En avant, tous ensemble !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Ce matin, nous sommes tristes et profondément déçus par les résultats de l'élection présidentielle.
 
Après la très bonne campagne d'entre deux tours qu'avait conduite Ségolène Royal, nous avions eu l'espoir que les rapports de forces s'inverseraient.
 
Mais nous n'avons aucun regret à avoir que ce soit au niveau national, car nous avons fait le maximum entre ces deux tours, ou à notre modeste niveau. Nous avons en effet mené une campagne de grande qualité à Sciences Po.
 
Nous devons partager un certain nombre de constats qui nous seront utiles pour les combats à engager demain, à commencer par celui des législatives.
 
Tout d'abord, la gauche avec le PS doit poursuivre sa refondation, amorcée dans cette campagne, en définissant un socle solide de valeurs qui doivent être la matrice de la gauche. Nous devons poursuivre la définition d'une nouvelle grille de lecture du monde qui nous entoure, d'un nouveau logiciel socialiste.
 
Cet effort a été engagé par Ségolène Royal. Sans doute l'a-t-il été trop tard compte tenu du calendrier alors que Nicolas Sarkozy a disposé de cinq ans pour travailler la société française et imposer ses valeurs et ses thématiques dans le débat.
 
Les résultats d'hier ne sauraient en définitive être imputés à Ségolène Royal elle-même. Elle a fait de son mieux dans un contexte difficile. Nicolas Sarkozy a gagné car il a pu mettre à profit les cinq dernières années pour refonder la droite et imposer son discours dans le paysage politique. Nous n'avons pas eu les mêmes opportunités.
 
Cette campagne a beaucoup plus porté sur les valeurs que sur des thèmes. La reconquête sera donc aussi une bataille pour la réappropriation des mots qui ont été pervertis par l'UMP.
 
L'effort de refondation devra être poursuivi et nous devons espérer que Ségolène Royal continuera de jouer un rôle important dans sa conduite car elle peut porter cette évolution et ce changement.
 
Nous allons désormais devoir nous engager dans la bataille des législatives afin de faire en sorte que Nicolas Sarkozy ne dispose pas des pleins pouvoirs. Mobilisons-nous avec force, circonscription par circonscription !
 
Nous allons devoir être vigilants avec les forces sociales de ce pays quant à la politique qui sera conduite par la majorité. Nicolas Sarkozy est élu avec une forte participation, c'est un fait. Mais tout semble indiquer qu'il compte engager des réformes rapidement. Nous savons à quel point ces réformes peuvent menacer la cohésion sociale et la solidarité. Nous devrons donc être vigilants et nous tenir prêts à défendre nos valeurs si elles sont mises en péril.
 
Vigilance, espérance, détermination, voici les mots qui doivent résumer notre action et nos combats à venir. Notre section sera le cadre de l'engagament de terrain et de la réflexion que supposera cet effort.
 
Nous avons mené d'importants combats jusqu'à maintenant. Nous pouvons être fiers. Nous devons continuer car nous avons le devoir de proposer aux Français et d'opposer à Nicolas Sarkozy une alternative aux réformes qui vont être conduites.
 
Cette nouvelle bataille est devant nous, j'espère que nous serons tous ensemble au rendez-vous pour la conduire.
 
En avant tous ensemble !
 
Bastien Taloc

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article

Sharky 09/05/2007 23:37

Décidément je ne pensais pas être aussi doué pour la voyance express, je vais de ce pas ouvrir un cabinet de Mme Irma.
Mon ex adversaire Néel se rapproche de moi (surtout de DSK voire de Bayrou mais ils sont entre nous deux) à vitesse grand V.
Néel, même tes tentatives de déni finales avec un grand rassemblement d'amour ont du mal à cacher ce coming out droitier? Beurk c'est sale! Bienvenue quand même. 

Néel 09/05/2007 16:09

je ne suis pas d'accor dsur le fait que "le ps centre gauche a perdu donc il faut remettre la barre a gauche" : si je me souviens bien dans une election porésidentielle il faut parvenir à convaincre l'electeur médian (donc aller au max vers le centre) pour l'emporter.
C'est évidemment schématique - un parti, c'est ausssi des valeurs et une voloté d'expliquer pourquoi son approche est la meilleuree (je suis resté idéaliste, excusez moi).
Ou alors c'est completement autre chose, il n'y a pas d'axe gauche droite unique et d'ailleurs sarkozy l'a emporté avec (de tete) les voix de 46% des ouvriers (trop) traditionnellement classés comme votant à gauche.
ou bien encore...
non, david, la réponse n'est pas si simple que "un coup de barre a gauche", ni, d'aillurs, au centre. La refondation (si elle doit se faire) doit etre bien plus profonde, et raisonner avec des clivages est la pire chose qui peut nous arriver. Au PS, mais aussi a la france si elle est condamnée à se taper encore 20 ans de populisme sarkoziste (aille, j'ai laché les grots mots et la caricature - ca fera contrepoids a sharky)

david 09/05/2007 11:33

Trop fort ! Un PS centriste a perdu, et la solution serait... d'aller encore plus vers le centre, voire vers la droite !

La solution n'est ni la gauche du passé, ni la droite actuelle, mais une gauche d'avenir, une gauche qui n'a pas peur de transformer réellement la société, de s'attaquer aux causes des problèmes.
C'est comme ça qu'on peut redonner de l'espoir, pas en se présentant comme entièrement acquis à la société injuste dans laquelle on vit.

Réveillez-vous, ça fait 3 fois de suite que le PS "centre-gauche" perd les élections ! C'est une voie DEJA essayée, et qui a prouvé son échec...

Bastien 07/05/2007 18:07

Je partage entièrement ton point de vue Grutman qui apparait implicitement dans mon post...

drzz 07/05/2007 18:02

"Avec l'élection de Nicolas Sarkozy, la France amorce un tournant néoconservateur de la même nature que celui qu'ont connu en leur temps la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, l'Amérique de Ronald Reagan, l'Espagne de José Maria Aznar ou encore l'Italie de Silvio Berlusconi." Thierry Wolton, Le Figaro, 7 mai 2007

 "Nicolas Sarkozy ne sera pas George Bush. La France veut une révolution néoconservatrice, mais ne veut pas suivre le modèle qui l'a inspirée. Elle désire retrouver son propre génie en se réappropriant une maîtrise de son destin, comme l'ont fait les néoconservateurs américains avec leur propre destin."  Michel Guénaire, Le Figaro, 7 mai 2007

"L'affolement qui gagne les dépositaires de la bonne conscience illustre leur désarroi devant la révolution néoconservatrice qui, portée par les Français, traverse la société." Ivan Rioufol, Le Figaro, 23 avril 2007
VICTOIRE VICTOIRE VICTOIRE VICTOIRE VICTOIRE
http://leblogdrzz.over-blog.com