[Chronique] A la guerre comme à la guerre!

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Au lendemain des célébrations historiques du onze novembre, un constat s’impose : Nicolas Sarkozy n’a, malgré le soutien d’Angela Merkel, pas réussi à raviver la flamme vacillante de sa politique.

Fragilisé par les mutineries incessantes, le Chef d’état major des armées commence à craindre une bérézina électorale. Mais en bon supporter du PSG, il sait également que la meilleure défense, c’est l’attaque. Après le projet de bouclier électoral, il décide donc d’envoyer le fidèle Bertrand, véritable assurance tous risques, étudier les méthodes du Parti Communiste chinois. Mais rien n’y fait, la fière Rama Yade, sabre au clair, rompt toujours les rangs. On lui promet d’ailleurs un brillant avenir aux « anciens combattants ».  Même la fine gâchette Raffarin, encore un peu vexée d’avoir été dépassée par Larcher dans la course au Luxembourg, part en guerre contre la suppression de la taxe professionnelle.          

Heureusement pour le Chef de l’Etat, il lui reste l’ambitieux Besson et sa Légion Etrangère. Il peut également compter sur Dassault, cet élément d’identité nationale, dont le matériel et l’habileté font notre gloire. Que dire d’un homme capable, en distribuant du blé en rafale, de faire élire un homme de paille sans faire de foin ? Rien, si ce n’est que notre économie aurait bien besoin de tels prestidigitateurs.

La France, rappelée à l’ordre par Bruxelles, voit sa dette et son déficit se creuser au point que le trou de la sécu paraisse minuscule face à ce gouffre insondable. Insondable ? Pas si sûr ! Opinion Way pourrait, une fois de plus, faire des miracles et annoncer au chef de l’Etat qu’une majorité de Français pense qu’une bonne guerre, y’a rien de tel pour relancer l’économie.

 

Baptiste S.

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article