Aubry battrait-elle en retraite?

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Ban-militant.jpg
Ainsi titrait à un mot près le journal Libération son article sur la décision de Martine Aubry d'engager des négociations sur l'allongement du départ à la retraite: "On doit aller très certainement, on va aller vers 61 ou 62 ans".


La grande dame des 35 heures serait-elle en train de s'incliner sur l'un des terrains les plus glissants de la politique? S'agit-il d'une décision sage, "pragmatique" pour reprendre un mot très à la mode? S'agit-il d'une concession faite au centre et à la droite? S'agit-il d'un recul en termes d''acquis social"? N'oublions que c'était François Mitterrand qui en 1983 avait abaissé l'âge de la retraite de 65 à 60 ans.
Interviewé il y a quelques jours sur l'une des radios de service public, le sociologue du travail Michel Lallement indiquait également que "l'exception française" en matière de départ à la retraite devait être revue.
Derrière le débat technique, certes passionnant, des retraites : allongement de l'espérance de vie, durée de cotisation, financement des retraites, pénibilité au travail, se trouve une question fondamentale, celle du "pourquoi travailler"?
Parce que finalement, toute la question, du moins une grande partie de la question est là et le PS ne doit pas passer à côté.
Mais de quel travail parle-t-on?


Si l'on parle des "profs" alors qu'on ne s'étonne pas de trouver encore dans nos universités les fameux docteurs "honoris causa", ces passionnés qui professent pour certains jusqu'au dernier souffle et pour qui la frontière entre "travail" et "temps libre" est sinon artificielle du moins relativement floue. Les langues pernicieuses argueront aussi du fait qu'il ne s'agit pas d'un métier très "pénible" mais c'est là un autre débat.

Parle-t-on du personnel hospitalier? Il y a de cela deux semaines le gouvernement annonçait que la retraite à 55 ans pour les infirmières ayant des enfants allait devoir être "revue".
Ces personnes n'ont visiblement jamais mis les pieds dans un hôpital, jamais vu les conséquences physiques et mentales d'une nuit de garde par semaine qui jusqu'à il y a encore quelques années n'était même pas compensée par ce que nous appelons aujourd'hui le "repos de sécurité". Et je ne parle pas des médecins, ces grands "privilégiés" qui ayant commencé à cotiser à partir de 25 ans pour les plus chanceux ne partiront pas à la retraite avant 65 ans.
Sont-ils moins passionnés que les autres? Je ne le pense pas, travailler dans la fonction publique hospitalière nécessite une véritable vocation, et ce à tous les niveaux.
A mon grand étonnement, aucune levée de boucliers de la part du PS n'a suivi ces déclarations.

J'aimerais enfin évoquer tous ceux qui travaillent, pour vivre voire survivre, tout simplement.
Qui eux aussi se lèvent tôt mais qui n'éprouvent aucun plaisir aller travailler et peut-on leur reprocher? Quel intérêt à passer des articles devant une borne toute la journée à se faire disputer par des clients pressés sinon de se dire qu'on pourra faire vivre sa famille et envoyer ses enfants à l'école en espérant que jamais ils ne se retrouvent dans la même situation que leurs parents? Ce n'est pas de bon ni politiquement correct mais c'est aussi une réalité: le travail peut n'avoir aucun sens sinon celui de payer son loyer.  

Alors oui nous en revenons à un point crucial qui doit à mon avis guider toute réflexion sur ce sujet : la pénibilité du travail au sens large c'est à dire celle qui inclut ce que l'on pourrait appeler la "fatigue" non seulement physique et morale.

Je pense que Martine Aubry, pour qui j'ai le plus grand respect, cherche à se présenter comme une femme politique "responsable", consciente des "réalités"....et capable de gouverner (d'autant qu'elle bénéficie du soutien de la CFDT qui gagnerait à se replonger de temps en tmeps dans un précis de l'histoire des conquêtes sociales, du 19è siècle à nos jours)

Mais Martine nous ne sommes pas encore en 2012 et si faire des compromis ce n’est pas forcément se compromettre, je pense que le signal envoyé par le PS aux travailleurs n'est pas le bon ... et d'autres à gauche et au sein du PS semblent l'avoir compris.
Je ne doute pas que notre Première Secrétaire soit consciente de l'enjeu de la pénibilité et de la fatigue des travailleurs, elle l'a  d'ailleurs dit et répété, mais pas suffisamment fort et c'est regrettable.
Notre Première Secrétaire est une femme courageuse et elle a raison de se saisir de cette question et d'ouvrir le débat, aussi pour couper l’herbe sous le pieds de la droite, mais sur ce thème, ne serait-ce que pour de basses raisons électorales, il va falloir la jouer plus fine. Un petit coup d'oeil chez nos voisins d’outre-Rhin serait de mise.

