Le vrai visage de l'UDF: Un parti de droite qui ne s'assume pas

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

 Depuis plusieurs semaines on se posait des questions sur l'UDF. Le rejet du CPE et le vote de la motion de censure contre le gouvernement avaient laissé penser que l'UDF se socialisait et comptait véritablement occuper une place au centre de l'échiquier politique.

François Bayrou, avec ses déclarations qui ont le don de légitimer le FN "Je peux être Premier Ministre de quelqu'un de gauche comme de droite" affiche clairement une stratégie de recentrage à gauche

 

Mais tout ceci n'est que pure STRATEGIE ELECTORALE

Pour connaitre le vrai visage de l'UDF, il faut voir sa réaction vis-à-vis du gouvernement lorsque l'UMP ne dispose pas de la majorité à lui tout seul.

En effet, les critiques à l'Assemblée Nationale ne valent rien dans la mesure ou l'UMP dispose de la majorité absolue.

En revanche au Sénat, le gouvernement a absolument besoin des voix des sénateurs UDF pour obtenir la majorité.

 

Il se trouve que la question de la privatisation de GDF est un vrai révélateur de l'UDF.  François Bayrou avait affirmé qu'il s'opposerait à cette privatisation. Pourtant, mis en difficulté par les légitimes critiques du PS sur le projet de privatisation de GDF au Sénat, l'UMP a reçu le soutien de sénateurs UDF qui ont voté le projet de loi sur l'énergie et l'article 10  privatisant GDF.

 

Au final, l'UDF est un parti de droite qui ne s'assume pas, qui cherche à voler quelques électeurs au PS en faisant croire qu'il est un parti social. En réalité, il n'est que l'expression d'une droite libérale dont les idées sont très semblables à celles de Dominique de Villepin

 

Commenter cet article