Agenda de la section

Retrouvez les dernières publications du PS Sciences Po sur www.ps-sciencespo.com  


En 2012, faisons gagner la gauche. 

Nous contacter

   ps_scpo@yahoo.fr
  
  

Nous ne nous opposons pas à ce que nos articles soient repris, à la seule condition qu'un commentaire nous en avertisse, et que l'article sur votre blog soit correctement référencé avec le nom de l'auteur et un lien vers notre blog.

Notre Twitter

Syndication

  • Flux RSS des articles
Samedi 6 janvier 6 06 /01 /Jan 20:07
- Publié dans : Campagnes et propositions

Ces derniers temps, les attaques fleurissent sur Ségolène Royal. Certains partis, déformant ses propos où les plaçant hors de leurs contextes, tendent à faire croire que Ségolène Royal n’est pas une femme engagée. Or, si l’on retrace son parcours politique, on s’aperçoit qu’elle ne joue pas un rôle pour être élue. Elle a conservé ses convictions depuis ses premières heures en politique

 

* Elle a d’abord toujours considéré l’écologie comme une question majeure de la France

 « Il faut intégrer l'écologie dans un projet global de société. La gauche, qui, en 1981, avait adopté des valeurs comme le qualitatif et le long terme, les a un peu oubliées. »

Dès 1988, Ségolène Royal avait bien compris que l’écologie ne devait pas être vu comme un ministère comme les autres, mais au contraire tel un sujet global s’appliquant à l’intégralité de la société. Elle était en avance de plus de quinze ans sur l’opinion publique et sur les idées socialistes. Elle n’a pas eu énormément de moyen dans son ministère mais son action a tout de même été conséquente

- Ainsi, lors d’un « Sommet de la Terre  », elle avait plaidé avec Michel Rocard pour une vision tiers-mondiste de l’environnement visant à aider ses pays, en leur donnant des moyens. Quand elle met en avant cette idée aujourd’hui (cf. : L’interview qu’elle a accordé au sections universitaires), c’est la preuve qu’il y a une véritable cohérence dans sa démarche.

 

- Ségolène Royal avait par ailleurs œuvré pour la « social-écologie », qui consiste à essayer d’améliorer le bien-être des gens à l’endroit où ils vivent. C’est ainsi qu’elle s’est attaquée par exemple au problème du bruit. Elle a mis en place une indemnisation des habitants des endroits proches des aéroports, qui subissent des nuisances sonores.

 

* Elle a toujours accordé une importance prédominante aux questions d’éducation et de sécurité 

 

+ Ségolène Royal a toujours été ferme concernant le droit de chacun de bénéficier d’une véritable sécurité à l’école, lorsqu’elle était ministre. 

 

- Elle a tout d’abord mis en place une procédure très sévère contre les bizutages et les attaques physiques des élèves. Contrairement à certains autres hommes politiques qui veulent tout mettre sur le dos des élèves, Ségolène Royal a toujours accordé beaucoup d’importance dans la nécessité de sanctionner fermement les adultes responsables, en particulier les directeurs d’établissement, qui fermaient les yeux sur la pratique du bizutage.

 

- De même, elle a accepté l’idée que des fouilles à l’entrée des établissements scolaires puissent être mises en œuvre pour protéger les élèves, à condition qu’il y ait de véritables menaces, et que cela ne soit mis en place que de façon ponctuelle

« Je ne vois pas pourquoi on fouillerait à l'entrée de certains grands magasins et pas à l'entrée des établissements scolaires où il y a eu des signalements de détention d'armes ».

 

+ Toutefois, Ségolène Royal accorde beaucoup de place à l’éducation, et à l’égalité pour chacun. C’est justement ce qui la différencie de Nicolas Sarkozy. Les questions de sécurité sont un problème que la gauche ne doit plus ignorer, et Ségolène Royal a ce mérite de moderniser le PS sur ce point. Mais sa résolution du problème diffère considérablement de celle de la droite : Elle associe la fermeté vis-à-vis des délinquants a de gros efforts d’éducation

 

-Elle a ainsi œuvré pour la mise en œuvre de l’éducation civique dans les lycées, et pour sa généralisation dans les écoles et les collèges. Car comment peut-on demander à des adolescents de se comporter en citoyens s’ils ne savent pas ce que cela signifie ?

