Diagnostic : fièvre antidémocratique !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Ban-militant.jpg

Comme la douleur alerte le cerveau d’une menace pour le corps, la parole de certains permet parfois d’alerter la société sur des pratiques qui mettent la démocratie en question. Or, il semblerait que le système nerveux de la France soit en souffrance depuis quelques mois, laissant se répandre des dynamiques pathogènes dans le collectif que nous formons, français et étrangers de métropole et d’outre-mer.
 
Trop d’accoutumance et nous voilà endormis, engourdis face à ce qui devrait nous révolter. Cela commença un jour par l’alliance au sein d’un même ministère de la notion d’immigration et de celle d’identité nationale. Suspect, vous en conviendrez, comme si l’immigré portait atteinte à une identité arrêtée… Cela continua par l’officialisation de la nomination du président de France Télévisions et de Radio France par le pouvoir politique, pour ainsi dire l’Elysée. Certes, cette pratique existait avant Nicolas Sarkozy ; cependant, s’il fallait modifier quelque chose en la matière, il eut été plus judicieux de l’arrêter (en organisant par exemple la nomination à ces mêmes postes par le Parlement), non de l’assumer, et donc de la rendre acceptable au nom de la transparence. Ce n’est pas parce qu’il ne suscite plus gêne et secret, que ce lien étonnant entre média, public certes, et pouvoir en est plus noble. Pour autant, il ne semble pas que l’indignation populaire fut en mesure de rappeler nos gouvernants aux principes qui nous guident.
 
D’autres épisodes s’en sont suivis. Scénarios et acteurs n’ont pas manqué. La politique du chiffre en matière d’immigration, assimilant l’individu à une simple donnée statistique connut un succès d’audience remarquable. Car si dérisoire que cela puisse paraître, cette dynamique a des conséquences sur le concret. Point de problème moral à renvoyer des chiffres dans leur pays en guerre, ligotés, envoyés dans l’avion à l’horizontale. En revanche, si la priorité est donnée à la personne sur le chiffre, alors celui-ci ne peut être qu’indéterminé, et la reconduite à la frontière peut s’effectuer dans le respect de la dignité humaine. Cela ne signifie pas « 0 régulation», avec le seul consentement des personnes concernées, mais « régulation digne ». Cher docteur, on constate une absence de réponse aux stimuli.
 
Lundi prochain, le 25 janvier 2010, un nouvel opus sera diffusé sur TF1. Sans doute frustré d’affronter un David Pujadas, pourtant fade au regard des saisons précédentes, Nicolas Sarkozy recevra seule la journaliste Laurence Ferrari, qui ne sera, cette fois c’est sûr, plus gênée dans son entreprise d’allégeance. Je ne crois pas qu’il soit polémiste d’imaginer que les questions auront pour unique but de mettre en avant le président de la République. Comme dans les meilleurs shows, nous aurons droit à l’apothéose : Nicolas Sarkozy, dix français, Jean Pierre Pernaut. Casting idéal pour une propagande réussie. Les français ne seront bien évidemment pas choisis au hasard, et seront acquis d’avance à la cause de leur interlocuteur. Les mesquins ne sont pas ceux qui le pensent, mais ceux qui osent nous affirmer le contraire. Jean Pierre Pernaut jouera quant à lui le parfait modérateur. Le journaliste dont le JT va au plus près des français, n’est pourtant pas connu pour son objectivité lors de ses commentaires face au prompteur. Non seulement on nous présentera un spot de campagne, mais en plus, on nous le présentera comme un exercice politique. Double dose à avaler pour la démocratie, la transparence (que Nicolas Sarkozy nous vante tant), et bien sûr nous autres, concitoyens.
 
Qu’a-t-il à nous dire ce président, un mois à peine, après ses vœux télévisés ? Le plus gênant dans l’histoire est sans doute le fait que l’intervention du président ne soit plus soumise ni aux calendriers symbolique ou politique (comme l’appelle un référendum ou une élection présidentielle), ni au pluralisme ou à l’adversité journalistique. Nous aurons lundi prochain, la prise en main par le pouvoir politique d’un média majeur, de la domination du premier sur le second, sans aucun contre pouvoir… et sans aucun complexe. C’est inédit depuis la fin de l’ORTF. Cela constitue une preuve tangible de recul de la démocratie.
 
