Après le bouclier fiscal, le bouclier électoral?

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

« Bouclier électoral », la formule de Jean-Marc Ayrault Président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale ne vous aura sans doute pas échappé... du moins si vous avez lu l'encart du Monde daté d'hier!
L'histoire des systèmes de découpage électoraux ou comment obtenir plus de voix en manipulant les modes de scrutin est vieille comme le monde ou plutôt comme la politique. Gouvernements de gauche comme de droite s'en sont allègrement servis mais dans le climat actuel, à l'heure où le gouvernement a besoin de son ancien champion olympique pour se refaire une légitimité, le droit à l'erreur se fait plus rare.

Petit rappel: mardi l'Assemblée nationale devait voter la ratification de l'ordonnance visant à redécouper les circonscriptions législatives, un système vieux de 1986 établi sur la base du recensement de 1982.
- Jusqu'ici tout va bien- 
Le hic c'est le « comment cela va-t-il être redécoupé » et là je vais vous demander de mobiliser vos connaissances en calcul - mais si!... tout ira bien-

Une refonte de la carte électorale implique a fortiori une modification du mode de scrutin afin de prendre en compte le poids démographique des circonscriptions.
La méthode choisie par le gouvernement est celle de la « tranche » ou méthode Adams qui consiste à attribuer 1 siège par tranche et 1 siège supplémentaire par tranche entamée (c'est là que tout se joue)
Cette tranche a été portée de 108 000 à 125 000 or plus le diviseur est important plus cela favorise  in fine les petites circonscriptions.

Une autre méthode dite de Sainte Laguë (par ailleurs j'aimerais bien savoir comment sont choisis les noms de ces méthodes...) arrondit le nombre de sièges attribués à l'entier le plus proche.
Ce qui nous donne:
avec la méthode Adams:
417 sièges pour les 50 départements les plus peuplés et 139 pour les 50 départements les moins peuplés
avec la méthode Sainte Laguë:
430 sièges pour les 50 départements les plus peuplés et 127 sièges pour les 50 départements les moins peuplés
.


Or le découpage prévu par le gouvernement créé de nouvelles circonscriptions « fantoches » au sein des départements majoritairement à droite tout en unifiant plusieurs circonscriptions là où la victoire de la gauche est quasiment assurée... Par ailleurs sur les 238 circonscriptions sur 577 qui sont restées inchangées 45% des membres du groupe UMP ont conservé telles qu'elles leurs circonscriptions contre 35% seulement des élus de gauche... sans compter la suppression de 33 circonscriptions parmi lesquelles 23 de gauche selon l'opposition, 18 selon la majorité... et là rien ne va plus!


Nulle crainte: tout le monde n'y verra que du feu car c'est tellement compliqué que la gauche n'a de toute façon rien à gagner à se lancer dans une bataille de chiffres dont on dira qu'elle se sert pour masquer son incapacité à mobiliser ses électeurs.
Signe toutefois qu'il serait bon d' enseigner très tôt aux électeurs les rudiments de l'analyse quantitative et des enjeux des modes de scrutin....comme quoi savoir « bien » compter parfois ça peut servir!


M.L.

Commenter cet article

Sharky 25/10/2009 15:41


Salut les amis, je vous laisse quelques jours et rien de bien neuf sur la planète PS. Toujours à geindre et à pleurnicher comme vos « zélites » (il est vraiment trop mauvais cet Hamon) et
toujours pas d'idées.
J'ai un peu de mal à suivre l'actualité franco-française car je suis à 6h de décalage horaire mais cela permet de se placer un peu au dessus de la mêlée et ça fait du bien. Dommage que les chinois
n'arrivent pas à vous lire, ça les ferait bien marrer. Tiens d'ailleurs vous feriez bien d'y venir voir un peu, ça vous remettrait peut être certaines de vos grandes idées en place, les voyages
forment la jeunesse dit-on.

Pour en revenir au sujet, votre vision de départ prismée du on nous vole (ce qu'on avait nous même volé), c'est l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Le redécoupage était inéluctable
car la population a changée et bougée, c'est donc le système et la répartition actuels qui étaient biaisés.
Ensuite revenons en caricaturant sur le job de député. Un c'est très couru car c'est le top du fromage, super payé, super retraite, pas trop de boulot (voire pas du tout), un bâton de maréchal pour
les locaux et un argu de poids pour l'élection locale.
Deux, au niveau national, c'est le toutou à sa mémère qui appuie sur le bouton sur lequel on lui dit d'appuyer.
Trois, au niveau local, c'est un job de lobbyiste pour le niveau national. Si tu veux que je te réélise tu te bats rien que pour moi et mes intérêts; ce qui fait que parfois il y a antinomie entre
le job national et local qui fait les petites étincelles qui pimentent notre vie politique.

Pour continuer je vous trouve très démago et rétrogrades d'aller protester contre la perte de députés dans des déserts français et de trouver fantoche ceux par exemple des français de l'étranger,
j'imagine. Ils ne sont pas moins français que ceux de la Creuse, et sans offenser ceux de la Creuse, sans doute bien plus importants (en tout cas bien plus nombreux) pour notre pays que ces
derniers. L'assemblée nationale est censée être une représentation de l'ensemble des français, pas des seules régions et fromages. Alors il est vrai que ces français d'ailleurs éliront un député de
Droite à n'en pas douter, so what? Faites comme eux voyagez, sortez de votre bulle, coupez le cordon de maman Providence, voyez comment ça se passe ailleurs, vous verrez.

Mais à priori ces réflexions de bon sens risquent de passer outre votre petite vision politicarde locale à lire le comptage d'apothicaire et les réflexions stylistico-scolaires qui vous
préoccupent.


M.L. 22/10/2009 11:03


Mea culpa et merci J.L. pour ces précisions! Signe que je devrais me relire la prochaine fois pour cause de lecteurs pointilleux (!) même si l' Assemblée générale est un terme qui ne concerne pas
que les actionnaires...un relent de syndicalisme se sera sans doute faufilé dans cet article...mais merci d'avoir rectifié!


Marie 22/10/2009 10:22


On en est au même point que les E-U au 19ème siècle, tout va bien :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gerrymandering


JR 22/10/2009 00:25


Je suppose que c'est bien l'Assemblée nationale qui doit ratifier l'ordonnance et non "l'Assemblée générale" : l'Etat n'est pas encore tenu par des actionnaires, ouf !
Il y a certainement une erreur de frappe car ce sont 33 circonscriptions et non "communes" que le Gouvernement envisage de supprimer.


Section socialiste de Sciences-Po 26/10/2009 17:42



Coquilles rectifiées! Merci!



M.L 21/10/2009 21:21


Erratum: désolée pour le "personne n'y verra que du feu"...emportée que j'étais par mon indignation!