 

- Elle a toujours favorisé une responsabilisation des parents. Elle est l’auteur d’une loi sur l’autorité parentale qui consistait à aider les parents en difficulté sur l’éducation de leur enfant et à les responsabiliser.

 

- Son soutien inconditionnel pour les ZEP et sa volonté de tout mettre en œuvre pour aider les élèves à s’en sortir ne sont plus à prouver. Pourtant dans un petit ministère, Ségolène Royal a pesé de tout son poids

« Le travail en ZEP est plus difficile qu'ailleurs. Et comme c'est à l'école que se joue, pour les années qui viennent, le maintien du lien social, il faut reconnaître la diversité des situations et la variété des réussites pédagogiques. En même temps j'ai la volonté de définir de grandes orientations nationales qui donnent une unité à la politique scolaire. Les ZEP font partie d'une dynamique d'ensemble. Mon objectif est de faire en sorte qu'à partir des éléments déterminants de leur réussite, nous tirions des leçons pour l'ensemble des élèves qui ont moins de chance au départ dans tous les établissements. »

 

Cette citation est révélatrice de l’idée de la candidate socialiste : Elle considérait que les ZEP ne devait pas être déconnecté du reste des établissements, et devaient impulser une nouvelle dynamique. Tout le contraire de la stratégie du gouvernement actuel, qui consiste à aider les établissements en énorme difficulté mais à ne pas se préoccuper des autres.

 

- Elle a également mis en œuvre une réforme visant à l’aide sociale à l’enfance

« Il est important de redire que les familles les plus pauvres ont des droits qui ne sont pas respectés. Et de faire en sorte qu'ils le soient. »

 

- Ségolène Royal avait montré à ce moment-là déjà qu’elle accordait beaucoup d’importance au dialogue. La démocratie participative n’est pas venue par hasard. 

 

Sur plusieurs sujets délicats, elle expliquait ainsi que trois cents réunions de concertation avaient « contribué à favoriser le dialogue » entre les fédérations, les syndicats et les deux ministres chargés de l'éducation nationale et leurs collaborateurs 

 

* Ségolène Royal a toujours donné beaucoup d’importance aux notions de respect et d’ordre juste. La question du bizutage évoquée plus haut en est un exemple, mais pas le seul. Elle s’est toujours battue pour la dignité de la personne humaine

 

- Elle a d’abord pris violemment position contre l’exposition de mannequins vivants dans les vitrines des magasins, aux Galerie Lafayette. Elle considérait que les conditions de leurs travails n’étaient pas dignes

 

- Elle a également pris position pour les personnes handicapées, qui souffrent de discrimination, et qui subissent une société mal adaptée à leur handicap. Ségolène Royal a ainsi déclaré

« Agir en faveur des personnes handicapées est du même ressort que le combat pour la parité homme-femme. ». Quand on sait la place qu’elle accorde à cette dernière question, c’est la preuve qu’elle prend en compte la condition des personnes handicapées. 

 

- Elle considère également que les personnes surendettées ont le droit à la dignité 

 

« La loi de 1991 a posé le principe de l'insaisissabilité de certaines allocations ; il est scandaleux qu'elles le soient quand même », rappelle la ministre, par ailleurs décidée à moraliser les pratiques des organismes de crédit « qui gagnent de l'argent sur le dos des pauvres ». 

 

* Ségolène Royal a plutôt été en avance sur les questions relatives aux mœurs. Il est vrai que sur la question du mariage des personnes de même sexe, sa pensée a évolué (et tant mieux !), mais depuis longtemps déjà elle a été en avance sur les questions de société

 

- Ainsi elle a œuvré pour mettre à disposition des élèves la pilule du lendemain dans les lycées, dans les années 1990, une position moderne et qui lui avait valu de nombreuses critiques, y compris au sein de son propre camp

 

- Elle a aussi toujours eu une position claire sur la télévision française. Elle considère que certaines émissions privent les individus de leur dignité (cf. télé-réalité) et que les violences télévisées sont à l’origine en partie des actes de délinquance. En ce sens, elle adopte une position moderne qui consiste à s’attaquer aux causes de la délinquance, au lieu de tomber dans le tout répressif que défend le candidat d’en face.

