Conférence autour du projet de Ségolène Royal

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Jeudi 2 novembre se déroulait une réunion des trois sections universitaires. C’était la première des trois conférences organisées autour des primaires du PS. Cette conférence concernait Ségolène Royal, qui avait été filmé et avait répondu à quelques questions posées par des militants des trois sections.

 

Manuel Flam, proche de Ségolène Royal était également présent à la conférence pour répondre aux questions des militants des sections PS Sorbonne, ENS et Sciences-Po.

 

Principaux points soulignés par S. Royal dans son interview.

 

- Le problème de l’université, c’est l’échec scolaire, qui concerne 40% des étudiants dans les deux premières années. Il faut renforcer les liens entre l’université et l’entreprise sans toutefois assujettir le monde du savoir au monde de l’économie. Les liens avec le monde de l’entreprise doivent même être tissés dès le lycée.

 

-A propos de la compétitivité, S. Royal propose d’aider massivement dans trois domaines précis, l’environnement, la formation et l’innovation, en détaxant les investissements pour que plus d’entreprises s’installent en France (Manuel Flam précisera plus tard que cela ne concerne que l’environnement).

 

-S. Royal veut que les élèves des grandes écoles tissent des liens avec deux ou trois enfants de familles défavorisées pour les aider à progresser.

 

-Elle trouve démagogique de dire qu’il faut régulariser tous les sans-papiers. Le but, par contre est de s’attaquer aux passeurs, aux intermédiaires, qui exploitent la misère des gens.

 

-Elle veut imposer des normes environnementales. En mettant en place des contraintes, elle pense qu’il est par exemple possible de refuser tout permis de construire s’il n’y a pas d’énergie renouvelable.

 -Elle veut imposer la démocratie participative, complémentaire à la démocratie parlementaire. « Les gens sont contents parce qu’ils sont citoyens ».

Intervention de Manuel Flam

 

- Sur la politique extérieure, c’est d’abord la politique européenne. Avec Chirac, la France a perdu son influence. Par exemple, il n’a pas soutenu la candidature de Lamy à la présidence de la commission européenne et a accepté Barroso. Ses priorités ne sont pas les bonnes (TVA, PAC…)

Concernant les Etats-Unis, S.Royal est d’accord avec Chirac, sauf qu’elle pense qu’il faut y associer davantage l’Europe.

 

Pour relancer l’Europe, il faut construire une Europe de la preuve, et pas un texte de 300 pages complètement illisible.

 

Il faut aussi sortir du pacte de stabilité tout ce qui concerne la recherche et développement et l’environnement.

 

Il est important enfin de traiter avec respect les nouveaux pays entrants, même s’ils ne sont pas d’accord avec nous et ne pas les considérer avec mépris

 

 

-Sur l’environnement, M. Flam regrette qu’il n’y ait pas de panneau salaire en Afrique. Il faut s’assurer quand on fait des aides publiques au développement que les aides arrivent vraiment pour la population des pays qu’on veut aider

 

-Sur le rôle du président dans les institutions, il doit être plus responsable, par exemple être en première ligne sur les banlieues. Il faut aussi interdire le cumul des mandats et limiter à trois le nombre de mandats possibles pour un député.

 

-Concernant les jurys citoyens ce sont des gens tirés au sort à qui l’on demande d’émettre des avis dans tous les domaines. C’est un moyen pour l’élu de savoir ce que les gens pensent de la politique qu’il a mise en place. Il ne voit pas en quoi ça remet en cause la légitimité des élus.

 -Enfin concernant la carte scolaire, il faut qu’elle soit étendue à un choix de deux trois établissements, pour que les personnes dans les quartiers difficiles n’aient pas l’impression qu’elles sont les seules à devoir respecter cette carte.

            Il ne pense pas que la question d’un établissement de bonne réputation faisant face à toutes les demandes se posera car cela sera marginale (« Les ZEP à sciences-po ne sont pas très nombreux).

            De ce fait, savoir si la sélection en cas d’une trop forte demande dans un établissement se fera par les résultats scolaires ou par un tirage au sort n’est pas d’actualité mais « il existe plein de possibilités » qu’il n’avait pas le temps d’exposer…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Etienne 19/11/2006 18:56

Allez voir l'article du 19 novembre publié sur ce blog pour voir non pas un compte rendu, mais la vidéo de Ségolène Royal