Quel avenir pour l'UDF

Publié le par Diego Melchior

Je suis conscient que la position que je vais développer est une position de minoritaire chez les socialistes du PS et je ne cache pas quune telle position fait naître de vives réactions à gauche de manière générale. Je réagis en fait par rapport à cet article du blog de la section PS de Sciences-Po.

 

Depuis quelques temps déjà, lUDF a pris une nouvelle voie politique. A mon sens, ce changement de cap dans la politique de lUDF a débuté pendant la campagne sur le référendum pour le Traité Constitutionnel Européen. Nous avions vu François Bayrou se ranger systématiquement du côté des socialistes du oui aussi bien sur les questions européennes dordre général comme le Traité que sur les questions plus particulières comme lentrée de la Turquie dans lUE.

Ensuite, lUDF sétait clairement opposée au CPE du gouvernement de Villepin au point de remettre en cause directement le ministre de lEducation Gille de Robien. Il avait même été question de son exclusion de lUDF à lépoque. LUDF avait aussi clairement pris position pour le vote de la motion de censure contre le gouvernement en mai 2006. Cest aussi François Bayrou qui avait dénoncé la partialité des médias français en septembre dernier. Cest aussi François Bayrou qui avait affirmé que les députés UDF ne voteraient pas la privatisation de GDF.

Indiscutablement, lUDF change. LUDF est dabord un parti libéral non gaulliste de centre-droit fondé en 1978 à linitiative de Valery Giscard dEstaing,  en majorité dominé par les anciens républicains indépendants, mais où existaient des courants minoritaires provenant de la démocratie-chrétienne daprès-guerre, notamment du MRP. Mais dès 1998, lUDF prend ses distances avec la droite classique, progressivement elle entame une dérive vers "la gauche", dérive qui sera pleinement visible en 2005, puis en 2006 et qui se cristallisera face aux positions antisociales tenues par le gouvernement de droite classique.

Alors quel est le vrai visage de lUDF ?

Pour linstant le vrai visage de lUDF est encore flou mais une première ébauche peut déjà être remarquée. LUDF est tiraillée par ses deux courants majoritaires : le courant giscardien historique et le courant démocrate-chrétien qui semble néanmoins avoir repris vigueur depuis 1998, après le ralliement des libéraux de centre-droit à lUMP. En fait, les démocrates-chrétiens deviennent, progressivement, majoritaires au sein de lUDF et cest François Bayrou qui incarne ce retour aux sources du christianisme social. LUDF même si son discours est encore un discours de parti centriste plus que de parti démocrate-chrétien est inexorablement entrain de se transformer en un parti social. Pour linstant, le parti se tâte, reste prudent, parle plus de la France et de la rupture entre la gauche et la droite que dun nouvelle donne sociale mais il est clair que lUDF est en phase de devenir un parti de troisième force qui aura sa place au côté du PS.

Plusieurs arguments justifient une telle affirmation. Face à une droite toujours plus agressive et face à une partie de la gauche prise dans un archaïsme certain, dune part les démocrates sociaux ne sy retrouvent plus et dautre part les socialistes pour ne pas être pris dans une situation de faiblesse recherchent des alliés vers dautres bords politiques. Si lUDF ne peut plus regarder du côté de lUMP et si le PS ne peut plus regarder du côté du PC, lUDF regarde du côté du PS tandis que le PS regarde du côté de lUDF.

Bien que le PS pourrait encore se rapprocher des Verts, la faction politique est trop petite pour être à elle seule une alliée de poids dans un gouvernement. Néanmoins, si le régime politique de la France reprenait une allure réellement parlementaire, nous pourrions imaginer le retour d'un gouvernement de tripartisme UDF-PS-Verts.

LUDF ne sera bientôt plus un parti de droite mais bien un parti démocrate-chrétien de gauche. Cela va prendre du temps mais cest une force montante et son rapprochement avec le PS sil nest pas dactualité aujourdhui, le sera dici cinq ou dix ans.

La situation sera alors une situation proche de la situation italienne. Pour pouvoir battre la droite, les Démocrates de Gauche, i Democratici di Sinistra, ont du passer une alliance avec les démocrates-chrétiens de gauche de la Margherita. Ce rapprochement qui a donné naissance à LUlivo a contribué à lémergence dune nouvelle sorte de gauche en Italie. Cest elle qui a pu battre la droite berlusconnienne en 2006.

Ne soyons donc pas sectaire avec lUDF. Il y a matière à faire émerger un nouveau pôle social de centre-gauche véritablement progressiste. Le PS devrait donc à linterne se poser la question dun rapprochement avec lUDF dans une future alliance de gouvernement, tout le monde y tirerait bénéfice aussi bien les citoyens de gauche que les élus et cela permettrait de donner un grand coup à la droite.

N'hésitez pas à faire part de votre avis sur cet article dans les commentaires prévus à cet effet

Publié dans Point de vue militant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Etienne 01/12/2006 10:40

La stratégie de l'UDF m'apparait de plus en plus dangereuse. Dimanche dernier à Riposte, ou Le Pen était l"invité, le gros de l'argumentaire de l'UDFien présent était de dire "Oui vous avez raison le système est mauvais, il est biaisé, la gauche et la droite c'est pareil, mais non, vous ne pouvez pas changer les choses. Alors que nous à l'UDF on peut".
 
Si, avec ce genre de discours, on s'étonne encore que Le Pen soit autour de 20%...

BaD BoO 29/11/2006 17:32

@Ptite Folle : Non, l'UDF, c'est le parti de l'étranger...Comité Stop La Blague.

Petite Folle 23/11/2006 13:24

L'udf, c'est bien ce parti qui critique systématiquement les projets de loi du gouvernement et qui les vote au final tout aussi systématiquement?

Thomas 22/11/2006 14:51

Comme tu le disais, Adrien, dans un autre post, la posture de Bayrou - Chevalier du Tiers État sans peur et sans reproche - n'est absolument pas crédible, dans la mesure où:

1- il a quand même participé à de très nombreux gouvernements de droite... au bout d'un moment, il faut quand même le rappeler!

2- il n'est que dans la dénonciation, la gesticulation politicienne dans les médias - les mêmes qu'il accuse de servir la soupe Royal/Sarko aux Français

3- et puis, qu'on me cite une seule proposition concrète, différente de l'UDF depuis 5 ans? qu'on me cite une proposition et une vision estampillée clairement UDF pour 2007? Spontanément, rien ne me vient...

En définitive, qui sait aujourd'hui ce qu'est l'UDF? À l'heure où les Français semblent dire qu'ils ont du mal à repérer les clivages entre gauche et droite de gouvernement, il me semble bien mal choisi de vouloir "flouter" encore plus ces différences.

Etienne 08/11/2006 13:49

Comme je te l'ai dit Diego, je ne suis pas d'accord avec toi. Bayrou est très minoritaire à l'UDF, tous ces gens sont issus du centre-droit et n'ont aucune intention de se tourner vers la gauche. Ils ne le soutiennent que parce qu'ils considèrent que sa stratégie électorale est celle qui permettra de faire gagner l'UDF en 2007 à mon sens.