« Je suis convaincue que la télé est un instrument formidable d'évolution des mentalités et de réduction des inégalités culturelles. Je crois en une télévision populaire de qualité. Il faut avant tout un cahier des charges beaucoup plus ferme. Ne pas diffuser d'émissions qui transforment le téléspectateur en voyeur puisque l'incitation à l'exhibitionnisme est interdite par la loi » 

 

« La délinquance, c'est le passage de la pulsion à l'acte. Or il existe une porosité bien réelle entre télé publique et pornographie quand certaines émissions de variété invitent des acteurs de films pornos sur leurs plateaux : ces " divertissements " valident des comportements de violence sexuelle qui produisent ensuite les " tournantes ", inspirées des cassettes, dans les banlieues »

Toutes les références de cet article sont prises entre 1987 et 2002, à un moment où Ségolène Royal n’avait qu’une place modeste au sein du Parti Socialiste. On ne peut contester que Ségolène Royal a toujours prôné l’égalité pour tous, le respect pour chacun, l’ordre juste ou encore la démocratie participative. Il y a donc une grande continuité avec ses idées dans la campagne qu’elle développe. On peut s’en féliciter. Un peu d’honnêteté ne fera pas de mal à la France pour ses cinq prochaines années, après douze ans de Chirac. Dire que Ségolène Royal n'a d'avis sur rien est encore un grossier mensonge de l'UMP. Elle associe simplement à chaque sujet le peuple français.

Etienne Longueville

 

Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Etienne, je sais à présent tout le travail de dépouillage d'articles que tu as fait et donc je peux garantir, aux lecteurs qui ne te connaîtraient pas, ton honnêteté et ta bonne foi!

Toujours est-il que je reste d'accord avec toi sur cette affirmation: Ségolène Royal est une femme courageuse, qui a des convictions en dépit des critiques que ses adversaires font ("opiniomane", ...). D'ailleurs, elle-même ne cache pas qu'elle dévore depuis longtemps études et sondages... Tout le monde le fait alors pourquoi les hommes/femmes politiques devraient faire "comme si" ?
Commentaire n°1 posté par Thomas E. le 07/01/2007 à 17h58
Et la récente position de votre candidate sur la justice chinoise, vous trouvez ça courageux aussi? (cf. ""parfois les tribunaux chinois sont plus rapides qu'en France". "Vous voyez: avant de donner des leçons aux autres pays, regardons toujours les éléments de comparaison").

Personnellement je trouve ça assez choquant, mais vous allez me dire que son propos a été mal interprété...
Commentaire n°2 posté par Jérémy le 14/01/2007 à 10h31
Et si tu remettais cette phrase dans son contexte : Ségolène Royal est à ce moment là en train de parler de la coopération juridique et judiciaire entre la France et la Chine. Elle exprime tous les progrès que doit faire la Chine. Un petit rappel : Ségolène Royal est avocate, et je te renvoie à son action avec Jean-Pierre Mignard lors de son voyage en Chine qui te prouveront qu'elle est bien consciente que ce pays est une dictature, dont la justice est biaisée. Ce qui n'empêche que sur les affaires civiles et commerciales, la Chine a des tribunaux beaucoup plus rapides que les nôtres, ne serait-que parce que les Chinois ont moins recours à la justice (cf cours de JE Ray sur les perceptions du droit dans les différentes civilisations).
Commentaire n°3 posté par Adrien le 15/01/2007 à 20h21

Marie-Ségolène a sans aucun doute su prendre des positions courageuses par le passé, tant dans le domaine politique que d'un point de vue familial.


En revanche, "mon opinion est celle du peuple Français", c'est le degré zéro de la politique.

Commentaire n°4 posté par Thibaud le 02/02/2007 à 19h05

Ou alors c'est la marque d'un respect envers la population qui diffère du mépris que lui accorde l'UMP

Commentaire n°5 posté par Etienne le 02/02/2007 à 21h30
Sur une question aussi fondamentale que l'entrée de la Turquie dans l'Union Européeene, n'est il pas surprenant de voir que l'opinion de la potentielle future candidate est celle du peuple français.
On a vu les relations des français avec l'Europe lors du vote portant sur la constitution européene, laissera-t-elle se reproduire l'erreur qu'était ce réferendum?
Commentaire n°6 posté par fred le 03/02/2007 à 00h33
Madame,
les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine supérieur au SMIC.



