Ségolène Royal sera la candidate du PS

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

 

Au terme d'un exercice de démocratie formidable qui peut rendre envieux plus d'un parti, les militants du PS ont décidé de désigner Ségolène Royal comme candidate du parti.

Elle sera soutenue par l'ensemble des militants.

Commenter cet article

Etienne 01/12/2006 10:45

Thomas, tu dois admettre que Ségolène reprend tout une rhétorique de la première gauche, elle reste très Mitterrandiste, et d'ailleurs elle l'assume. Alors que les références à Jospin ou Rocard dans ses discours, c'est pas pour demain.

Thomas E. 20/11/2006 10:00

Les sondages reflètent juste une chose: le talent de leader que possède Ségolène Royal. Et le PS en manquait, de leaders!

Alors, on dit: "oui mais les médias! Ils l'ont aidée!" Mais ce qu'il faut aussi comprendre, c'est que les autres, cela fait 20 ans qu'ils rament dans le parti, dans les médias: manifestement, cela ne marche pas alors qu'ils ont eu largement leur part d'exposition médiatique.

Ségolène, désignée à plus de 60%, est en train de doubler la deuxième gauche (qui rame depuis 20 ans aussi à s'imposer) et de laisser la première dans le rétroviseur. Je crois que le PS est en train d'entrer dans une nouvelle ère: parti moderne, ouvert à la social-démocratie, féminisé.

Alors, on s'exclame: "c'est bien joli d'abandonner la première et la deuxième gauche mais on met quoi sous le slogan "troisième gauche" : quelle idéologie?! "
Je pense justement qu'il n'y en a pas d'idéologie. Et tant mieux, les problèmes de notre temps , si compliqués, si imbriqués, si enchevêtrés, ne relèvent plus de ces visions simplificatrices. Pour Althusser, l'idéologie, c'est "quand on donne la réponse avant de se poser la question", qu'on impose sa grille de solutions avant d'avoir fait le diagnostic...
Mme Royal fait précisément le contraire de tout ça: via les débats participatifs, via le dialogue qu'elle propose d'affermir dans les entreprises, via son contestation des orthodoxies du parti, ... Elle arrive en disant: "je ne sais pas tout, je propose, je conteste, discutons-en: c'est l'intérêt d'une campagne participative pour que chaque Français se trouve lié par le pacte programmatif".

C'est faire preuve, tout de même, d'un talent et pas des moindres que d'avoir compris le Bad Godesberg français se ferait avec tous les Français, pas seulement avec les militants du PS.

Cajou 20/11/2006 00:11

Tout à fait d'accord avec Thomas : les militants ne sont pas des imbéciles qui procèdent à l'élection de Miss France ! Militante de base en Poitou-charentes, je trouve Ségolène assez convaincante dans son action dans la région et dans ses discours . Même si ce n'est pas elle que j'aurais forcément choisi au départ, je ne regrette pas d'avoir à la soutenir et je me sens assez confiante

Etienne 19/11/2006 18:49

Thomas, je te rejoins quand tu dis que Ségolène correspond surement à ce que les français attendent. Mais je ne suis pas d'accord quand tu dis qu'elle a été la plus novatrice. Selon mon point de vue, elle a donné l'impression d'être la plus novatrice, ce qui est légèrement différent.
Par ailleurs, l'influence des sondages n'est pas négligeable. Quand les gens disent (et j'en connais pas mal qui ont dit ca) qu'ils sont d'accord avec les idées de DSK mais que Ségo est la seule qui peut gagner, tu admettras bien qu'il y a une vraie influence des médias. Le fait qu'il  ait justement 6 socialistes sur 10 qui ait voté pour elle en est pour moi la preuve. Attention, cela ne signifie pas que 6 militants sur 10 n'ont voté pour elle qu'à cause des sondages, mais que parmi les 6, il y en a entre 1 et 2 qui a pu être influencé.
 
De toute façon, maintenant c'est notre candidate, et je le soutiendrais comme le feront je l'espère tous les socialistes.

Thomas E. 17/11/2006 14:49

Laissons aujourd'hui l'ironie au placard.

Aujourd'hui, je suis heureux de la désignation franche et massive de Ségolène Royal, meilleure candidate selon moi, au terme d'une campagne loyale, au cours de laquelle chacun des candidats aura pu exprimer ses vues, déployer sa vision de la France et du monde.
Avant d'honorer chacun des candidats, cela honore d'abord notre parti.

À ceux qui diront que la désignation de Ségolène est le fruit des sondages, je réponds que c'est décidément faire preuve d'un dédain incommensurable que d'estimer que plus de 6 socialistes sur 10 sont influençables et finalement incapables de se forger une intime préférence (non biaisée) au terme des débats. Le PS n'est pas connu pour son panurgisme.
Chacun a pu écouter et juger sur pièce. Ségolène n'a pas toujours été la meilleure; elle a toujours été la plus juste, la plus volontaire, la plus novatrice.
Les Français ne veulent plus du surgissement de l'homme providentiel, Grand Commandeur de la Nation, arrivant avec ses solutions, son expertise même brillante. Les Français n'y croient plus: l'expérience leur donne souvent raison.

Le nouveau rapport que Ségolène a à la politique est porteur d'espoirs; la campagne sera belle, j'en suis persuadé, puisque -TOUS- nous en serons.