Plus beau le PS Sciences Po

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Jeudi 12 mars 2009 à 19h15, la section Jean Zay vous invite à débattre autour du thème "Télévision et société" avec le producteur et un scénariste de la série Plus belle la vie sur France 3.

Le jeudi 12 mars est aussi le jour où les militants sont conviés à se prononcer sur les listes proposées par la direction pour les élections européennes. Vote à partir de 17h dans le Petit hall.


Bookmark and Share

Commenter cet article

Val 14/03/2009 09:26

Si c'est pour dire que ce système de vote interne était mal organisé, on est d'accord. S'il n'y avait que neuf votants, c'est parce que ceux qui votent dans leur région d'origine ne peuvent pas voter pour la liste francilienne... or à ScPo, il y a beaucoup d'étudiants dans ce cas.

Sharky 13/03/2009 22:17

Vu que j'ai les "boules" devant ma tv avec un Stade Français castré qui se prend une raclée, je viens ici me défouler un peu.

C'est à tous vous 9 que vous décidez (après les tripatouillages de Martine bien sur) des listes PS aux Européennes?

C'est sans doute la démocratie représentative?

PS: Dernière minute, au moins le bonus défensif, un moindre mal!

MKL 13/03/2009 11:38

La crise est trop grave pour que le PS perde les européennes !

Le projet PS n'est toujours pas audible du grand public, les derniers sondages le prouvent.

Un appel à la direction du PS a donc été lancé pour frapper beaucoup plus fort :

http://www.plusloinplusvite.fr
(déjà 3200 signatures de toutes tendances, dont de nombreux élus, membres du CN/BN, 1ers secrétaires fédéraux...)

L'objectif par exemple, mentionné dans cet appel, de créer 2 millions d'emplois en CDI est tout-à-fait réalisable avec des solutions actuellement expérimentées avec succès en France.

Encore faut-il que la direction du PS daigne prendre ses responsabilités face à la gravité de cette crise...

Val 12/03/2009 23:06

@ ethnos-masos et cie : C'est déjà le deuxième avertissement. Ce sera le dernier. Cette fois-ci je laisse ton commentaire, comme cela chacun jugera de sa pertinence au vu de l'article ci-dessus. Car au final il y a un point qui ramène au sujet de cette rencontre autour de succès de Plus belle la vie, un série que je ne regarde pas, mais dont j'ai appris une chose ce soir. Elle marche car elle est à l'image de notre pays, de notre monde : diverse, ouverte et tolérante. Bref le contraire de tes fantasmes sur "l'auto-racisme" et "l'ethno-suicide".

les ethnos-masos en force 12/03/2009 20:39

L’ethnomasochisme s’apparente à la honte et à la haine de soi. C’est une psychopathologie collective, provoquée par un long travail de propagande en faveur d’une prétendue culpabilité fondamentale des peuples européens face aux autres, dont ils seraient les « oppresseurs ». Il faudrait donc se repentir et « payer la dette ». Ce travail de repentance, véritable imposture historique, est entamé aussi bien par les Eglises que par les Etats européens.

L’ethnomasochisme est aussi à la base des politiques anti-natalistes qui visent subrepticement à limiter la reproduction des populations européennes. Implicitement, il s’assimile donc à un « auto-racisme ». L’homme européen serait frappé par un péché originel, une tare raciale intrinsèque, il serait coupable d’être ce qu’il est.

L’ethnomasochisme provoque l’apologie systématique du métissage et du cosmopolitisme. Curieusement, il dénie aux Européens l’idée d’identité ethnique mais l’accorde aux autres. Les Européens ont le devoir de se diluer, mais pas les autres, pas les Africains, par exemple. L’ethnomasochisme est le pendant de la xénophilie (l’amour et la survalorisation de l’étranger, de « l’autre »). Il s’apparente à un ethno-suicide.

Dans l’histoire, l’ethnomasochisme n’est pas nouveau ; il fut le symptôme des peuples las de vivre et de se perpétuer ; des peuples vieillissants qui passent le relais à d’autres. Les élites européennes sont atteintes de cette maladie collective. Cette dernière explique le laxisme envers la colonisation migratoire et l’idée selon laquelle nous aurions à la fois le devoir et le besoin d’accueillir les nouveaux occupants.

Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons – manifeste de la Résistance européenne