Pour Cohn-Bendit, Nicolas Sarkozy exprime une "vision figée" de la société

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Interview parue dans www.lemonde.fr

Nicolas Sarkozy a choisi de clouer au pilori Mai 68. Que lui répondez-vous ?  

Daniel Cohn-Bendit : C'est la preuve qu'il ose dire n'importe quoi. Car enfin, qui était dans la rue en mai 1968 ? Pas seulement nous, les étudiants contestataires. Plus de la moitié de la France s'est alors mise en grève. C'est cela que Nicolas Sarkozy n'accepte pas. Les mots qu'il utilise sont d'ailleurs symptomatiques. Il parle de "liquider Mai 68". Il se comporte en pur stalinien. Alors que les Français veulent se réconcilier, lui s'emploie à exhumer en fin de campagne électorale des rancœurs vieilles de 40 ans !

 

Derrière ce discours, quelle vous paraît être sa stratégie ?

Toujours la même : cimenter le plus possible la droite et l'extrême droite, liées par cette haine commune contre 68. Sa stratégie, c'est d'opposer une classe contre une autre, les bons contre les méchants. C'est n'importe quoi. Quand Nicolas Sarkozy dit vouloir liquider Mai 68, c'est un peu comme s'il disait vouloir liquider le surréalisme! Son programme, c'est la victoire du peuple de droite contre la gauche. C'est la fracture, la confrontation.

Les attaques portées dans son discours de Bercy étaient aussi rudes que précises : pour lui, Mai 68 a tué l'école de Jules Ferry, instillé le cynisme en politique...

Mais l'école de Jules Ferry était en crise en 68 ! La société française tout entière était en crise. Et les défis scolaires auxquels nous devons répondre aujourd'hui n'ont rien à voir avec ceux de 68. La fameuse école de Jules Ferry, dont M. Sarkozy est si nostalgique, avait pour mission d'intégrer les enfants de paysans dans une société industrielle. Alors que l'école d'aujourd'hui bute sur le défi de l'intégration et d'une société multiculturelle. Quant à la pédagogie, tous les spécialistes savent que celle-ci évolue. Le grand pari de 68, peut-être trop audacieux, peut-être erroné, était d'installer l'autorité par le savoir et le contenu. Tout n'a pas réussi. Tout n'était pas parfait. Mais ce que M. Sarkozy exprime, 40 ans après, c'est une vision figée de la société.

Beaucoup de gens, cela dit, attribuent une bonne part des problèmes d'aujourd'hui aux excès de Mai 68...

Qui se souvient de ce qu'était la société française en 68 ? Regardons-la en face : à l'époque, dans les années 60, une femme mariée ne pouvait pas ouvrir un compte bancaire sans demander l'autorisation à son mari. Mai 68 a, pour les femmes, représenté la conquête de la liberté. D'ailleurs, à bien l'écouter, je pense que c'est cela que M. Sarkozy, comme beaucoup d'hommes, ne digère pas. Il ne supporte pas, face à Ségolène Royal, l'autonomie des femmes. Sans doute aurait-il préféré qu'avant d'être candidate, celle-ci demande la permission écrite à François Hollande...

Votre sentiment face aux propos de Nicolas Sarkozy : Tristesse ? Colère ?

Beaucoup de tristesse. Et une part de stupéfaction, lorsque je l'ai entendu dimanche rendre Mai 68 responsable des parachutes dorés ou de la spéculation financière. Là, ça devient fou. Nicolas Sarkozy, au micro à Bercy, devant tous ses copains PDG comme Lagardère, Bouygues et autres, en train de nous accuser, nous, les pauvres c... de 68, d'être responsables de la folie capitaliste actuelle... De la colère enfin. Car, moi, je n'ai pas oublié certains mots d'ordre de ceux qui manifestaient contre nous en 1968. Je me souviens du "Cohn-Bendit à Dachau".

Vous êtes eurodéputé vert. Ségolène Royal vous a chargé d'œuvrer à l'ouverture vers l'électorat centriste. Y êtes-vous parvenu ?

Les électeurs répondront le 6 mai. Je constate que les intentions de vote en sa faveur au sein de l'électorat de François Bayrou semblent progresser. Même si l'audacieux pari de ce dernier me paraît de plus en plus difficile à tenir, au vu du délitement de l'UDF. Je suis convaincu qu'aujourd'hui, une partie importante des Français qui ont voté pour lui sont tristes. Ils avaient cru sortir le centre de la droite et voilà que les élus centristes se précipitent vers Sarkozy. Voir ces parlementaires rentrer ainsi à la niche, ou plutôt dans la cage, est affligeant.

Publié dans Education et jeunesse

Commenter cet article

Félix 02/05/2007 17:29

@ Pierre-Henri
L'objet de mon post et de ma remarque finale nétait pas tant de décrire les parcours des uns et des autres (discutable des deux côtés du spectre politique) que de mettre en avant le côté, à mon avis, ridicule de vouloir refaire le débat 40 ans après.
Ce dont on a besoin, ce n'est pas tant d'hommes politiques là pour nous dire ce qu'il aurait fallu faire avant, ou pour nous assener leur vision du passé, mais bien d'une vision d'avenir (cf. remarque de Néel sur les programmes).
Concernant les gentils et les méchants, l'aspect binaire et manichéen du débat politique n'est pas un des aspects qui me charme le plus. Si bien que quand Sarkozy prend Mai 68 en bloc en disant "C'est mal, tout vient de là", j'ai vraiment l'impression qu'il se prend pour le héros, représentant du bien, de la morale, etc., sur son grand destrier blanc (camarguais), d'un mauvais film de science ficition.

Néel 02/05/2007 16:53

reste que tant qu'on discute de ça on ne parle pas du programme de Ségolene et de celui de Sarko, et c'est la le plus grave à mon avis : pas besoin de s'exciter sur ses délires, il faut revenir sur le fond. J'ai bien aimé le meeting pour ca aussi hier : il a suffi de 2 ou 3 phrases a segolene pour dénoncer les propos de serkozy sur 68 ou l'eugenisme, et elle s'est beaucoup attachée à parler surtout du pacte présidentiel.
enfin bon, acheter un bouquin d'histoire ou un bouquin de socio, ca pourrait lui faire du bien, à notre Sarko national. Mais évidemment, s'il considere que ce sont des matieres qui ne servent à rien... vive le populisme de droite!

grutman 02/05/2007 13:24

@ Pierre-Henri:
On peut arrêter les parallélismes douteux ? L'engagement de Jospin, (et à un autre moment Dray, Cambadélis...) n'a rien de honteux dans le contexte de l'époque: contre le stalinisme du PCF et la sclérose de la SFIO. Je trouve sont choix tout à son honneur, honneur et probité qui seront dans la suite de sa carrière une constante.
En revanche, à une époque où les portes de la droite républicaine étaient grandes ouvertes, le choix des Goasguen, Devedjian et autres Madelin est honteux. Choisir l'extrême droite quand la droite a le vent en poupe, ça en dit long sur ce qui peut en rester aujourd'hui en termes de tournures d'esprit (surtout cette enflure de Goasguen qui serait bien mieux au FN)...

Tefy 02/05/2007 12:00

Je trouve dommageable qu'on préfère débattre de savoir ce qu'était mai 68 plutôt que de ce que sera mai 2008 ou 2009 ou même 2010... etc...

Pierre-Henri 02/05/2007 11:09

@ Félix

On peut aussi évoquer les anciens courants maoistes et trotskystes de certains dirigeants du PS (Jospin par exemple). Il faut arrêter de croire que vous êtes les gentils de tout temps et l'UMP les méchants séculaires.