[Actu] Bon dimanche!

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po


Les députés de la majorité sarkozyste ont adopté cette semaine un texte de loi permettant l'ouverture dominicale dans les communes dites d'intérêt touristique et les grandes zones commerciales des agglomérations Paris, Lille, Marseille.

Grand projet de Nicolas Sarkozy, cette mesure fragilise les droits des travailleurs. C'est de fait une généralisation du travail du dimanche qui touche déjà, faut-il le rappeler, de nombreux Français (3,4 millions, Enquête INSEE 2004).

Désormais, dans la kyrielle de communes (près de 500) dites d'intérêt touristique qui criblent notre pays, le salarié devra de droit accepter de travailler le dimanche - sans doublement de salaire, ni repos compensateur. Travailler plus pour gagner plus moins!.... Les Français commencent à connaître la chanson.

Le travail du dimanche est un coin enfoncé dans l'édifice du droit du travail. Se cache derrière cette fausse proposition de loi - furtive et inutile dissimulation de la volonté présidentielle - l'ambition de la droite de poursuivre la dérégulation du marché du travail dans une logique purement idéologique.

L'exemple américain montre le chemin: d'abord le travail le dimanche, puis l'ouverture en permanence, notamment de nuit. Les grandes chaînes de magasins (CVS, Shaws...) outre-atlantique avaient adopté l'ouverture 24/7 pour suivre le mouvement de certains concurrents, effet d'entraînement oblige. L'argument marketing du "Come in at any time" était trop tentant pour ne l'abandonner qu'à quelques uns. La généralisation de l'ouverture 24/7 a réduit mécaniquement la rente d'exploitation des premiers pour finir par représenter un coût important. Le marketing a ses limites. Aujourd'hui, on observe en effet un rétropédalage rapide aux USA: la réduction des coûts passe par une rétrécissement des plages d'ouverture.

De façon identique, la généralisation du travail dominical est une ineptie économique. Les études les plus sérieuses (lire rapport du CAE ici) ont montré l'absence d'effet empirique significatif sur la croissance. Sans se référer aux grandes lois de la science économique, on peut aisément percevoir qu'un euro dépensé le dimanche ne sera pas à nouveau consommé le lundi.
Le commerce électronique accessible 24/24 reflète précisément l'absence d'effets majeurs sur la structure de consommation des ménages. L'activité économique sera seulement lissée sur 7 jours, au lieu de 6. La consommation des Français dépend d'abord de leurs revenus!  C'est l'augmentation de ces revenus, et en particulier des plus faibles, qu'il faut encourager.

Et puis, au-delà des aspects économiques, pensons aussi à la nécessité d'avoir dans notre emploi du temps - à tous les étages, individuel, familial, national - des repères collectifs, des balises temporelles auxquels chacun se réfère pour organiser son temps libre harmonieusement. La conjugaison des temps familiaux, amicaux et professionnels doit rester possible. Ce n'est pas sur le consumérisme que se développe une société. Il serait bon de le rappeler à la droite bling-bling.


Thomas

Publié dans Point de vue militant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sharky 28/07/2009 00:12

Eh non, pour Sharky c'est tous les jours dimanche !!!

Si je suis ton raisonnement sans failles, tout n'st qu'idéologie et pas économique. A ce tître ce n'est qu'un coup d'esbrouffe de notre président et donc les entreprises concernées, et vu l'encadrement et le surcout engendré, qui n'ont qu'une approche bassement économique et financière ne tomberont pas dans ce gros panneau.
L'honneur est sauf, cela ne restera qu'un coup de menton politicien sans effet; tout comme l'usuel recours du PS (faute d'idée et de mieux) au conseil constitutionnel, sans plus de résultats d'ailleurs, mais techniquement parlant c'est un coup de menton d'opposition.

Thomas 24/07/2009 19:15

Je vois en tous cas que pour Sharky il n'y a pas de dimanche qui vaille, ni de vacances qui tiennent!

Effectivement, 3.5 millions de Français sont déjà concernés par le travail le dimanche (professions réglementées, certains commerces, restauration, hôtellerie, transport, cinémas...). Sans idéologie, nous disons précisément que la réglementation actuelle est grosso modo satisfaisante, et perfectible!, pour répondre à la fois à la nécessaire continuité du service public (hôpitaux, transport, ...) et permettre à l'activité de s'exercer dans certains secteurs spécifiques, mais avec des protections spécifiques et dérogatoires de droit commun pour le salarié.