ML

Publié dans Point de vue militant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sharky 30/01/2010 09:15


Mea maxima culpa, j'avais indiqué 65 ans pour les allemands alors que c'est 67 ans!

Hueureusement les socialistes français sont là pour faire de la résistance même passive. Tiens j'ai entendu hier que les socialistes espagnols voulaient augmenter l'age de la retraite de 65 à
67ans!!! On n'est jamais trahi que par les siens.

Comment le PS français va pouvoir tenir droit dans ses bottes sur les 60 ans?
Il va sans doute se réfugier derrière le sondage qui donne une majorité de français en faveur des 60 ans. Mais dans ce cas il va falloir leur dire et leur expliquer que leur taux de remplacement ne
dépassera pas 25% ou 30%. On verra s'ils sont toujours d'accord.


aphrodisiaque 27/01/2010 23:14


Bien on note donc que Mme Aubry a commis une erreur en laissant croire qu'elle pouvait envisagée un départ plus tardif à la retraite.Mais maintenant faudrait qu'elle nous explique comment elle
compte résoudre le déséquilibre de l'équation :cotisations=retraites alouées.Une simple approche arithmétique ,allongement de la durée de vie,debut de l'activité professionnelle plus
tardive,périodes d'inactivité due au chomage,ne permet pas de maintenir les choses en l'état et les incantations et les défilés hurlant dans les rues n'y changeront rien.Alors Mme Aubry on augmente
les cotidsations,patronales bien sur enfin sur les entreprises qui restent en attendant de partir vers d'autres cieux.Sur que votre future retraite vous n'envisagez pas qu'elle soit réduite,comme
tout le monde d'ailleurs


sharky 27/01/2010 22:39


@ Déguisement
Effectivement elle est là la vérité et ce ne sont que des mathématiques de base que personne ne peut contredire factuellement sauf au PS!

Vous militez vraiment dans un parti de merde inconscient, irresponsable et inégalitaire au plus au point. Alors que le PS, après un court éclair de raison, s'est vu donné l'opportunité par le gvt
de rentrer dans une reflexion commune responsable, voilà une belle machine arrière toute et on se cache derrière les syndicats.

C'est une HONTE! Vivement que ce parti pourri crève, l'histoire ne retiendra que ses errements, son absence de vision, son manque de courage politique, ses magouilles d'apparatchiks qui ne se
battent que pour eux même sous couvert d'une pseudo défense de la veuve et de l'orphelin, son sacrifice de nombreuses générations pour le bien de quelques catégories protégées.
Reveillez vous les jeunes, le PS vous la met bien profond!
Dans 20, 30 ou 40 ans il sera trop tard, vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer les pauvres.


deguisement 27/01/2010 11:22


Pourquoi s´arreter a 60? Un humoriste (Coluche je crois) disait la retraite a 16 ans...les Inconnus les 35 heures....par MOIS bien sur.
A l´époque on se marrait, bientot on va en pleurer...
Formation jsuqu´a 20 ans, la retraite a 60 (pre-retraite a 55?) et longue vie jusqu´a 100ans. Donc 40 ans productif pour 60ans a charge. Mathématiquement, c´est possible que avec 4 enfants par
famille et 20% du salaire brut qui part dans le régime de retraite. Minimum!
Je voterais pour les politiciens qui diront cette vérité aux francais..les autres ne mérittent pas nos voix!
Citoyens défendez-vous...devant les urnes.


Sharky 27/01/2010 09:41


L'éclair de lucidité et de responsabilité n'aura pas duré bien longtemps. Elle était affligeante de démagogie et de mensonge hier soir, mais bon c'est comme ça le PS. Tout est bon pour gagner des
fromages, deni de réalité et calomnie compris.
Elections quand tu nous tiens!!! Le pire c'est que ça marche.