NON à la TVA sociale

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Après Nicolas Sarkozy, c'est  François Bayrou qui estime "intéressante" et à suivre l'idée d'une TVA sociale. La TVA sociale consisterait à financer la protection sociale par des points de TVA supplémentaires et non plus par les cotisations salariales et patronales.

"La TVA sociale est une idée intéressante, a déclaré le candidat UDF à la présidentielle lors d'une conférence de presse. Les Allemands viennent de faire un petit pas dans cette direction. Ça n'a pas entraîné de hausse des prix en Allemagne. Même pour le mois de janvier, les prix ont baissé. Cette expérience mérite d'être suivie."

----

Le PS Sciences Po avait déjà réfléchi à cette question et avait publié en janvier une étude sur la fiscalité que vous pouvez retrouver ICI

Voici un extrait de ce que dit cette analyse, concernant la TVA sociale:

Une « TVA sociale » pas si sociale... : trois arguments à retenir

Voulue par le candidat Sarkozy (et maintenant Bayrou), la TVA sociale est injuste socialement, nuisible économiquement et relève d’une illusion car ses éventuels effets positifs ne seraient que temporaires.

-Injuste socialement car elle conduit à déplacer le poids du financement de la protection sociale vers la consommation des ménages, au premier rang desquels les ménages les plus modestes (le poids de la TVA est logiquement plus important pour les  ménages à bas revenus). La baisse du pouvoir d’achat qui en découlerait serait en complète contradiction avec les récentes déclarations de Nicolas Sarkozy sur le pouvoir d’achat.

-Nuisible économiquement car, en réduisant le pouvoir d’achat des ménages, elle freinerait brutalement la demande intérieure, moteur essentiel de la croissance en France.

-Ses effets positifs ne seraient, au mieux, que temporaires. Dans la mesure où il y a fort à parier que cette stratégie risque d’être adoptée par de nombreux pays de l’UE, cette mesure n’aura les effets positifs escomptés sur notre compétitivité que lorsqu’il existera un décalage d’ajustement en notre faveur. Nous rentrerons dans un jeu de concurrence entre les pays de l’UE au détriment de l’équité fiscale et de la solidarité à l’intérieur de ces pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Enguerrand 11/04/2007 07:58

Pour contribuer au debat:http://enguerrand.over-blog.org/article-6349681.html

Vulcain 25/02/2007 14:26

qui aurait une idée pour faire contribuer plus les grandes entreprises qui font leur profits après avoir délocalisé les emplois ?

Etienne 24/02/2007 13:11

Les Français ne sont pas dupes. Sur ce sondage
http://fr.news.yahoo.com/presidentielle/sondages-yahoo.html
les gens placent Bayrou à droite.

Thomas 23/02/2007 17:10

D'ailleurs, la vigueur retrouvée du commerce extérieur allemand (premier exportateur mondial selon les dernières données) est un démenti assez éclatant à ceux qui accusent, un peu vite, la BCE, l'euro et la compétition internationale de tous leurs maux...La solution aux problèmes économiques de la France (cf. son déficit du commerce extérieur notamment) ne se trouve pas dans une résurgence d'une ligne Maginot économique. Toute comparaison a ses limites, mais l'exemple de l'Allemagne est assez parlant: mêmes problèmes (j'avais oublié le pétrole cher!), et pourtant ils s'en sortent mieux.Le fait vient peut-être que l'Allemagne a gardé un potentiel industriel important et que la gamme de produits allemands est encore très large. Le tissu des PME est fort bien maillé, avec des investissements importants pour les entreprises de 300/400 personnes. Ainsi quand ils ont 400 produits à vendre à l'étranger avec une diversité de produits, nous n'avons guère que les AIRBUS et les TGV pour faire le poids dans la balance du C.E...

Etienne 23/02/2007 16:18

Héhé, tu as vu j'ai bien retenu ta leçon. Bon, pour la structure de l'économie allemande et française, valait quand même mieux que tu t'en charges...