Benoît XVI : entre « neutralité » et contrevérité

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Propos entendus lors d’une conversation entre un médecin, sur le point de se marier, et un prêtre en mission au Burkina Faso, qui préparait le jeune couple au mariage : le prêtre leur déclare que de toute façon, le préservatif n’est pas efficace car il laisse passer le virus ! Le médecin manque de s’étouffer et entreprend de donner un cours de biologie au prêtre. Le problème n’est pas tant pour le couple en question, extrêmement bien informé sur le sujet, mais pour tous ceux qui n’ont pas forcément le même savoir –en Afrique ou en Europe- et pour qui le discours d’un prêtre a une importance de premier ordre.

Ce qui  n’aurait pu être qu’une anecdote qui m’a été rapportée prend une ampleur beaucoup plus importante quand c’est le Pape qui déclare : « Je dirais qu'on ne peut pas résoudre le problème du SIDA avec l'argent, même s'il est nécessaire. On ne peut pas résoudre le problème du SIDA avec la distribution de préservatifs ; au contraire elle aggrave le problème ».

On va me répliquer que les propos du Pape ont été mal interprétés, qu’il ne faisait que répéter la doctrine de l’Eglise concernant la fidélité, qu’il ne faut pas se priver d’une réflexion sur la sexualité…Peu importe : on m’a dit un jour qu’être adulte, c’était être responsable des conséquences de ses actions. Avec cette déclaration, le Pape ne prend pas la responsabilité de ses actions, car ses propos laissent à penser que les préservatifs ne protègent pas et aggravent le problème du SIDA.  Ces paroles font surtout preuve d’une ignorance et d’un moralisme assez éloigné des réalités pragmatiques de santé publique. Le Pape est un Chef d’Etat et un leader religieux, il ne peut se permettre de tenir des phrases de ce genre sous le prétexte de la neutralité axiologique.

Sur un continent où 22 millions de personnes vivent avec le VIH et où 1,9 millions de personnes ont été infectées en 2007, l’accès à la prévention, au dépistage et à des soins de qualité est la priorité de la lutte contre le VIH. En termes de prévention, le préservatif reste le seul moyen de lutter efficacement contre le VIH/sida.  Les programmes d’abstinence financés par G.W. Bush n’ont d’ailleurs absolument pas fonctionné !

Après la réintégration dans l’Eglise d’évêques intégristes excommuniés, et l’excommunication -approuvée par le Pape- d’une mère pour avoir aidé sa fille de 9 ans à avorter des jumeaux qu’elle portait, jumeaux issus d’un viol de son beau-père (celui-ci la violant depuis ses 6 ans), c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Le Pape en arrive à dépasser Sarah Palin et on se demande où il va s’arrêter…

Camille S.

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article

jcm 05/04/2009 11:47

merci sharky, .....la conclusion s'impose : n'allez pas au dépistage.

See you next year......emmerdez-vous bien les jeunes, moi je vais m'amuser.

Sharky 04/04/2009 00:22

De l'avis unanime camisole, chambre capitonnée et castration chimique.
Ca fera 22€.

jcm 04/04/2009 00:00

Pourquoi on ne parle pas du rapport Hirschel ? mais parce que vous ne supportez que les séropositifs puissent baiser comme ils veulent, quand vous pétez de trouille, et parce qu'on nous prenons notre pied avec les sous du contribuable ...;;, cte question ! retourne sur les forum de sharky , tu seras bien informé mon pote, aviateur des fosses marines .

A 18ans j'ai refusé la capote, à 45 j'en ai toujours jamais mis ( sauf la première pour ne jamais en remettre, et j'ai pris pris mon pied dans les bordels pendant que les autres s'écartaient les oreilles en réparant un bug sur leur ordinateur où il mataient du porno soft. Même les séropos me détestent parce qu'ils sont seuls et que je ne le suis pas. Normal, beaucoup ont des amis à Science-Po, les miens sont à l'ENA. Faut pas confondre normal ZUP et sa version non enrhumée. Les Suisses ont validé le rapport Hirschel, pas les Français, normal nous on vend de la prévention sécateur pour sauver la vie des jeunes couillons castrés, parce qu'on n'a pas d'industries pharma, et les jeunes Suisses eux lèvent à nouveau les jupes des filles et pas seulement le secret bancaire.


