Une autre gauche en Europe: die Linke

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

 

Alors bien sûr, ce qui se passe en Allemagne intéresse peu de monde ici; alors bien sûr, la vie politique française n'a pas de comparatif possible en Europe.
N'empêche que cela ne nous coûte rien de jeter un coup d'oeil sur ce qui se passe outre-Rhin. Et, remettons les pendules à l'heure de Berlin au moins une fois sur ce blog, le sprint électoral touche à sa fin en Allemagne. Dimanche en effet ont lieu, comme tous les quatre ans, les élections fédérales allemandes.

Ma vocation n'est pas ici de vous parler du système électoral allemand.. Retenez simplement, car cela nous intéresse ici, que le système mixte en vigueur en Allemagne favorise une certaine forme de bipartisme (avec la CDU-CSU et le SPD) autour duquel gravitent plusieurs partis moyens. Le vote donne à chaque parti en course un certain score au Bundestag, le Parlement allemand. Tâche ensuite à chacun de passer des accords en vue d'éventuelles coalitions - en clair, de dégager une majorité parlementaire gouvernable pour diriger le pays.

Cet article a ici pour but de reconnaître, d'identifier une force politique allemande totalement nouvelle qui va probablement jouer un grand rôle durant les négociations post-électorales: die Linke, la Gauche.

"Sans le SPD, rien n'eût été possible": il est probable que les dirigeants de la Linke aient souvent cette pensée à l'esprit. Issue d'une alliance entre deux formations classées extrême-gauche qu'on pensait d'abord de circonstance pour les élections de 2005, la Linke n'a réellement pris sa forme actuelle qu'il y a deux ans. Son succès, die Linke le fonde sur la coalition contre-nature gouvernant actuellement en Allemagne. En effet, l'élection de 2005 laissa les deux principaux partis, la CDU et le SPD, au coude à coude; le SPD, s'il s'était allié avec les Verts et ce qui était alors la liste "Die Linke.PDS" aurait pu gouverner. Mais taxant die Linke de parti populiste et contestataire dont les racines remonteraient directement au temps de la RDA et du Parti Unique, le SPD choisit de s'allier avec la CDU, formant ainsi une grande coalition pouvant apparaître contre-nature à beaucoup de sympathisants de gauche.


C'est ainsi que die Linke prit la place du SPD dans le rôle du "vrai" parti de gauche, attaquant sans cesse le gouvernement, donc le SPD, ayant beau jeu de pointer le vide idéologique grandissant dans les rangs de ce dernier.
C'est sous cette optique qu'il faut considérer les récents sondages indiquant une large victoire de la CDU face à un SPD faible, talonné par...la Linke, devenu entre temps le parti d'opposition le plus rassembleur en Allemagne, porté par de brillants orateurs, tel Gysi, tel le charismatique Oskar Lafontaine, séduisant les masses par des slogans simples et efficaces.
Il ne me reste plus qu'à déplorer que le message d'une opposition simple, efficace sur le modèle de la Linke ne soit parvenue en France qu'aux oreilles de...Jean-Luc Mélenchon, présent au Congrès Fondateur de die Linke, en 2007.


Ladislas V.

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article