Pourquoi Ségolène Royal est la Présidente que la France mérite !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

A deux jours du premier tour de l’une des élections les plus importantes depuis vingt ans et après un meeting devant 22 000 personnes où notre candidate a été magistrale, de nombreux électeurs sont encore indécis. Nous le sentons bien, militants socialistes, que quelque chose a évolué ces trois dernières semaines. Grâce à notre travail d’explications sans relâche, malgré les caricatures et certaines initiatives malheureuses issues de nos rangs, nous avons tenu notre cap : mettre en marche la France présidente !

Et ces derniers jours plus que jamais, nous sommes fiers, quels qu’aient été nos choix lors de la primaire du 16 novembre dernier (dont nous pouvons être collectivement fiers, quel autre parti a eu le courage et a pris le risque d’organiser un tel débat d’idées ?), nous sommes plus que fiers d’avoir une telle candidate et nous sommes plus que jamais persuadés qu’elle est la plus apte à diriger la France pour les cinq années qui suivent.

1. Elle est la seule à faire preuve d’un sang-froid sans failles.


Je n’ai pas besoin de rappeler les critiques odieuses dont elle a fait l’objet tout au long de la campagne. Elle a toujours tenu bon, a maintenu son rythme (débats participatifs puis mise en œuvre et diffusion du pacte présidentiel) et a toujours su montrer, malgré les chausse-trappes la cohérence du pacte présidentiel que l’ensemble des socialistes, des radicaux de gauche et des membres du MRC défendent.

- A l’inverse, on est frappé par l’irritabilité incompatible à notre avis avec les fonctions de Président de la République de ses deux principaux rivaux, sans parler de Jean-Marie Le Pen. Nombreuses menaces à l’égard des journalistes (France 3, Joseph-Macé Scarron, ancien directeur de la rédaction du Figaro-Magazine : « J’ai été démissionné parce qu’ai refusé de tailler des pipes à Nicolas Sarkozy », omerta sur de très nombreux aspects de la vie privée de Nicolas Sarkozy, lui qui se faisait le chantre de la transparence…), accès de rage envers son équipe (voir la rouste de Hortefeux), Nicolas Sarkozy  a montré son instabilité, son incapacité à accepter toute forme de critique. Mais cela ne serait rien si cela le menait à avoir des propos scandaleux comme ceux qu’il a tenu sur nos voisins et alliés allemands : « au moins la France n’a pas invité la solution finale ». Pourquoi ne dirait-il pas de choses pareilles lors d'un Conseil européen ?

- Le prophète de l’extrême-centrisme n’est toutefois pas en reste. Alors que la directeur de rédaction d’un grand journal (Le Monde) appelle à un véritable débat démocratique et que c’est son droit, au même titre que Jean-François Kahn et Marianne ont le droit de soutenir le candidat du centre, François Bayrou s’en prend violemment à ce même journaliste en disant que son élection serait (je cite) la loi de l’ « emmerdement maximum » pour lui (que cela signifie-t-il ?). Sans parler des critiques acerbes à l’égard de tous les membres de son propre parti (et ils sont nombreux) qui n’ont pas daigné soutenir Sa Suffisance. Sûr de lui au point qu'il n'a pas d'équipe, comment M. Bayrou pourrait-il mettre en marche une entité collégiale ?

Ségolène Royal qui a maintenu son cap tout au long de cette campagne, refuse les tractations d’appareil, elle est de cette façon la Présidente de la République sereine mais déterminée dont nous avons besoin.

 

2. Elle sait faire la différence entre la gauche et la droite…


Elle l’a répété ce matin, Ségolène Royal est une femme de gauche qui contrairement à la droite, ne pense pas que seule la libre concurrence permet de régler les problèmes. « La droite n'a pas de principe, au sens où pour ceux qui croient au libéralisme, ils pensent que cette idée de libéralisme va régler tous les problèmes, que seule la libre concurrence va régler les problèmes ». Ségolène Royal ajoute que la gauche a pour objectifs « de concilier le développement économique et le progrès humain, de faire en sorte que les richesses soient mieux distribuées, de maintenir un haut degré de protection sociale qui est menacée par le libéralisme et par la mondialisation ».

 

Elle a appelé « ceux qui pensent que les valeurs humaines dans l'action politique doivent toujours l'emporter sur les valeurs boursières ou financières, ceux qui pensent que l'on peut réformer en profondeur la France sans la brutaliser, que la révolution écologique est une chance à accomplir, qu'il ne faut pas en rabattre que la question éducative (…) et qu'il faut maintenir farouchement les services publics tout en les réformant » à voter pour elle.