Sur l'Afrique, ton explication a deux défauts : elle est complètement bidon, sur la décennie récente, Mbeki a bloqué la distribution des traitements !, voilà pourquoi l'Afrique du Sud s'est enfoncée davantage, mais cela concerne la période récente. pour la période plus ancienne, la différence de prévalence entre Afrique subsaharienne et la nôtre ne peut absolument pas s'expliquer par le préso puisqu'on ne l'utilisait pas et que son usage est très limité encore aujourd'hui chez les hétérosexuels.

Et maintenant, l'air de l'Armée du rein :
Le sida, c'est terminé pour nous, on fait CE QUE L'ON VEUT, EN TOUTE IMPUNITE, et faire chier les cons de la prévention capote en Occident vaut bien de supporter un ost-racisme qui ne porte désormais pas plus loin que la langue de bois des discours obligés. Le vent tourne. Pour les pauvres mourants d'Afrique, récuparés par les pro-capote, chaman, fidélité, sorcier,papounet, etc....si je voulais les tuer, je les laisserais à vos bons conseils qui ont tout simplement autant de chances de porter avec eux qu'auprès de moi. On n'en veut pas de votre truc, c'est clair ? Vous avez perdu la partie.

Il serait marrant que vous nous fassiez porter le chapeau des morts , que vous accusiez le pape quand de votre propre aveu, ce sont les chamanes qui seraient responsables, et alors que nous savons que l'investissement a été freiné quand les politiques représentant les intérets de la France profonde ont tout misé sur la capote et pas un radis sur la recherche. Vous avez perdu des enfants transfusés ? Bien faits pour vous, vous auriez pu les sauver avec un peu plus de cervelle.

Les médecins ont énormément merdé avec l'affaire des transfusions. T'inquiète Perette, ils ont récidivé avec leur entetement dans la politique actuelle.

Message , spécialement adressé à Sharky : message aux jeunes : ABANDONNEZ LA CAPOTE AUJOURD'HUI, C' EST LA MEILLEURE GARANTIE DE SAUVER LES PAUVRES, oubliez les manifs contre l'Otan et les moutons égarés du Larzac, il y a mieux à faire, foutez vous à poil perche levée et traversez Paris et le plastique de papy . Enfoncez-lui sa capote dans la gorge et dorez- vous la pilule avec Hirschel. Laissez les moniales cherchez l'âme soeur qui les protègera du sida, et venir mourir en cheveux blancs, après cinquante ans d'Enfer dans les geysers des plaisirs interdits. Il suffit de demander : t'es séropo ? je réponds oui, je suis le seul en qui tu peux avoir confiance, car je pique les sous de la sécu aux cons pour donner les médocs aux canailles. La prévention est crucifiée en ses quatre horizons, ma solution on peut s'y fier, te mettra bien dix coups dans le fion.

A l'année prochaine, le ptiot a même pas été foutu de trouver pourquoi les autorités cachaient le rapport Hirschel, et si vous ne savez pas ce que c'est , faites un tour à Lausanne

Avant de partir, j'oubliais : J'ai pas eu le temps de vous parler de la première guérison du sida obtenue à Berlin il y a un an....un an déjà. Vous n'avez pas entendu parler ? Vous êtes abonné à SharkyTV ?
Ne revez pas, cette guérison est réelle, mais pour l'obtenir, il y a une chance sur 3 d'y passer dans l'opération qu'il faut suivre. Pour cacher cette guérison , on a dit qu'elle était exceptionnelle, et ne pouvait s'appliquer que sur quelques centaines de personnes ( et vous avez vu les risques !). néanmoins, le faits sont là : le sida n'est plus inguérissable depuis un an........
thérapie génique - greffe de moelle osseuse à porteur d'un non progresseur.

Alors jcm, quand mettras-tu la capote?

..............aujourd'hui peut-être.....ou alors, demain....
couché dans le foin avec le soleil pour témoin, un ptit oiseau, au creux d'mes reins..........un bon retour....vers le passé. HIER, C'ETAIT MIEUX.

