Ségolène Royal n'a pas attendu la droite pour parler de la Nation

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

On voudrait nous faire croire aujourd'hui que Ségolène Royal aurait attendu aujourd'hui pour s'intéresser à la Nation. FAUX. Elle en parle très souvent dans ces discours depuis toujours, simplement la presse ne relayait pas ses propos avant il y a 3 jours.

Par exemple, voici une vidéo made by PS Sciences Po le 7 février lors d'un meeting de Ségolène à Paris.

 


Commenter cet article

Val 01/04/2007 18:19

"La verite humaine la plus profonde que nous a legue l'Histoire, c'est la |Nation": p't'être pas quand même... Comparée à l'étendue de l'Histoire humaine, la Nation c'est très très récent...

On a pas à avoir honte de notre Nation, mais ce n'est pas non plus figé et indépassable. On doit pouvoir devenir Français quand on séjourne en France, qu'on travaille en France, qu'on paye ses impôts en France, qu'on a des enfants nés en France, et cela quelque soit notre origine. On l'a déjà dit plus haut: on peut être breton (private joke pour certains membres du blog), français et européen en même temps, on peut vouloir que l'Europe se développe par idéal ou par nécessité, sans renier la France.

Ne t'inquiète pas, on est pas du genre à remettre les privilèges d'Ancien Régime tout de suite! Et on l'a bien aidé la France avant que progresse la condition sociale. ça ne s'est pas fait tout seul, et ça ne se fera pas non plus tout seul après cette élection. D'où l'intérêt de choisir la meilleure candidate pour mener à bien ces progrès...

LL 01/04/2007 15:30

On entend vraiment des propos choquants ici.
Au nom de quoi la Nation ne serait pas au centre du debat, au nom de quoi on defendrait des theses lepenistes en en parlant? Besancenot parle de chauffage et d'electricite pour les populos, jusqu'a preuve du contraire ca n'est ni Staline ni Barroso qui a ameliore le sort des ouvriers. Seule la France a fait progresse la condition sociale de ses citoyens. Et ca suffit a justifier l'amour de sa patrie, de son drapeau et de son hymne.
D'autres parlent de la necessite de l'europe pour faire face aux problemes modernes, sous entendu la France c'est du passe. Mais on ne fait pas l'europe par necessite et contre notre nation, sinon, elle se casse la gueule (l'europe), comme on l'a vu en 2005.
La verite humaine la plus profonde que nous a legue l'Histoire, c'est la |Nation. C'est sous sa protection que se sont accomplies les periodes les plus prosperes et riches de progres, et en particulier sous la protection de la Nation Francaise.
Voila pourquoi on peut en etre fier. Fier tout autant des valeurs que la France porte que d'etre ne sur son sol. Car, certes la France, ce sont des valeurs, mais c'est aussi une terre et une filliation. Certes le fait d'etre francais est absolument contingent, mais ca s'assume, c'est tout. On ne choisit pas son sexe, sa famille ou sa patrie; mais dans tous les cas, on vit avec et on defend son statut.
Voila pourquoi parler d'immigration libre, de libre-echange ou d'Europe supranationale immediate est une chimere, dont on ferait bien de se debarasser si on ne veut pas effectivement reanimer les sentiments racistes, anti-europeens et reintroduire les privileges dans la patrie qui les a abolit en 1789.
Quand aux idiots qui, en lisant ce message, vont immanquablement me taxer de raciste, xenophobe, primate; je leur demande de prendre une tasse de the et de relire calmement mon message, qui est celui d'un republicain pur jus.

Minimissimus 29/03/2007 16:32

Voir la gauche retrouver ainsi le chemin de la Nation me fait chaud au coeur, surtout après tant d'années pendant lesquelles la seule mention du drapeau la faisait bondir (cf. à ce sujet les interventions gênées de certains de vos éléphants).
En effet, prétendre qu'elle ne l'a jamais quitté manque franchement de sérieux. Pour prendre le seul cas du PS (et MJS) de Sciences-Po, permettez à l'ancien que je suis de rappeler la réaction de vos prédécesseurs à la loi de 2002 sur le drapeau: "infamie", "nationalisme honteux", "lepénisation", et soutien à l'initiative de SUD organisant un concours de saut à pieds joints sur ledit drapeau...
Sacrée différence avec la pseudo-position actuelle de Marie-Ségolène.

Socdem 29/03/2007 10:38

Je viens de poster un commentaire sur votre site, mais je me suis trompé dans l'adresse de mon blog. Je viens de la rectifier sur ce commentaire. Soyez sympa, rectifiez-la sur l'autre ou publiez aussi ce commentaire.Merci.

Socdem 29/03/2007 10:26

Il y a parler de la nation et parler de la nation. Je ne vois aucun mal, lorsqu'on est de gauche, à s'approprier les symboles que sont la Marseilleise ou le drapeau. Mais en faire le centre de son discours! Faire porter le débat exclusivement sur cette question! Depuis quand la gauche pense-t-elle que le patriotisme doit petre imposé d'en haut, par l'Etat ? Il faut afficher les symboles, les aimer, mais ne pas les mettre au centre du débat. C'est là que l'on court le risque de nationalisme, qu'on en prend le risque. La nation est un cadre pour que nous fassions des choses ensembles, elle ne peut sans danger devenir le centre des préoccupations. Certes, Ségolène Royal ne le fait pas par nationalisme, mais parce qu'elle pense pouvoir faire un coup politique en concentrant son discours su rce thème, en exaltant à vide les sentiments patriotiques. Elle n'en est pas moins sur une pente glissante.http://pourquoibayrou.over-blog.com