 

3. ...tout en sachant renouveler le logiciel de la gauche.

 

Sa capacité à renouveler le logiciel de la gauche est indubitable, c’est pour cela que les militants socialistes l’ont portée à la candidature. Elle a entamé cette mutation par deux axes : la mise en œuvre de la démocratie participative (à laquelle elle croit et qu’elle a mis en pratique depuis 2004 dans sa région – voir ses déclarations à ce moment-là) mais aussi et surtout dans sa promesse de concilier la liberté individuelle, les protections sociales garanties et l'efficacité économique, alors qu' « on a souvent opposé à gauche la protection sociale et l'efficacité économique ». Ses concepts de « donnant-donnant » « gagnant-gagnant » et du refus de l’assistanat ne sont ainsi pas des artifices rhétoriques mais un véritable changement de notre façon de penser.

Si elle renouvelle ce logiciel, certains Français n’en ont pas pris conscience, et ce sont ceux-là, en dehors de l’électorat centriste « classique » de droite, qu’il faut convaincre de ne pas tomber dans la supercherie Bayrou. Les clivages sont importants en démocratie quand ils représentent une « confrontation de projets, des valeurs et des idées ». Nous le savons bien, au Parti Socialiste, où nous respectons les différences, ce qui fait notre force. C’est ainsi que Ségolène Royal, c’est le meilleur de DSK (un réalisme économique, la volonté de réduire la dette et le déficit, l’abandon de l’idéologie punitive du profit…) et de Fabius ( la Charte de la laïcité, l’application de la loi SRU par l’Etat en cas de défaillance des maires…) dans un socialisme moderne définie et incarnée par notre candidate.

 

4. Elle est la seule à proposer un programme de gauche, cohérent permettant de rassembler pour battre le programme de l’UMP au second tour

- Ségolène Royal rassemblera à gauche. Un grand nombre d’apprentis-sorciers souhaitant voter Bayrou mettent en avant le caractère « utile » de ce vote dans la mesure où il pourrait seul battre Sarkozy au deuxième tour. Or, non seulement les fameux sondages ne disent pas ou plus cela mais comment François Bayrou pourrait-il compter sur les 12% de votes cumulés (au minimum) pour Dominique Voynet, Marie-George Buffet, José Bové mais aussi certains électeurs d’Olivier Besancenot et d’Arlette Laguiller ?

Si Ségolène Royal se dit « altermondialiste », c’est parce qu’elle propose très clairement dans le pacte présidentiel de s’attaquer aussi bien au niveau national qu’international à une meilleure régulation de la mondialisation, dans la redistribution des richesses au niveau international (politique de codéveloppement avec l’Afrique notamment) et français. C’est cela d’ailleurs qu’elle partage avec les autres candidats de gauche, cette volonté de taxer davantage le capital que le travail et qui fera d’elle la seule rassembleuse de la gauche au deuxième tour. Elle a su faire preuve dans sa région (interdiction des OGM en plein champ) et dans le pacte présidentiel de sa volonté de faire de l’excellence environnementale un pilier fondamental de son action politique. Les Verts peuvent donc parfaitement s'y reconnaître.  

- Ségolène Royal rassemblera les électeurs du centre-gauche qui souhaitent un socialisme moderne. Ségolène Royal ne cherche pas à tout prix les voix démocrates-chrétiennes qui croient aux « racines chrétiennes de l’Europe », à la réforme de loi Falloux ou sont opposés farouchement à l’entrée de la Turquie dans l’Europe (position de F. Bayrou). Mais Ségolène Royal sera la seule à montrer aux électeurs de centre-gauche un peu déboussolés qu’elle veut mettre en place l’Etat impartial, en finir avec la domination d’un seul parti (pouvoir renforcé de l’opposition au Parlement, dose de proportionnelle, meilleure définition du rôle du Sénat…) pour établir une nouvelle démocratie représentative, appuyée par les démocraties sociales et participatives redéfinies

 

5. Ségolène Royal possède le meilleur programme, pour faire face aux de défis de demain (mais cela vous pouvez le voir sur les autres posts de notre blog)

 

 

Pour toutes ces raisons, nous allons encore diffuser, échanger pendant deux jours avec les indécis et les convaincre que Ségolène Royal est la seule à pouvoir incarner, comme l’a dit José Luis Zapatero hier, le vrai changement parce qu’elle « incarne l'impétuosité personnelle, la fraîcheur de caractère et l'optimisme. Elle représente une autre façon d'être, de gouverner ». Ségolène Royal doit incarner le 6 mai prochain, la France présidente !

