L’arrogance du monde politique au masculin.

Publié le par Marilza de Melo Foucher


Les commentaires sur Ségolène Royal dans les médias sont généralement  mordants. C'est pure logique que cette candidature perturbe les schémas  de la politique traditionnelle en France. En effet, dans notre pays, le  monde politique se conjugue au masculin. On voit se dessiner dans cette  campagne des mécanismes discriminatoires qui traduisent ces rapports de  pouvoir inégaux.

Pour la première fois, 4 femmes aux parcours politiques de premier plan  (député, sénatrice, présidente de conseil régional, ancien ministre) sont candidates à la Présidentielle. Or, jusqu’à maintenant, aucun
article de fond n’a encore été consacré à ce sujet par les journalistes politiques ! Ségolène Royal est la plus exposée d'entre elles aux sarcasmes des médias. L'ironie avec laquelle le journal "Le Monde" décrit son positionnement politique de candidate-maman sans complexe est révélatrice. Plutôt que de se demander pourquoi les hommes politiques n’expriment pas leurs sentiments face aux problèmes auxquels les gens sont confrontés, mieux vaut s’interroger sur ce qui fait la différence.

Lorsqu’une femme brigue des responsabilités considérées comme relevant du domaine masculin, on exige d’elle qu’elle accentue le plus possible les caractéristiques et les symboles propres à son sexe. On s'attend à ce qu’elle ne possède pas les qualités requises pour gouverner un pays, agir publiquement sur des sujets concernant l’économie ou l’international, par exemple, ou encore à ce qu’elle continue d’agir d’abord comme une mère et qu’elle s’intéresse en priorité aux sujets de société.
Derrière ces présupposés, se cache une misogynie inavouable selon laquelle les femmes n’arriveraient pas à manier les codes linguistiques, les concepts, avec la même rationalité de pensée que les hommes dans un débat politique !

Pourtant, la vie démocratique ne serait qu’une coquille vide si elle ne répondait pas aux attentes et aux besoins des citoyens, si elle ne préparait pas les personnels de l’administration publique, par exemple, à la compréhension des malades, des handicapés ou à la lutte pour l’inclusion sociale. C’est pourquoi, la notion de genre doit rejaillir dans les débats de cette campagne, notamment en matière de droit civil et politique.

Réaffirmer l’égalité homme/femme dans les compétences doit reposer sur la conscience d’appartenir à un espace humain commun qui n’appartient pas qu’aux hommes.

Le développement économique ne peut se consolider sans le développement humain. Pour vous il s’agit de compassion… pour moi il s’agit d’une autre approche de la politique. Ségolène a crée des ponts entre la démocratie représentative et la démocratie participative. Il s’agit de réconcilier les citoyens et citoyennes avec une classe politique devenue trop professionnelle, trop élitiste, trop éloignée du monde réel.

La démarche de Ségolène redonne du sens à la politique en formulant des repères pour bâtir un mode de gouvernement plus démocratique, avec la participation des acteurs représentatifs de la société civile française.
L’élargissement des champs de la concertation entre les différents acteurs du développement ne doit pas se limiter à la simple consultation des citoyens, mais se construire à partir de leur participation dans la formulation des projets et l’élaboration des prises de décisions.
Apprendre à se concerter dans l’exercice du pouvoir est nécessaire quand la démocratie représentative semble être en panne.

Je pense que Ségolène Royal est la seule candidate capable de garantir l’autonomie du système politique en redonnant une substance à la devise de notre République « Liberté, Egalité, Fraternité » avec des principes politiques, sociaux et moraux. Il est urgent de recomposer l’équilibre entre l’Etat, la société politique et la société civile. Il faut mettre un terme à la conception féodale du pouvoir dont M. Sarkozy est le principal héritier, notamment quand il apporte son soutien au cumul de mandats. 

* Marilza de Melo Foucher est de double nationalité brésilienne et française, docteur en économie et consultante international pour le développement intégré et durable.

Vous soutenez Ségolène Royal et vous voulez vous aussi écrire un point de vue militant pour ce blog? Envoyez-nous votre article à l'adresse ps_scpo@yahoo.fr .

Commenter cet article

aphex 07/03/2007 20:47

Ségolène royal n'a pas  participé au vote de la loi sur la violence conjugale il y a quelques mois. Pire elle propose une loi sur le sujet  en ignorant... qu'elle existe déjà.
Raconter ensuite qu'elle porte la voix des femmes me fait doucement rigoler.
On n'imagine pas Badinter  "oublier" de participer aux débats parlementaires d'une loi sur la peine de mort.
Pathétique.
http://liberaux.over-blog.com

arnaud 05/03/2007 18:46

J'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net alors venez le voir et dite ce que vous en penser dans les commentaires pour que je l'ameliore, merci d'avance!!!!

Elsa 01/03/2007 21:08

et au fait, n'allez pas croire que je suis anti-ségolène !^^
C'est juste que j'ai un sale caractère de bretonne, donc je m'exprime surtout quand je suis pas d'accord... Et finalement on ne m'entend pas trop sur ce blog, donc finalement ;)
 

Elsa 01/03/2007 21:06

PITIE, ça suffit avec ça !!!!!!!
 
Je rappelle que Ségolène Royal n'a rien d'une féministe et que dans les années 70 elle préparait l'ENA, certainement pas l'émancipation des femmes. Ce qu'elle a fait pour les femmes, elle l'a fait dans le cadre de son poste de ministre de la famille... elle a donc fait son boulot de ministre de la famille de gauche.
En revanche, elle est pour beaucoup responsable de cette espèce de retour à la victimisation des femmes. Quand on ne parle que des banlieues qui crament des voitures, la gauche hurle. Quand on parle des femmes victimes, il n'y a plus personne. Stop au manichéisme, ce qui ne veut pas dire que l'égalité hommes-femmes est totalement effective à tous égards. Cette victimisation est franchement vexante pour toutes les femmes qui ont réussi. A chaque fois, ou presque, que Ségolène Royal parle de son identité de femme, c'est sur le ton de la victimisation ou du "je suis une femme, votez pour moi".
Deuxièmement, elle a politisé la question des femmes battues, ce qui est proprement scandaleux. Il y a des sujets qui ne sont ni de gauche ni de droite, sur lesquels il y a consensus, et les utiliser dans une campagne présidentielle ne sert à RIEN sauf à instrumentaliser cette question pour des motifs électoraux, ce qui est franchement pas très noble^^. Sachez quand même que, et toujours sans manichéisme, les mesures en faveur des femmes battues ont été bien améliorées ces dernières années, et là c'est la militante droits de l'homme qui parle.
BREF, par pitié, par respect pour les femmes sans histoire et par solidarité pour les femmes victimes, ÂRRETEZ de faire de Ségolène Royal l'icone de la féminisation de la politique. Ca devient insupportable, et je suis absolument persuadée que Ségolène Royal a et aura beaucoup (mais vraiment beaucoup) de mal à faire l'unanimité chez les femmes. Ce qu'elle risque d'ailleurs de payer, si elle continue dans cette voix.
Bref, Ségolène Royal est très bien à bien des égards, mais vraiment PAS sur la question des femmes. Je le dis d'autant plus fort que moi aussi j'ai une paire de seins, et qu'à mes heures perdues j'ai milité en faveur du droit des femmes (plusprécisément des femmes battues).

jo99 01/03/2007 18:13

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOODites à ségo de lacher les voix pour bové sinon on vote blanc ou pire ... bayrou!OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO