"Pour construire" : signez et diffusez l'appel des jeunes à voter pour Ségolène Royal

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Si tu souhaites signer cet appel à soutien, envoie simplement un mail à l'adresse jeunespoursegolene@gmail.com avec ton nom, ton âge et ton activité (lycéen, étudiant, jeune professionnel…).

 

Pour construire

 

 Nous, lycéens, étudiants, jeunes actifs, et avant tout citoyens voulons déclarer notre soutien enthousiaste à Ségolène Royal. Parce que, plus qu'un programme, ce qu'elle propose est le projet d'une société fondée sur des valeurs de démocratie, de responsabilité et de solidarité que nous partageons, nous avons décidé de nous engager à ses côtés.

Nous voulons un projet qui rassemble, qui nous redonne des raisons de nous considérer comme une société unie, face aux épreuves qui ne manqueront pas de se présenter mais aussi pour partager les fruits d'une nouvelle croissance. Nous voulons une société qui ne se contente pas d'utiliser le « jeu collectif » et le « respect de ses voisins » comme des éléments de langage, mais qui les ancre dans la réalité. Nous voulons doter notre pays d'ambitions fortes, d'objectifs clairs, partagés et assumés par tous. Nous refusons la confusion qui mène à la division. Nous souhaitons construire ensemble une société, solidaire et responsable, sociale et écologique, juste et innovante, en un mot : socialiste.

Nous le clamons haut et fort : aujourd'hui encore, le progrès est à gauche ! Ce que la gauche entend préserver est ce qui empêche le creusement des inégalités sociales injustifiées. Ce à quoi elle aspire, c'est la réalisation de ce qu'il y a de meilleur en l'homme, c'est la satisfaction de sa soif de respect, de justice, de dignité, pour lui-même et pour les autres.

Nous adhérons pleinement au pacte présidentiel que propose Ségolène Royal parce qu'il œuvre dans ce sens.

 

En lançant cet appel, nous avons décidé de nous engager. Pour nous qui n'avons le droit de vote que depuis quelques années mais qui savons l'importance de ce geste, pour nous qui ne pourrons pas encore voter cette fois mais qui avons une opinion que nous voulons faire connaître, soutenir Ségolène Royal est synonyme de responsabilité. Nous ne sommes pas un fan club, nous sommes des citoyens responsables, d'autant plus enthousiastes que le projet auquel nous adhérons est solide et novateur. Ce n'est pas qu'un programme, non, c'est un véritable « projet de société » : il nous appelle à modifier notre façon de vivre ensemble. Il appelle à plus de solidarité mais aussi à plus d'échange et de responsabilité.

 

 Ce projet est exigeant avec nous. Il nous demande de nous investir personnellement pour « améliorer la vie ».

Naturellement, nous devrons nous engager à respecter chacun, à l'école comme en dehors. Et c'est pour satisfaire cette exigence de respect que nous souhaitons qu'il y ait plus d'adultes dans les écoles, qu'un deuxième adulte soit mis dans les classes là où c'est nécessaire et que la police de quartier, qui nous a déjà prouvé son efficacité, soit réinstaurée.

Nous sommes également prêts et volontaires pour nous impliquer fortement dans la vie de notre société. Nous pourrons aider les jeunes en difficulté en donnant des cours de soutien dans les écoles. A terme, nous effectuerons un service civique obligatoire de 6 mois, indemnisé et pouvant être fractionné dans le temps, qui nous permettra de nous investir pour la collectivité en menant des actions humanitaires, pour l'environnement, de sécurité civile, …

A cela, avec tout l'enthousiasme de ceux qui enfin se sentent utiles, nous disons oui !

              

Ce projet est un véritable pacte : à nos nouveaux devoirs feront écho de nouveaux droits.  

L'enseignement qui nous sera offert sera de meilleur qualité et plus juste. En particulier, des classes préparatoires seront implantées dans les quartiers qui en sont dépourvus, nos universités bénéficieront de plus d'autonomie, la dépense par étudiant sera portée au même niveau que la moyenne des pays de l'OCDE et nous serons pleinement informés des débouchés offerts par chaque filière grâce à un service de l'orientation. Autant de changements qui amélioreront notre condition d'étudiants.

