur les institutions de l'UE.
Il est intéressant aussi de montrer une Europe concrète, une Europe des politiques publiques destinée aux Européens, afin de réconcilier les citoyens avec l'UE. Il faut quitter les débats idéologiques sur les statuts de l’Europe (avec des positions inconciliables entre pays et à l’intérieur même du PS). Bref, il faut quitter le débat sur la Constitution, même si plus tard, nous souhaitons majoritairement une évolution vers le fédéralisme et le dépassement de l’intergouvernemental qui a été à l'oeuvre pendant la présidence française de l'Union.
Le Manifesto est un accord commun, par le haut, sur quelques points précis. Il s’agit d’amorcer la naissance d’une nation européenne. Certains regrettent pourtant le manque de discours sur le fonctionnement de l’Europe, sur l’augmentation nécessaire de la démocratie. Une mesure simple : instaurer la responsabilité effective de la Commission devant le Parlement européen. On peut créer une citoyenneté efficiente en liant le pouvoir exécutif directement au résultat des élections. Les citoyens ont besoin de se reconnaître dans leur exécutif.
Malgré les qualités du texte, le PS français devrait rajouter des éléments en plus du Manifesto. Une idée "révolutionnaire" : la création d’un impôt sur le revenu européen.

Publié dans Europe

Commenter cet article

Val 02/03/2009 08:20

Bon alors bien sûr le format de ces compte-rendus d'AG nous dessert un peu. Les idées sont juste listées et pas assez reliées entre elles ou justifiées.
Notre débat était "comment faire plus d'Europe?"; nous pensons que des propositions institutionnelles n'ont pas de sens dans l'immédiat vu que l'UE sort d'années de débat sur ces questions. Là où nous attendons l'Europe aujourd'hui, c'est l'économie. Et si nous voulons une politique économique européenne, il est nécessaire de parler de la fiscalité. Nous connaissons les règles de l'unanimité sur ces questions et le caractère très idéaliste de telles idées d'harmonisation fiscale, mais les temps sont aux réformes structurelles ;) Le débat peut se faire ici...

Sharky 01/03/2009 23:13

Bien vu le coup de "l'impot révolutionnaire" Européen!
Manisfesto rime avec Esperanto pour à n'en pas douter le même résultat. Lapsus révélateur ou pas?

Sharky 01/03/2009 23:12

Bien vu le coup de "l'impot révolutionnaire" Européen!
Manisfesto rime avec Esperanto pour à n'en pas douter le même résultat. Lapsus révélateur ou pas?