Val 03/04/2009 19:06

@ jcm : Le fait qu'on parle encore de contaminations ne réfute pas le rapport Hirschel, mais s'il était aussi unanimement reconnu et incontestable que tu le dis sur les quelques forums que je suis allé consulter pour me renseigner (preuve que je ne suis pas si fermé d'esprit que tu le penses), il n'y aurait plus de débat et tout le monde le suivrait pour mettre en place les traitements curatifs etc. Pourquoi n'est-ce pas le cas? Les politiques bloqueraient les avancées pour gagner les élections? De mon point de vue, celui qui découvre ou fait découvrir un remède incontestable contre le Sida devient un héros de la médecine dans l'instant, donc je ne vois pas pourquoi tous les politiques exerceraient un complot obscurantiste sur ce thème si important.
Tu parles de sacrifier les séropositifs à l'intérêt général, je te retournes le problème. Qu'est-ce que l'intérêt général ici? Empêcher qu'il y ait de nouvelles contaminations et protéger les jeunes générations. Si nous n'avons aucune certitude établie et reconnue, l'intérêt général, c'est de continuer la prévention donc le préservatif. Dire le contraire serait sacrifier de futurs séropositifs à l'intérêt des gens qui comme toi revendiquent de ne pas être mis au ban de la société (ce que je peux très bien comprendre, c'est pourquoi je t'ai toujours répété que je ne faisais aucune attaque personnelle contre les séropositifs dans mes propos). Je ne demande qu'à avoir tort.

Sur l'Afrique, il y a aussi et surtout le rejet du préservatif par les chefs locaux qui prônent le chamanisme comme solution. Il y a quelques années encore, je me souviens d'avoir lu que la ministre de la santé sud-africaine elle-même contestait l'efficacité du préservatif. Donc la différence entre les pays occidentaux et l'Afrique (+ d'autres pays émergents comme la Chine où les données sont sous-évaluées) vient de l'étendue de la prévention avant tout.

facteurs culturels : hypôthèses 03/04/2009 09:18

Il y a ce que je sais, plus haut, et ce que je ne sais pas, qui va suivre.
Pourquoi l'Afrique est-elle à ce point touchée, et pas les autres continents ? ( au passage, précisons que seule l'Afrique sub-saharienne est concernée, des pays comme ceux du Maghreb ont des taux de prévalence plutôt similaires aux nôtres ).

Il faut d'abord savoir ceci : au début de l'épidémie, les épidémiologistes ont établi vers 1986/1987 que le taux de progression de l'épidémie chez les hétérosexuels occidentaux était de 15% par an, avec une tendance à se réduire au fur et à mesure que l'épidémie touche les populations les moins sexuellement actives : limite basse à 13% par an. Au passage, ce taux infime explique l'absence d'investissement significatif dans la recherche biologique contre le sida car on sait déjà à cette époque là qu'il n'y a aucun MARCHE pour les laboratoires et aucun risque économique pour la société, le nombre de porteurs ne pouvant excéder 2% de la population active à un horizon 30ans, seuls les homos seront touchés, et les Africains sub-sahariens ( 0,8% du PNB mondial ). Calculs parfaitement validés par l'Histoire, la réalité étant même la fourchette basse. Le blabla sur le préservatif pour sauver notre civilisation d'une hécatombe, ça fait 22ans que je suis au courant de la supercherie .

Dès lors, avec un taux de progression hétérosexuel initialement si faible où l'effet capote ne joue pas encore,( mais jouera peu chez les hétéros compte tenu d'un taux de propagation très faible même en son absence ), pourquoi y-a-t-il si peu de sida chez nous et autant là-bas, en Afrique ?

je n'ai pas la réponse , mais il y a 3 hypothèses , aucune n'étant exclusive des 2 autres.
- le climat et la pauvreté favorise les autres MST en Afrique, qui démultiplierait le risque de contraction du VIH en Afrique.

- Si la sexualité et la transmissibilité sont équivalentes initialement quels que soient les pays, alors le fait que l'Afrique sub-saharienne soit à ce point touchée provient du fait que le sida y sévit et y progresse lentement mais depuis au moins 1 siècle sans qu'on l'ait remarqué.

- Les facteurs culturels sont à l'origine de la différence : multipartenariat beaucoup plus étendu en Afrique. C'est l'hypothèse retenue par le Pape.

PS : l'Afrique est touchée par le VIH2, plus transmissible mais plus lent à tuer, et là je n'ai pas le détail des chiffres de transmissibilité comparée avec le VIH1.