Convention égalité réelle

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

 

« Arbre de noël » selon l'aile droite du Parti socialiste, « succession désordonnée de voeux pieux, de promesses intenables et d'allocations sans financement » selon Coppé, la Convention sur l'égalité réelle du Parti socialiste aura fait parler d'elle, déchaînant des commentaires divers et réveillant les divisions au sein du Parti.

 

Certes l'élaboration de ce texte a été pilotée par Benoît Hamon, représentant de l'aile gauche du Parti, mais il n'empêche que toutes les tendances du PS ont été conviées à la réflexion. Martine Aubry, Ségolène Royal, Vincent Peillon, Laurent Fabius ou encore Bertrand Delanoë se sont ainsi impliqués dans sa rédaction et l'ont enrichi de leurs commentaires. N'en déplaise à Valls ou Moscovici, « ceux qui n'ont pas voulu participer à ce travail ont peu de crédibilité à le critiquer » (Martine Aubry), « il y a incontestablement des postures » liées au primaire dans ces prises de position (Benoît Hamon).

 

Toutefois, il est évident que les deux critiques majeures prononcées contre ce texte sont fondées : il lui manque à la fois un chiffrage et une hiérarchisation des propositions. Pour ceux qui ne connaissent pas la Convention sur l'égalité réelle, elle se présente en effet sous la forme d'un recueil de mesures sociales et sociétales anti-inégalité dans les domaines des discriminations, du logement, de l'éducation, de la santé et bien d'autres. Mais, pour reprendre les mots très justes de Ségolène Royal, « ce qui est très important c'est le fond des propositions, le PS est au travail »,  « ce document mérite de continuer à être travaillé, bien évidemment avec des précisions et des chiffrages ». Il constitue une base claire de travail, une ébauche de l'éventail des possibilités d'action du PS sur les inégalités et en aucun cas il ne forme le programme présidentiel de 2012. Ses rédacteurs n'ont jamais eu cette prétention.

 

Pour se plonger rapidement dans le texte, pour ne citer que quelques unes de ses propositions phares, on trouve l'allocation universelles d'autonomie pour les jeunes, conditionnée à un projet de formation, la légalisation du mariage et de l'adoption des couples homosexuels, un salaire maximum des patrons des entreprises et administrations publiques selon une échelle des rémunérations de 1 à 20, l'interdiction du crédit revolving, le droit de votes des étrangers non communautaires aux élections locales, etc... Ce n'est qu'un bref aperçu des 46 pages de mesures efficaces et innovantes !

 

Ce texte sur l'égalité réelle a été soumis à l'ensemble des militants socialistes le 9 novembre 2010. Depuis cette date, la section, à travers un groupe de travail motivé constitué de militants et de sympathisants de la section, a débattu, réfléchi, proposé des amendements pour améliorer cette convention fondamentale. Nous avons accouché des 11 amendements suivants que nous avons ensuite soumis à la fédération de Paris. S'ils sont validés puis adoptés, ils viendront enrichir le texte pour la plus grande fierté de la section :

 

Nous proposons d'affirmer explicitement dans le texte notre opposition à la disparition du Défenseur des Enfants ;

Nous suggérons d'autoriser le cumul des congés parentaux pour le parent célibataire dans le cadre d'une famille monoparentale, point omis par le texte initial ;

Nous incitons le PS a annulé la défiscalisation du soutien scolaire ;

Nous proposons une série de mesures pour réglementer les stages ;

nous demandons la réactivation du droit de réquisition des logements vacants par les préfets ;

Nous suggérons d'allouer l'argent dégagée pour le RSA mais qui n'est pas demandée par ses potentiels bénéficiares à ceux-là même qui ne le demandent pas faute d'information ;

Nous condamnons l'emploi du terme « ghetto » auquel nous préférons substituer « ségrégation socio-spatiale » ;

Nous insistons sur la nécessité de développer le transport maritime et fluvial ;

Nous pensons, contrairement au texte, que le concept de diversité, même s'il est souvent dévoyé, n'est pas « marketing » ;

Nous proposons d'instaurer une sanction dissuasive pour les communes qui ne respectent pas leurs obligations en matière de mise à dispositions de terrains pour les gens du voyage ;

Enfin, nous condamnons dans le texte la création d'un Ministère des droits des femmes et de l'égalité entre les genres.

 

Nous espérons que nos remarques seront prises en compte et que nous aurons ainsi pu contribuer à l'élaboration du projet socialiste pour 2012 dont les conventions définissent les grandes lignes.

 

 

Hugo Lucchino

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc 03/12/2010 15:20


amendement sur la défiscalisation du soutien scolaire par des sociétés commerciales : c'est dans le tuyau mais discrètement. Ca serait maintenu pour les organismes non lucratifs.