Mieux vaut prévenir que guérir, Roselyne Bachelot l’a bien compris. C’est pourquoi il convient de crier gare, avant qu’il ne soit trop tard. Trop de signes témoignent d’une lente et silencieuse maladie qui attaque la liberté, l’équilibre des pouvoirs (déjà malmené par la cinquième république). Ne soyons pas munichois au motif que rien n’est encore devant nos yeux. C’est maintenant qu’il faut réagir. Déjà, annihilés, nous repoussons les limites de l’acceptable. Je ne parle pas ici d’orientation politique, qui constitue un autre débat, mais de pratique du pouvoir.
 
Avant que la fièvre autoritaire nous mette en danger, et nous prive de moyens de discernement, il nous faut la dénoncer pour qu’elle ne puisse plus avancer cachée. Le vaccin a pour but de révéler au corps les antigènes de la maladie, pour que celui-ci produise ses moyens de défense avant que la vraie pathologie ne l’envahisse. Internet me semble être la plus efficace des aiguilles dans les mains des citoyens. Cela ne dispense pas les recherches pour un vaccin à la rose, que j’espère rapide, juste et efficace.
 
Timothée L

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article

Tu le sais je suis de l'UMP 25/01/2010 19:14


Bonjour, je suis de l'UMP est bien évidement (mon engagement politique le prouve) attaché à la démocratie. Cela dit mon petit Timothée (tu me permets de t'appeler ainsi) je pense que tu exagères
sur les dangers qu'encours la démocratie. Je suis d'accord avec le fait que peut être que ce soir le débat aurait aussi pu être retransmis sur France 2 cependant comme a bien dit Stéphane Paoli sur
BFM il y a quelques minutes un président qui prend la parole ou qui se fait interviewer est toujours critiquer: les journalistes ne sont jamais assez bien, la chaîne est toujours mal choisi et les
intervenants sont toujours "achetés". Il faut, je pense, avant de crier au scandale et au danger qu'encours notre démocratie voir l'intervention et ensuite se permettre de juger et faire des
remarques sur le fond comme la forme. Pour finir je te renverrais aux pratiques des autres présidents sous la Vème qui on le sait ont fait pire (ce qui on est d'accord n'excuse rien mais incite sur
une réflexion de la fonction et de la pratique présidentielle plus que la pratique d'un seul président à certain moment... Moment qui arrange le PS par ailleurs car comme l'a fait remarquer Paoli,
si Martine Aubry était interrogée par 10 Français sur TF1 je ne pense pas que vous auriez fait un tel "buz" autour de cette histoire et que les rôles auraient été inversés).
Cela dit je pense toujours à me mettre la rose au cul même si elle pique.
Bien cordialement :p


Les Bisounours extremistes 25/01/2010 12:41


Brève nouvelle de l' Afrance


Sept trains ont été dévastés alors qu’ils se trouvaient à l’arrêt dans la gare de Nice. Inventaire des dégâts : cent soixante-dix vitres brisées, des extincteurs vidés dans les couloirs, des
miroirs en miettes, des cloisons défoncées.

http://www.fdesouche.com/articles/95384/


Saint-Nazaire : une femme enceinte assassinée
25 janvier 2010, 10:53 | Auteur : Sanglier | | |

Tout serait parti d’une dispute. Yassine Khaloir n’aurait pas supporté d’être quitté par sa compagne Marina Lebeau, raconte Presse Océan. Selon ses premières déclarations, il aurait été pris d’un
accès de colère, aurait frappé la jeune femme avant de prendre la fuite.


http://www.fdesouche.com/articles/95414/


Les Bisounours en folie 25/01/2010 01:35


Le Parti Socialiste du Nord a organisé un point presse pour rappeler que la langue arabe est devenue incontournable et qu’il faut pouvoir la proposer comme première langue vivante dès le
collège.

http://www.fdesouche.com/articles/95340


Les Bisounours en folie 25/01/2010 00:46


" La politique du chiffre en matière d’immigration "

mmmh , disons la politique à 2 chiffres pour être plus précis ..


Les Bisounours en folie 25/01/2010 00:33


" Cela commença un jour par l’alliance au sein d’un même ministère de la notion d’immigration et de celle d’identité nationale. "

Bien d'accord avec l'auteur .

Comment se foutre de la gueule du monde en parlant

"de ministère de l'invasion ET de l'identité nationale " ??

Ca aurait plus honnete et logique de parler

"de ministère de l'invasion OU de l'idententité nationale "

non ??