Notre vie quotidienne sera plus libre. L'accès au logement sera plus facile, grâce à la création d'un service public de caution, à l'augmentation des allocations logement ou à la mise en location des logements vacants spéculatifs. L'accès à la santé lui aussi nous sera facilité, avec une carte santé jeune 16/25 ans ouvrant droit à la gratuité d'une consultation par semestre, le renforcement   des moyens de la médecine scolaire et universitaire et la contraception gratuite pour les filles de moins de 25 ans. Il n'y aura plus de discriminations entre nous : les moyens seront renforcés pour lutter contre les discriminations, et l'égalité des droits pour les couples de même sexe sera enfin réalisée. Nous aurons une plus grande liberté pour nous faire entendre, grâce à la possibilité de faire discuter au Parlement un projet de loi ayant retenu le soutien d'un million de citoyens. Et nous commencerons à accéder à l'autonomie grâce à l'allocation autonomie pour les jeunes, accordée sous condition de ressources et allant de pair avec un contrat pour faciliter les études et l'entrée dans la vie active.

                  

L'insertion dans la vie professionnelle ne sera plus une galère. Un droit au premier emploi sera créé : au-delà de six mois d'inactivité, un accès à une formation, un emploi aidé ou un tutorat rémunérés nous sera proposé. Dans ce cadre, 500 000 emplois tremplins seront ouverts. Il sera beaucoup plus facile de reprendre des études après une expérience professionnelle. Pour ceux d'entre nous cherchant à financer un projet, un prêt à taux zéro de 10 000 euros sera accordé, et pour accompagner les jeunes créateurs d'entreprise, la protection sociale des entrepreneurs sera renforcée et les ateliers de la création seront généralisés dans toutes les régions.

Aucun d'entre nous ne sera abandonné à son sort. C'est ce que nous voulons.

                                                                                                       

Ce projet est donc, de loin, le meilleur projet pour la jeunesse, et il va au-delà.

Il sera à même de redonner confiance à nos parents, aux travailleurs, notamment par le développement d'une sécurité sociale professionnelle, qui donnera aux demandeurs d'emploi de meilleures qualifications, et qui transformera petit à petit les périodes de chômage en simples périodes de transition. Il réintègrera aussi les plus modestes des retraités dans la société, en revalorisant les petites retraites pour leur assurer des revenus dignes.

Tous ensembles, nous sortirons de la logique de pénitence dans laquelle on veut nous enfermer, et nous retrouverons la confiance, en nous-mêmes et en les autres.

                     

Et cette confiance nouvelle qu'aura générée l'amélioration du quotidien nous permettra enfin de mettre en œuvre nos ambitions pour l'avenir.

L'investissement dans la recherche sera massivement développé, de 10% par an pendant 5 ans, de sorte à refaire de la France un pays pionnier du progrès.

L'Europe sera relancée, grâce à une nouvelle Constitution que nous seront appelés à valider par référendum, grâce à des valeurs sociales réaffirmées, grâce à de nouvelles politiques communes, sur la recherche, l'énergie, l'environnement, la défense, … de nouvelles politiques que la France défendra sans arrogance mais avec conviction.

La France deviendra enfin un pays modèle dans le nécessaire respect de l'environnement, en mobilisant tous les acteurs : Etat, collectivités, entreprises, individus. Cette politique n'aura rien d'un sacrifice : ce sera une force et une source de fierté.

Ségolène Royal nous promet une France qui va de l'avant, la tête haute. Nous y croyons.

 

  « Je veux une société de responsabilité, dans laquelle à tous les droits correspondent des devoirs, et à tous les devoirs, des droits. » Cette phrase qu'elle use comme d'un leitmotiv, nous la reprenons à notre compte. Elle est à la base de la société que nous voulons, une société de partenaires respectueux, conscients que tout se tient. Votons Ségolène Royal, pour construire.

Commenter cet article

Emmeline 09/04/2007 12:49

Plusieurs choses en vrac : Néel a bel et bien fait du travail de manutentionnaire pour payer ses études, moi aussi d'ailleurs, ainsi je pense que beaucoup d'autres qui comme nous ont signé ou vont signer cet appel. Vous n'avez pas le monopole du pragmatisme, de la valeur travail, et de la transpiration (berk) ! Sharky, je vous prie de cesser d'appeler Mme Royal "MSR", je vous l'ai déjà demandé ! "SR" si vous tenez aux initiales, pas de problème... Par ailleurs, très nombreux sont les jeunes faisant des études supérieures qui vont voter pour Mme Royal ! y compris moi, qui vais être diplômée d'économétrie (voici pour la caution "chiffres"). Pour les revirements, "une mesure qui se construit" me paraît extrêmement prudent et raisonnable. Le CPC est un sujet sensible, sur lequel de nombreux acteurs ont leur mot à dire, et il est bien de prendre le temps de les laisser s'exprimer (ce qui est impossible en temps de campagne). Vous n'avez pas non plus, au demeurant, le monopole de la constance : M. Sarkozy recule pour ce qui est de la suppression totale des droits de succession, le bouclier fiscal à 50%, et la publication de son patrimoine ! bon, c'est vrai, il se prétend le "candidat de la rupture"... (cela dit, il vient de passer 5 ans comme "ministre d'Etat" et numéro 2 du gouvernement, est-ce bien constant de sa part de nier en bloc cet héritage ?)

Val 07/04/2007 23:08

@ Sharky: "Oui tu m'as eu les signataires ne supporteront pas le poids de la dette, c'est la grande spécialité socialiste de faire payer les autres, ceux qui ne signeront pas." C'est un peu le principe de la démocratie en même temps... Si Sarkozy est élu, l'autre moitié de la population le payera très cher aussi.

Maintenant votre argument "Ségo elle est nulle, elle a pas de cerveau" etc. ça va... Changez de disque un peu, et apportez nous une réelle alternative dont on pourra débattre. Moi aussi je peux le faire "Sarko est facho, Bayrou est de droite, et ne parlons pas de Le Pen..." Mais voilà, ils représentent tous autant que Ségolène un parti politique, c'est-à-dire des hommes et des femmes, des idées, des valeurs, des programmes différents, mais que l'on doit respecter et juger en les confrontant.

Après vous pouvez critiquer sa méthode des "mesures qui se construisent", mais c'est comme cela qu'elle a décidé de faire campagne: elle lance une idée, elle regarde comment la population et les experts réagissent, et réctifie ses erreurs éventuelles. Je ne pense pas que ce soit une méthode moins valable que les phrases à l'emporte-pièce de Sarkozy, qui créent des amalgames douteux, du genre "racailles", "kärcher", "Ségolène Royal est du côté des fraudeurs" et cie.

tefy 07/04/2007 20:26

@Néel  je te dirais bien d'aller voir mon blogue mais je ne fais pas de pubs... lolAu départ selon un communiqué de Royal (en lien sur mon blogue et ce n'est donc pas une invention de ma part) la mesure était prévue pour les entreprises de moins de 10 salariés puis un autre communiqué signale que la mesure s'appliquera pour les entreprises de 10 à 20 salariés.... C'est bien de réviser l'argumentaire du parfait socialiste mais faut aussi utiliser sa cervelle (ou du moins ses yeux parce qu'il n'y avait qu'à lire le site de votre championne).D'autre part, admettons que ce CPC est une mesure "qui se construit"...Est-ce alors normal d'annoncer une mesure, de choquer les autres partis de gauche et l'UNEF puis de faire des "éclaircissements" quand on veut rassembler la gauche ?Alors, certes, on peut jouer sur les mots, savoir si ce sont des revirements ou des précisions mais on peut aussi utiliser nos cervelles et décider de vraies réformes contre le chômage... Mais je crains, qu'en ce qui concerne Royal, c'est pas gagné...

Sharky 07/04/2007 19:18

@ Néel post 4
Le prix du sang se référait à la  notion de dette, d'argent pour la payer et de travail pour faire de l'argent, cela s'appelle "suer sang et eau"! Une notion qui t'est encore sans doute étrangère à moins que tu ne fasses des frites chez Mc DO pour payer tes études mais j'en doute.
Oui tu m'as eu les signataires ne supporteront pas le poids de la dette, c'est la grande spécialité socialiste de faire payer les autres, ceux qui ne signeront pas.
Tu as peut être pu discuté de la dette, de la croissance et de l'économie et même faire de la prospective incantatoire comme ta candidate mais sans un seul chiffre (sic). Je te conseille de rester dans le Publc après tes études, tu n'iras pas loin dans le Privé.
Avec MSR, j'avoue je suis binaire elle est trop nulle et dangereuse pour mon pays.
@ Néel post 8
Sans hésitations, sans hésitations tu as attendu ton 2ème post sur le sujet pour le faire ;-)
Va en parler à Bianco et Rebsamen, j'ai pitié pour eux quand ils doivent faire la voiture balai explicative, en plus ils ont pas des physiques d'acrobate les pauvres, qu'est-ce qu'ils suent!

Néel 07/04/2007 18:50

Moi, je l'ai signé sans hésitations, cet appel! ;-)tefy, honnêtement, que sont les "revirements" de Royal sur le CPC? tu dis qu'ils sont multiples j'attends un exemple. Moi, ce que je vois, c'est une mesure qui se construit : le principe est clair et définitif, et les modalités sont peu a peu précisées. Aucun revirement la dedans, mais des éclaircissements.