L'environnement : un enjeu à ne pas oublier, une chance à saisir

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Cette campagne, bien qu'imparfaite (comme toutes les campagnes, présidentielles en particulier) a cependant vu se profiler des débats de personnes et de fond. L’emploi, le travail, l’économie, la Nation, ne sont que quelques uns des thèmes successivement abordés. Un thème avait retenu l’attention il y a quelques mois mais n’a que peu été évoqué depuis : l’écologie. Il s’agit pourtant d’un enjeu important.

 

La section a été contactée par les jeunes Verts pour présenter en quelques lignes le programme de Ségolène Royal en matière d'environnement et d'écologie. Retrouvez ici cette présentation :


 

Le constat est sans appel : l'environnement doit être et sera une des priorités du quinquennat de Ségolène Royal. Des politiques publiques volontaristes et le civisme de chacun devront permettre de mieux protéger notre environnement et notre santé. Il s'agit là non seulement d'un impératif environnemental, mais aussi d'une chance pour l'économie et l'emploi : le secteur de l'environnement devrait etre un vivier d'emplois durables.

 

Le PS et Ségolène Royal proposent notamment à tous les Français :

 

- de reconnaitre la place majeure de l'environnement au niveau institutionnel national (vice-Premier Ministre chargé du développement durable et extension des compétences du CES qui deviendrait un Conseil économique, Social et Environnemental) et international (promotion d'une Organisation Mondiale de l'Environnement).

 

- de mettre en place une politique énergétique nouvelle : elle reposerait sur de plus fortes économies d'énergie (isolation domestique, conditionnement de la délivrance des permis au respect de la norme « très haute qualité environnementale »,développement des transports collectifs). Le soutien aux économies renouvelables devrait leur permettre d'atteindre réellement 20% de la consommation en 2020.

 

- de mettre en place de façon plus marquée le principe pollueur-payeur (éco-redevance pour le transport par route, prélèvement exceptionnel sur les superprofits des sociétés pétrolières) et d'inciter les entreprises à éliminer leurs composés toxiques et à réduire leurs déchets.

 

- d'aller vers une agriculture plus respectueuse de l'environnement et des pays en développement (réorientation des aides de la PAC, arrêt des cultures OGM en plein champ, promotion d'une « PAC mondiale »).

 

Cet engagement, raisonnable mais indispensable, sera assumé. La signature du pacte écologique par Mme Royal, mais aussi l'expérience du travail en commun avec les Verts, en sont des gages forts.

Néel Travers

Commenter cet article

david 20/04/2007 12:02

Trouvé dans la profession de foi de Besancenot : "La logique du profit piétine les principes écologiques".A méditer...