 

Jonathan Gindt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

denis carnevali 29/04/2007 22:53

La Présidente
 
Elle est l’espérance qui renaît
Cette envie d’être, d’exister
Ce cœur qui parle aux autres cœurs
Cette voix qui efface la douleur
Elle est ce plus, ce préférable
Ce vrai qui n’est pas une fable
Cette aspiration des français
Qui disent qu’ils en ont assez
Elle est cette mère qui unit
Toutes les races d’un pays
Dans le respect, la tolérance
Elle est la Présidente
 
Elle est cette idée de progrès
Pour un mieux, pour partager
Les compétences et le savoir
Elle est le droit et le devoir
Elle est ce mot de République
Qui rend intègre la politique
Et qui donne aux citoyens
L’envie d’être républicain
Elle est Marianne qui unit
Les communautés d’un pays
Dans le respect, la tolérance
Elle est la Présidente
 
Elle est ce chemin, cette main
Tendue pour aller vers demain
Cette sagesse qui fait penser
Qu’ensemble, on peut tout changer
Elle est cette force, cette passion
De l’humain, de son union
Elle est ce pont, cette écoute
Qui donne l’espoir à nos doutes
Elle est cette femme qui unit
Les démocrates d’un pays
Dans le respect, la tolérance
Elle est la Présidente
 
 
Le 3 juin 2006, auteur : Denis Carnevali
 

John_G 27/04/2007 21:50

@ Nydda, nous avons toujours publié les commentaires, même contraires à nos idées, même défavorables à notre candidate, alors que nous sommes dans l'entre deux tours. Tu pourras le voir sur tous les articles du blog. 1. Je maintiens mes critiques sur certains traits de personnalité de Bayrou et une partie de ses positions, c'est bien pour cette raison que je n'ai pas voté pour lui au premier tour...2. Nous n'avons jamais dénaturé les propos ni de l'un ni de l'autre. J'ai rédigé de très nombreux articles, notamment l'un sur le Contrat Première Chance, qui te montrera toute la différence entre le CPE et cette nouvelle mesure. 3. Le débat démocratique est un débat projet contre projet. Le pacte présidentiel comprend de très nombreuses mesures, le programme de Sarkozy également et nous sommes en désaccord sur de très nombreux projets. Mais Ségolène Royal a déjà dit qu'elle n'était pas pour la caricature. Par exemple, l'autre soir, elle a salué la réussite de la politique du gouvernement en matière de sécurité routière. Or, que fait systématiquement Nicolas Sarkozy, qui gouverne depuis 5 ans, sinon faire croire que tous les maux de la France sont dues aux années Jospin (35 heures, "assistanat"...) ? Ségolène Royal, en proposant très clairement l'ouverture au centre encore ce soir : "ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise" n'est-elle pas la seule à proposer une vraie rupture de l'affrontement bloc contre bloc ? 4. Quant à l'oppression policière, je ne sais pas très bien quoi te dire sinon que l'on sait que c'est la pire des solutions et que S. Royal a été désignée par les adhérents socialistes notamment parce qu'en matière de sécurité, comme tu le soulignais toi-même, elle a pris des positions très tranchées par rapport à certaines idées habituelles du PS. Elle propose par exemple : - la sanction dès la première infraction. Dans ce cas, il y a 80% de chance qu'il n'y ait pas récidive. - la sanction sera proportionnée mais pourra passer par les internats de proximité (pour les élèves turbulents) aux centres fermés jusqu'aux programmes humanitaires encadrés par les militaires- elle n'est cependant pas aveugle sur les causes de la délinquance et sait que le problème est avant tout l'éducation et l'emploi : renforcement des moyens des zones ZEP, carte scolaire aménagée et ateliers de la création d'entreprises... Ségolène Royal a toujours eu cette position, elle soutenait d'ailleurs JP Chevènement, qui fait partie de son équipe de campagne. Entamons la discussion Nydda mais si tu étais convaincue par l'esprit de la candidature de François Bayrou (rénovation de la vie politique, Etat impartial...), je suis sûr que tu peux être convaincue par celle de Ségolène Royal, même si tu n'es pas d'accord sur tout. Ce qui nous rassemble est tout de même plus fort que ce qui nous sépare ! Par ailleurs, ce soir à Lyon et pour la première fois, de très nombreux militants UDF étaient présents dans la salle, écoutant le meeting de Ségolène Royal avec DSK.

nydda 27/04/2007 20:59

je viens de lire pour la modération ^^ désolé, retenez le dernier si possible... Pas de censure par contre ;). Sinon c'est définitivement une voix de droite ! :)

Nydda 27/04/2007 20:58

Je serai relativement laconique et concis; je précise que je ne suis pas un sarkozyste pur et dur, ni un fasciste, ni un pro-américain ni tout ce que vous pouvez imaginer comme caricatures faciles et raccourcis intellectuels (mais ô combien utiles pour argumenter visiblement...)
Les grands discours sont trés jolis mais les propositions imprécises et changeantes le sont moins...
J'imagine que si cet article avait été publié aprés les résultats du second tour, un magnifique paragraphe vantant les points communs du PS et de l'UDF aurait allègrement remplacé celui qui critique Bayrou (pour lequel j'ai voté mais qui prend un peu la grosse tête parfois... je pensais qu'il aurait plus d'humilité même avec ses 18%). On notera que faire un débat avec Bayrou aprés le premier tour semble a priori se justifier en tant que "débat tout à fait normal et démocratique" comme le dit Royal. Mais pourquoi aprés le premier tour? Pourquoi pas avec François Nihous qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers d'électeurs? Les voix Bayrou prennent de l'importance... il s'agit donc d'un calcul électoraliste, au moins en partie? Avouons-le.
Un parti se réclamant, a contrario du parti "ennemi" pour ne pas le citer, de l'harmonie et de la tolérance, qui hurle à tout va que tous ceux qui ne sont pas socialistes sont des fâchos extrémistes (c'est légèrement résumé je m'excuse...) et, pour reprendre les propos de Laurent Fabius (non il n'y a pas de complot de ma part contre lui ou SR...), va même jusqu'à préférer des électeurs du F.N. du moment qu'ils ne votent pas Sarkozy (voir le débat sur TF1...). Le slogan T.S.S. fonctionne bien et est parfaitement martelé, jusqu'à en arriver au lavage de cerveau... (je suis sûr que les jeunes enfants ont une image négative de Sarkozy sans même savoir pourquoi... çà démontre bien la profondeur du débat et des idées avancées...). Mais à force de dire T.S.S., ne prenons-nous pas le risque d'avoir encore pire?
Réfléchissez deux minutes à votre réaction si Sarkozy avait proposé des centres éducatifs renforcés avec si besoin est un encadrement militaire... On n'en aurait pas encore fini... Je ne vais pas parler du CPE. N'existe-t-il plus que des arguments partisans et ad hominem? Dénaturer les propos, les sortir du contexte ou répéter la même chose pendant toute une campagne n'est pas vraiment une solution. Cela démontrerait presque un manque d'arguments et d'idées de fond...
J'ajouterai pour finir que je n'ai jamais connu le PS président du moins pas assez grand; c'est ma première élection. Si cela devait arriver, j'espère sincèrement qu'il saura faire autre chose que critiquer n'importe quelle proposition (ce n'est pas tant la nature des propositions qu'ils critiquent mais le fait qu'elles viennent de droite... toujours ce fameux clivage... quel manichéisme idiot) et proposer enfin quelque chose de constructif plutôt qu'une rhétorique d'un autre âge, même si celle-ci est empreinte de belles intentions...
C'est pourquoi (peut-être changerai d'avis c'est çà la réflexion... pas d'idées arrêtées...) je serai plus enclein à tenter Sarkozy quitte à m'en mordre les doigts plutôt que de connaître presque d'avance les 5 ans qui suivront... Un vote barrage en somme ! Pourquoi?
Parce que j'estime que Royal a autant soif de pouvoir que Sarkozy.
Parce que j'estime qu'une oppression policière vaut encore mieux qu'une dictature de la bonne pensée, de l'hypocrisie et des tabous...
Je finirai que je n'ai pas fait la critique du leader de l'UMP. Ne pas en déduire que je pense que tout est parfait chez lui... Mais cela ne consisterait en rien sur ce site Pro-socialiste, si ce n'est à une pseudo masturbation intellectuelle (un des hobbys des BOBOs).
PS : pas besoin de me villipender c'est une réflexion personnelle, peut-être fausse et bâclée, mais que vous pouvez respecter, du moins je l'espère... Sinon c'est grave :)

ezechiel1033 20/04/2007 21:40

Il paraît qu'à Sciences Po vous avez orga,isé une élection et celle ci aurait donné 48% pour Ségolène....Si c'était comme ça partout elle passerait presque au premier tour.
Aujourd'hui j'étais toute la matinée sur Libétation...grosse discussion au sujet de Jean-Marie Colombani qui a pris position pour Ségolène.
Les Bayrouistes qui veulent nous entraîner dans leur vote et qui pour ça se disent des déçus de la gauche...étaient enragés. J'ai fait quelques petits messages pas piqués des hannetons. Je voulais t'en envoyer mais ils ne se mettent pas bien sur le site
Bonnes élections