"L'erreur de casting"

Publié le par Etienne

M. Pasqua a la radio ce matin réagissait durement au livre de Pierre Péan, déclarant que Jacques Chirac était "une erreur de casting". Il ajoutait "Je crois que le dernier président de gauche que la France ait connu est Jacques Chirac".

Finalement, cela va dans le sens du livre de Péan, dont la dernière partie aurait pu avoir comme titre "L'histoire de la Ve République selon Chirac".  L'actuel président y est décrit comme un "gaulliste social". Ce serait presque s'il n'avait pas tué (politiquement) Chaban-Delmas pour reprendre sa "Nouvelle Société".

 

La droite fait quand même très fort. Non seulement elle n'assume pas son propre bilan - Le candidat de l'UMP fait croire qu'il est dans l'opposition depuis cinq ans, avec sa rupture - mais bientôt elle va nous dire que son bilan est le nôtre. Quel courage.

Jacques Chirac est un homme pleinement de droite. Toutes les grandes réformes passées sous sa présidence avantageaient les plus riches: Les retraites, l'assurance maladie, l'éducation nationale ou encore le CPE/CNE. Mais je vois déjà ce que l'on va me répondre: Ce n'est pas lui, c'est son gouvernement...Oui parce que Chirac serait presque un homme de gauche en cohabitation avec un gouvernement de droite...

Faux et archi-faux. Certes, Jacques Chirac n'est pas un libéral. Il déclare dans ce livre: "Je suis convaincu que le libéralisme est voué au même échec que le communisme". Mais il existe deux droites: La droite libérale et la droite conservatrice. Le président français fait partie de la deuxième. Toujours à promettre des baisses d'impôt du revenu - l'impôt le plus juste, à jouer avec l'insécurité et la peur, à refuser les avancées sociales...

Mais la réalité est que le candidat de l'UMP appartient à la même droite conservatrice et non libérale. Il n'y a qu'à demander aux vrais libéraux ce qu'ils pensent de lui. Matthieu Laine pense que "Sarkozy est tout sauf un libéral", et dans sa bouche, c'est une critique. Le candidat de l'UMP ressort en fait les bonnes recettes chiraquiennes: Baisses d'impôt pour les plus riches, insécurité, immigration, refus des avancées sociales. La ressemblance est troublante.

Et si, de nouveau en 2007, Nicolas Sarkozy était "l'erreur de casting" de la droite? 

Commenter cet article

Aristide 22/02/2007 17:07

Je ne suis pas convaincu que Sarkozy revendique vraiment un héritage chiraquien... Il me parait donc étonnant de penser que Sarkozy reprendrait les "vieilles recettes" de Chirac. Il en applique de nouvelles, et je sais pas si ça va dans le bon sens...