Là où se niche l'idéologie de la droite - et surtout celle de Sarkozy, puisque le vote de la loi au Parlement n'a pas suscité une adhésion en masse de la majorité (quelques voix seulement de majorité) - c'est dans l'obstination à vouloir abattre le régime particulier du travail dominical dont les failles n'ont paru atroces qu'à partir du moment où Sarkozy a du prendre son téléphone pour faire ouvrir les Galeries Lafayette à Mme Obama.

Si on réalise un petit exercice de comparaison (source: eurostat), on constate d'ailleurs que la France travaille beaucoup le week-end (60% le samedi - parmi les plus fort taux en UE) et y compris le dimanche (7%, et 25% si on y comprend le travail occasionnel). Ces statistiques nous placent dans la moyenne européenne. L'Allemagne reste fermement opposée à la généralisation du travail le dimanche. La Norvège et la Suède, comme l'Espagne, ont des régimes toujours assez stricts d'encadrement. Les consommateurs de ces pays souffrent-ils de désespérées accès de fièvre consumériste quand vient le dimanche? A priori, non... Idem en France.

Sur le plan économique: tu parles des touristes qui, les pauvres, n'auraient pas la possibilité d'atteindre le plafond de paiement de leur Visa Infinite. Personnellement, je suis - à mes heures - touriste (sans carte Infinite,certes), mais je n'ai jamais eu de déceptions devant une porte close. C'est là que ton argument ne tient pas: aujourd'hui, la situation est telle que les commerces sont ouverts dans les zones touristiques (restaurants, boutiques, ...) et que l'offre rencontre la demande dans des proportions satisfaisantes. La nouvelle loi banalise le travail dominical dans ses zones en le rendant de droit obligatoire, et dépourvu de compensation. Cela créera des inégalités entre salariés, les uns rémunérés deux fois plus, les autres ne bénéficiant d'aucune compensation. Le PS vient de déposer un reecours devant les juges du Conseil Constit.

Si on résume:
*dans les zones touristiques, la situation sous l'ancienne législation était globalement conforme aux attentes dans la mesure où elle permettait une consommation touristique, y compris le dimanche.

* dans les nouvelles zones de consommation autour des grandes métropoles: le système des dérogations accordées par le préfet/ou maire était certes perfectible, mais d'un point de vue macroéconomique, aucune statistique n'indique que l'ouverture dominicale généralisée répondra à une demande supplémentaire significative. Il n'y a pas en France de goulot d'étranglement de consommation.

L'ouverture dominicale, généralisée, banalisée et dévalorisée, met à terre un jalon de l'organisation collective de notre temps - qu'il soit familial, collectif, national. Or d'un point de vue économique aussi, une gestion harmonieuse du temps libre, et la bonne appréciation du coût d'arbitrage entre loisir/travail, participent de l'efficience du marché du travail et du niveau de bien-être collectif (cf travaux d'Alesina, notamment, sur le sujet).

C'est donc une loi purement idéologique, inutile économiquement sur le moyen-long terme, déréglant un peu plus notre horloge collective.

Sharky 20/07/2009 14:15

Salut les amis! Je suis soulagé, on va pouvoir continuer à s'amuser (moi en tout cas) car vu votre silence, et avec la pétaudière continue du PS, je pensais que vous étiez tous passés à Droite!!! Ouf!

Ah vous revoila vaillants brandissant le Code du Travail tels des télévangélistes d'une chaine locale du Wyoming.
Comme vous le faites justement remarquer près de 3.5 millions de français travaillent déjà le Dimanche. Si l'on suit votre logique implaccable, il faut tout arrêter, en premier dans l'administration, les transports, les hopitaux...; ensuite les vrais inutiles comme les hôtels, les taxis...; puis les vrais pourris coeur de la discorde les Centre commerciaux et autres magasins qui veulent tuer la concurrence de nos petits commerces qui font du 9h-12h 14h-18h (merci qui? merci les 35h!) qui veulent pouvoir vendre tranquillement 2 fois plus cher et rentent fermés quand le commun des mortels ne travaillent plus.
Et ces braves esclaves du système, ils ne défilent jamais dans les rues? Quand on les interroge, majoritairement, ils sont pour. Ceux qui protestent contre à Gauche et tapent sur les casseroles sont ceux qui ne sont pas concernés, as usual (CPE, retraites...)

Autres petits rappels sommaires pour étayer votre obscurantisme:
- Notre "petit" pays accueille près de 80 millions de touristes chaque année qui dépensent plus de 35Mds d'Euros. Ce n'est pas pour rencontrer des Français, qui n'ont globalement pas bonne presse ailleurs, mais pour voir nos Merveilles et dépenser leur pognon chez nous. Et pour les touristes c'est tous les jours Dimanche, y compris pour leur Gold! Tous ceux qui travaillent dans ce domaine et pire pour ceux qui vivent en saison, un dimanche en moins est irratrapable et donc perdu.
- Croyez vous une minute que les Grandes Enseignes ouvrant le Dimanche (et pire pour les petites) le font pour emmerder seulement leurs salariés, pour les casser par pure idéologie, qui leur coute de surcroit plus cher s'il n'y trouvait pas leur compte financièrement? Ils comptent bien mieux que vous vous savez. Alors le laius sur les gens achèteraient le samedi ou le lundi ce qu'ils achètent le Dimanche ne tient pas une seconde.
- Ces combats d'arrière garde des 70's entre Grande Distribution et petits commerces ont déjà eu lieu ou l'on voyait leur disparition. Les plus faibles (ou inutiles, ou sans valeur ajoutée) ont disparu (so what?), les autres se sont adaptés en offrant des services complémentaires mais le consommateur s'y retrouve. Un Lidl peut cohabiter avec un Carrefour et même avec la Boucherie Sanzo ou l'arabe du coin car tous répondent à une demande.
- Alors on se bagarre sur les sentiments de ces familles déchirées qui se croisent sans se voir, mais c'est oublier un peu vite que peu des salariés dominicaux sont prêts à abandonner leurs rythmes et avantages; que la France est un pays ou l'on travaille le moins en nombre d'heures moyenne par mois, ou l'on a le plus de congés payés annuels... ce qui laisse du temps. Autre pathétique et risible explication vue la provenance donnée (surtout au début car pris de court sans doute) par des politiques de Gauche et même des syndicalistes. "Mais le Dimanche, c'est le jour du Seigneur ou l'on ne travaille pas, avec la Messe, le repas familial dominical..." comme des vieux réac catho, cocasse non?
- Vous à ScPo qui êtes majoritairement des enfants de bonnes familles (pas tous mais plus que la moyenne nationale), habitués par Papa Maman à aller faire du ski l'hiver dans nos belles stations, trouveriez vous normal que les stations de ski soient fermées le Dimanche, remontées comprises ou iriez vous en Suisse ou en Autriche (pas plus chers voire moins) pour ne pas perdre une journée?
- Imaginez un dimanche sans voir Michel Drucker, la journalière de secret story, NCIS, sans connection internet, sans téléphone portable, sans électricité.... AAAArrrrrgggghhhh
Voilà il y en a encore des wagons comme cela mais vous les trouverez bien, sans les dire.

Même les Américains vont droit aux 35h, semble-t'on vous lire pour fin de non recevoir. Wake up, cela n'a rien à voir, hormis l'exemple qui tue d'un nain local de la distribution US, il s'agit juste d'un problème de business model avec la principale évolution qu'est internet et qui change la donne une nouvelle fois en modifiant le rapport qualité/prix/service et qui ne va que s'accentuer.
Pour aller dans votre sens pour une fois, on sait parfaitement que le travail dominical convient moins aux familles et au plus vieux qu'aux jeunes célibataires. Hors justement c'est la catégorie qui peine le plus à rentrer sur le marché du travail. En ouvrant le Dimanche, on dégage grosso merdo 15% d'heures travaillées en plus qui vont soit en heures sup (travailler+, gagner+), soit en création de nouveaux emplois qui sont plus acceptables et accessibles pour les jeunes qui en manquent le plus.
Sur ton étude empirique du CAE, tu nous la fais à l'envers, il est dit page 72 et 73 que "les diminutions de la durée légale du travail(nda les 35h), de sa durée maximale... n'ont aucune raison d'accroitre l'emploi. En revanche, les travaux empiriques indiquent que les réglementations qui limitent l'ouverture des commerces le dimanche défavorisent l'emploi" Pan dans l'oeil, y fallait lire la page 73 aussi!
Et de poursuivre pour donner leurs recommendations :
- "simplifier drastiquement la réglementation de la durée du travail, des heures sup et activer la négo collective" Re Pan
- " expérimenter avant d'instituer une fiscalité spécifique sur les heures sup" les principaux interessés apprécieront.
- "des pistes pour favoriser l'ouverture des commerces le dimanche" Rere Pan t'y vois plus rien!

Pour ta gouverne, le lissage n'existe pas que ce soit dans le commerce ou dans le business. Un jour d'ouverture ou de facturation en moins est un jour perdu car il signifie ou un arbitrage différent, ou une consommation moindre, ou une activité moindre et plus rarement un invest différé. Si j'ai tort et toi raison, il faut alors revenir à la semaine des 4 jeudi et n'ouvrir que 2 jours par semaine vu que tout est lissé, vive les WE de 5 jours, Youpi, merci le PS.
Pour les revenus des Français, je sais vous psalmodiez toujours pour les plus miséreux, qui ne votent pas plus pour vous d'ailleurs. Et puis votre schizophrénie est toujours grandissante, je veux augmenter le pouvoir d'achat, les salaires, baisser les prix... ben le résultat de l'équation est que ce sont les plus faibles qui restent sur le carreau. Pour les autres, majoritaires encore, leur pouvoir d'achat n'a pas baissé dans leur énorme majorité même si c'est politiquement incorrect en temps de crise. De surcroit la France est un des pays ou le taux d'épargne des ménages est un des plus élevé (alors qu'ils bénéficient de la protection sociale la plus élevée, ceinture et bretelle!). Hors faute de confiance, on ne touche pas aux noisettes voire on accélère l'empilage.
Et la sortie de crise passera par un regain de confiance des ménages et donc dans la consommation. Les 3 critères boursiers majeurs les plus suivis (pas par des enfants de coeurs donc) sont les cours des MP, la confiance et la consommation des ménages. Ce sont ces 3 éléments bien consuméristes qui font tourner ou pas la machine Monde et donc nos sociétés. Il serait bon de le rappeler (de l'apprendre?) à la Gauche Blang Blang!

Tiens vu que je suis en forme depuis le temps que l'on n'a échangé, je vais vous soumettre quelques équations sur le sujet à la mode pour la rentrée et vous laisse quelques semaines pour trouver la solution.

Sachant que lors de la création de la retraite par répartition, il y avait 15 actifs pour 1 retraité, qu'il y en a en 2009 2 pour 1 et 1.1 pour 1 en 2040.
Que l'age moyen de la retraite en France est de 59.5 ans (le seul en dessous de 60 ans des grands pays indus). Maxi Japon = 69.5 ans (et que la majorité de nos partenaires l'ont reculée)
Que le nombre de centenaires en France est de 1950 = 200; 2009 = 13500; 2040 = 60300
Que le taux d'emploi des 55-64 ans est de 38.2% (juste devant l'Italie) contre maxi 70.3% en Suede.

Qu'en France et sans polémiquer, juste factuellement, sans parler des régimes spéciaux (sinon c'est le suicide direct), il existe les différences suivantes entre Public (25%) / Privé (75%)
Pensions moyenne 2007 : Privé = 1100 € / Public = 1800 €
Cotisations retraites : Privé = 10.55% / Public = 7.85% (inchangé depuis 20 ans pour ce dernier)
Qu'il n'y a aucune condition de reversion ou de plafond au conjoint survivant dans le Public contrairement au Privé qui en a des tonnes.
Que le Public 15 ans d'emploi actif suffisent à obtenir une retraite et jackpot avec 3 enfants, c'est sans condition d'age, représentent 37% du dernier salaire et permet évidemment le cumul avec un autre emploi.
Que le taux de remplacement Public = calculé sur la dernière année = 75% - Privé = calculé sur l'ensemble de la carrière ou 25 ans au mieux = 62.69% (Non cadre); 54.67% (Cadre); 46.27% (Cadre sup) et encore sans accident de carrière.
Que l'age moyen de départ à la retraite Public = de 53a8m (ratp) à 58a5m (fonct civils) - Privé = de 60a4m (artisans) à 65a (avocats)

Que la projection sur trend actuel (inenvisageable) est un déficit retraite France > 60 Mds en 2040.
Que Rocard avait tout écrit il y a 20 ans. Que 99% de la valeur est créée dans le Privé. Qu'il n'y aura pas de miracle économique et que l'argent ne pousse pas sur les arbres et que nous avons un des pays les plus imposé au Monde.

QUELLE EST LA SOLUTION ET PRECO