Hollande doit prendre ses responsabilités

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Les derniers propos de Georges Frêche, Président de région PS - que je ne diffuserai pas ici, il n'ont rien à faire sur un blog socialiste - sont absolument scandaleux. Hier soir, l'unité régnait au PS, c'est dommage qu'il y ait eu ce point noir qui ait gâché ce si beau tableau.

Nous sommes tous d'accord que le PS doit se rassembler autour de sa candidate Ségolène Royal, mais ce rassemblement doit être socialiste. Ces propos provocants, répétitifs de Monsieur Frêche font penser à des méthodes frontistes, c'est dire si Monsieur Frêche n'a plus rien à faire au PS.

La section PS Sciences Po apelle François Hollande à prendre ses responsabilités, en écoutant l'avis de Bertrand Delanoë qui demande le renvoi de Georges Frêche. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michka :0010: 22/11/2006 19:51

blog interressant et bien réalisé, je reviendrai m'informer régulièrement! bonne continuation

Thomas E. 21/11/2006 17:38

Morceaux choisis dans le Monde des ignominies proférées par M. Frêche, président PS de la Région Languedoc-Roussillon "Ainsi, en juin 2000, le jour de l'inauguration du tramway de Montpellier, lance-t-il à propos d'une femme voilée : « Ne vous inquiétez pas pour la dame, elle n'a que les oreillons », avant de poursuivre par un douteux : « Ici, c'est le tunnel le plus long du monde : vous entrez en France et vous ressortez à Ouarzazate. » L'affaire a fait grand bruit et, dit-on, contribué à la perte de son mandat de député deux ans plus tard. En conseil municipal, rageur, il commente sa défaite : « La droite a été soutenue par les islamistes et les femmes voilées d'Al-Qaida. »" Après avoir traité les socialistes parisiens de « gugusses » à propos du « rôle positif » de la colonisation, il entonne le Chant des Africains... repris en choeur par les élus du FN. A marche forcée, il tente de transformer le nom de Languedoc-Roussillon en Septimanie. Devant la levée de boucliers de la population et des milieux économiques, il renonce et s'interroge sans trop de nuances : « Que va-t-on pouvoir faire si on ne peut même pas changer le nom de cette région ? On n'a pas de couilles. » La vie privée de Nicolas Sarkozy ? « Ce Grand Mamamouchi aux talons compensés. Il périra par sa Marie-Antoinette. » Le premier ministre en exercice ? « Villepin, ce n'est pas une brute épaisse comme Raffarin. Il nous le met comme Raffarin mais avec plus d'él égance. » A peine élu, il liquide aussi tous les satellites culturels soupçonnés d'intelligence avec l'ennemi politique et s'attire les foudres de 1 800 intellectuels et écrivains français. « Les intellectuels de gauche sont avec moi. Ce ne sont pas les zozos parisiens qui comptent », assène celui qui se prétend « philosophiquement anarchiste, politiquement socialiste » et qui dit avoir « arrêté de lire », car il a « l'impression de ne plus rien apprendre ». L'équipe nationale de football ? : « Des crétins qui ne savent pas chanter La Marseillaise. » La France qui n'obtient pas l'organisation des JO ? « En France, on fait chier la terre entière. On fait la leçon à tout le monde. Il est temps qu'on apprenne l'humilité. » Même la religion en prend pour son grade. « Le représentant des musulmans, il n'y en a qu'un, c'est moi ! » A propos de l'élection du pape Benoît XVI ? « J'espère qu'il sera meilleur que l'autre abruti. Celui-là, on le jugera sur le mariage des prêtres et sur la capote (...). On en a quand même raté un au bombardement de Dresde. » À cette liste incomplète il faut rajouter évidemment les propos sur les harkis et sur les joueurs de l'équipe de France... Combien de provocations, combien d'injures, combien d'éructations racistes, xénophobes faudra-t'il pour que le PS supprime à M. Frêche sa carte de socialiste? Chaque jour de plus qui passe accroît l'incompréhension des militants...