"Je forme le voeu (...) que se lève une paix durable"

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Ségolène Royal poursuit sereinement son périple proche-oriental.

Reçue avec tous les honneurs d'un chef d'État par le Président palestinien M. Abbas, elle a déclaré lors d'une conférence de presse commune: "Je forme le voeu (...) que se lève une paix durable et de nouvelles forces de vie. Le progrès du monde a besoin d'un Proche-Orient réconcilié avec lui-même".

Elle doit ce lundi rencontrer M. Olmert, chef du gouvernement israëlien.
Là aussi, tous les égards lui seront accordés, notamment pour lui faciliter sa visite. Elle rencontrera entre autres, outre M. Olmert, la très influente ministre de l'Éducation, Mme Yuli Tamir.

Une chose est sûre: vu d'Israël, il n'y a pas de polémique Royal. Visiblement, Israël ne veut pas encore choisir entre Sarkozy et Royal.

Commenter cet article

olivier 11/12/2006 11:41

Mme Royal  des convergences de vue sur les Etats-Unis avec le Hezbollah!!! Il sera temps quand elle sera au pouvoir de changer nos alliances.
Plus sérieusement, au delà de cette péripétie de traduction, j'ai du mal  à comprendre ses interventions qui d'un côté de la frontière condamnent fermement le voisin ou adversaire (les survols israélien et le mur) alors que de l'autre acquiescent et justifient.
Franchement, sans démagogie aucune, il faut être sacrément mordu pour ne pas être interloqué.
 

Elsa 06/12/2006 14:19

Oui c'est clair, à qui fais-tu référence ?
 
Je pense que la France défend le camp anti-syrien quasi-unanimement...

Etienne 05/12/2006 13:47

Tu fais référence à qui?

BaD BoO 05/12/2006 12:53

Ouais et heureusement qu'elle soutient le camp antisyrien, c'est pas le cas de toute la gauche !

Adrien 05/12/2006 09:25

La visite en Israël a montré que la polémique sur la rencontre avec le député Hezbollah est une polémique franco-française, et je dirais même une polémique interne à la droite française. Tout le monde sait très bien que la France et les socialistes français ne considèrent pas Israël comme l'Allemagne hitlérienne, et que nous refusons la haine violente instrumentalisée par le Hezbollah. Cette polémique a été montée par la droite française qui se rend compte qu'elle est en train de perdre du terrain sur notre parti, notre projet, notre candidate, et qui essaye d'exister en s'agitant. Il va falloir trouver mieux, parce que ces manoeuvres n'intéressent absolument personne.
Sur le fond Ségolène Royal a apporté son soutien au premier ministre libanais, donc on ne peut pas la soupçonner d'une convergence avec le Hezbollah. Maintenant elle a raison d'affirmer que la politique de l'administration Bush a été catastrophique.
Ce n'est pas parce que tu discutes avec quelqu'un que tu approuves ses propos ou ses actes. Ségolène Royal voulait rencontrer toutes les parties libanaises, ce qui ne l'a pas empêché de rappeler qu'elle soutient le camp anti-syrien.