Ø      Attaque sans précédent contre l'EPS, avec l'arrêt du recrutement de collègues et la remise en cause de l'UNSS, qui permet pourtant à de très nombreux jeunes, notamment dans les quartiers
populaires, de pratiquer une activité sportive à moindre coût , encadrée par des professionnels.



Ø      Non remplacement de nombreux collègues partis à la retraite alors que le nombre d'élèves en primaire est en augmentation.



Ø      Multiplication des emplois précaires qui sont souvent traités de manière encore plus dure que dans le entreprises privées, sans égard pour leur contrat, leur statuts et évidemment pour leur
situation personnelle.




    Contre toutes ces mesures qui mettent en cause l'école républicaine, dénaturent nos métiers, nos missions et ne permettent pas de proposer une égalité des chances à tous les élèves, laissant
de côtés ceux  issus des quartiers " difficiles ", les personnels de l'Education Nationale, les enseignants du département des Hauts de Seine et plus particulièrement  ceux du collège E Manet de Villeneuve La Garenne  ( Hauts de Seine ) se sont mobilisés : grève nationale du 18 Décembre, manifestation du 20 Janvier, grève du 01 février, grève nationale du 08 février, de nombreuses assemblées générales, actions en direction des parents ...



    Nous  souhaitons ainsi interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la situation actuelle de l'Education Nationale, sur nos revendications mais aussi sur leur projet concernant notre
ministère.
    C'est pourquoi après avoir été reçu au QG de campagne de Nicolas Sarkozy le 08 février au matin où nous avons pu exposer nos revendications et inquiétudes mais aussi écouter les projets et
propositions du candidat, nous souhaiterions maintenant pouvoir vous rencontrer pour faire de même.

    Nous occupons notre établissement dans la nuit du 13 Février, comme de nombreux établissements du 92.
    Vous pourriez profiter de ce moment de mobilisation avec la présence des personnels, de parents, de syndicalistes et de citoyens pour venir écouter nos revendications et présenter votre projet pour l'éducation.

Les personnels du collège E Manet 180 Boulevard Galliéni 92390 Villeneuve la Garenne

Contacts Bruno Hérot        06 60 57 75 88     herotbruno@hotmail.fr
             Olivier Claeren      06 18 88 84 05     o_claeren@yahoo.fr
             François Goblet     06 33 69 22 73    goblet.francois@neuf.frMadame, Monsieur, les personnels de l'éducation nationale, majoritairement mobilisés repoussent et dénoncent les mesures prises par l'actuel gouvernement


Ø      Mise en place du socle commun, de la note de vie scolaire, du conseil pédagogique, ...


Ø      Remise en cause de nos statuts avec la modification du décret  de 1950 (Bivalence, suppression d'heures de décharges nécessaires à l'organisation de l'enseignement,...)



Ø      Diminution des moyens alloués aux établissements ( DGH et en H/E en baisse dans de très nombreux collèges et lycées ) qui entraîne une disparition de nombreux postes d'enseignants,
l'augmentation des effectifs par classe, la remise en cause des dédoublements et des séances de remédiations par manque de moyens.
Ces mesures découlant d'une baisse relative du budget de l'Education Nationale.



Ø      Disparition annoncée de l'enseignement prioritaire avec un classement Ambition Réussite qui n'amène rien ou presque aux établissements. Tous les autres établissements ou réseaux se voient
dépouillés de leurs moyens et ce au détriment d'élèves en difficultés.



Ø      Une baisse sensible de notre pouvoir d'achat ( 20 % depuis les années 1980 ), avec un salaire pour les collègues qui débutent à peine sup&eac
Commentaire n°7 posté par CollÚge E Manet le 11/02/2007 à 09h26

Notre Web TV

Vidéos réalisées lors de nos rencontres avec :

-11/2009 : Jean-Louis Bianco sur la question iranienne

-12/2009 : Thomas Piketty sur les questions d'inégalités

-12/2008 : André Vallini sur la Justice et la réforme des collectivités territoriales

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés