La Coopol versus les Créateurs de possibles : une victoire jouée à l’avance

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Ban-militant.jpg

Le début de l’année 2010 a donné lieu à l’ouverture de deux sites communautaires : l’un pour le PS, appelé la Coopol, pour « coopération » ou « coopérative » et « politique », et l’autre pour l’UMP, nommé poétiquement Créateurs de possibles. Mise à part la date d’ouverture des sites, ces derniers n’ont rien en commun. Alors que la Coopol recherche à créer une dynamique de communauté puissante, le site Créateurs de possibles ne donne à voir qu’une démonstration de marketing politique frôlant l’hypocrisie et le ridicule.

coopom.jpgLe projet de la Coopol a été particulièrement porté par Benoît Thieulin. Ce dernier est le créateur de l’agence Netscouade qui avait réalisé le site Désirs d’avenir de Ségolène Royal. Après avoir essuyé de nombreuses critiques au sujet de ce site, Benoît Thieulin a étudié de près la technique utilisée par Obama pour réussir un site communautaire sans précédent. Le secret de la recette d’Obama est un projet qui correspond parfaitement aux idéaux socialistes : donner le pouvoir aux citoyens. Lors de sa campagne présidentielle, le charismatique futur président américain a réussi à réunir des millions de citoyens grâce à son site communautaire et à en faire des militants efficaces, en leur donnant le pouvoir d’organiser eux-mêmes des évènements visant à gagner des électeurs. Cette technique est très efficace, car elle mène les citoyens à agir localement et librement pour faire élire le candidat. Benoît Thieulin a repris cette idée pour le compte du PS en mettant en place la Coopol. Le but affiché est de donner les moyens aux militants ou citoyens engagés de créer eux-mêmes les moyens de la victoire du PS au niveau local, en restant en contact avec leurs « coopains », avec les évènements du parti ou de leur section, et en organisant eux-mêmes des évènements. La dynamique de communauté est soutenue par des services pratiques rendus aux participants : le site part d’une vision assez pragmatique de ce qui peut inciter les socialistes ou sympathisants à se rejoindre sur le net, en misant sur le fait qu’Internet est un outil devenu incontournable pour les Français lors des élections.

De l’autre côté, Créateurs de possibles sonne comme le slogan de Renault « créateur d’automobiles »… Si seulement il ne s’agissait que du nom, cela irait encore. Après tout, cela rappelle l’affirmation de Nicolas Sarkozy : « Ensemble tout devient possible ». Mais, en naviguant sur le site, vous prenez vite conscience de l’hypocrisie de l’objectif affiché. Fredérick Bénichou, Directeur d’Isobar, l’agence qui a créé ce site, affirme que le but de Créateurs de possibles est d’inviter tous les citoyens à faire des propositions pour changer les choses, au niveau local comme national, et en dehors de tout clivage partisan. Cela laisse songeur, quand l’une des premières « initiatives » ou propositions est de « Dénoncer le scandale de la propagande du PS aux frais du contribuable », qu’elle est postée par « Xavier B. » et accompagnée d’une vidéo assez offensive de Xavier Bertrand… Bel exemple de démocratie participative ! Le seul aspect rassurant, c’est que seulement 27 adhérents soutiennent cette initiative… Malgré tout, en naviguant un peu plus, vous pouvez comprendre que ce site est simplement ridicule. Une autre initiative proposée est intitulée « Instaurer une plus grande reconnaissance des femmes au travail ». Ce sujet semble plutôt intéressant. Mais la surprise est grande quand vous découvrez en ouvrant le lien vers l’initiative qu’elle est illustrée par une vidéo d’une chanson des années 80 : « Femme que j’aime » de Jean-Luc Lahaye.1 La première rime de la chanson est « Femme que j’aime ; t’es comme un soleil ». Je ne commenterai pas plus la niaiserie qui a mené à trouver pertinente cette chanson pour illustrer les inégalités entre hommes et femmes dans le monde du travail. Heureusement encore, seules 27 personnes soutiennent cette initiative. Le site Créateurs de possible ressemble au final à un « coup marketing », qui frôle malheureusement l’hypocrisie. L’UMP qui se veut pragmatique ne peut pas croire sérieusement qu’elle va réussir à mobiliser des citoyens grâce à un tel site. Cela ressemble plutôt à une vaste blague, qui a le seul avantage de créer un buzz médiatique autour de l’UMP. Les Jeunes Populaires en savent quelque chose…

Finalement, la superficialité du site Créateurs de possibles rend service à la Coopol, qui ne peut que paraître plus sincère et porteuse d’un vrai projet. Les chiffres le confirment déjà. Seulement quelques semaines après leurs ouvertures respectives, le site de la Coopol rassemble 12 000 à 13 000 inscrits actifs contre 5 000 membres loin d’être tous actifs du côté du site de l’UMP. La stratégie du PS sur Internet est en marche, et c’est désormais aux socialistes engagés d’en faire une victoire au long terme.

E.L.

1 http://www.lescreateursdepossibles.com/initiatives/Instaurer-une-veritable-reconnaissance-des-femmes-au-travail-56.html

Commenter cet article

Sharky 08/02/2010 08:55


Eh ben dites donc vous êtes tojours à des années lumières de la real politique, ça plane sec. Mais oui vous êtes les plus beaux et les meilleurs.

J'ai bien rigolé à la dernière phrase du deuxième commentaire.
Pour le commentaire ci-avant, c'est l'hopital qui se fout de la charité! Il y aurait pas une "feu" tête de liste qui a disparu au PS parce qu'il était homo? Faites ce que je dis pas ce que je fais!


A. R. 07/02/2010 12:51


A l'UMP, on préfère poster une vidéo de 1982 plutôt que d'aujourd'hui ; à l'époque François Mitterrand n'était président que depuis un an et la gauche appliquait un programme solidaire.
Le choix d'une musique au son et à l'atmosphère caractéristique des années 80 serait-il symptomatique d'une nostalgie inavouée d'un temps où on ne faisait pas de politique bling-bling à coup
d'annonces précipitées, mais où on avait la volonté de mettre en oeuvre un programme nouveau et plus égalitaire?

Nicolas Sarkozy s'était vanté après son élection d'être un président moderne avec un gouvernement paritaire, puisqu'il y avait 7 femmes parmi les 15 ministres. Mais son volontarisme a disparu après
les élections législatives. En effet le gouvernement paritaire Fillon 1 a duré 1 mois, soit beaucoup moins que le souvenir de l'annonce de la parité du gouvernement par le président de la
république, et après que les députés ont été élus aucune composition de gouvernement n'a été paritaire. Sans compter les ministres après d'autres ministres, il y a actuellement 4 ministres femmes
au gouvernement sur 16 ministres au total, soit 25% de femmes. L'UMP a visiblement une conception particulière de la parité.

Alors on peut comprendre qu'à l'UMP on cherche l'inspiration dans un temps passé, quand on ne sait même pas mettre en oeuvre une parité réelle et durable.


Jean-Paul 07/02/2010 10:22


Je trouve que les Créateurs de Possibles est plutôt un succès, sans avoir un discours partisan. La Coopol, pour "essayer de l'essayer" ne sert pas à) grand chose pour les militants ni pour les
politiques. La politique, c'est avoir des idées, les défendre et les mettre en place. Je ne dis pas que les idées défendues sur Créateurs de possibles seront mises en place mais en tout, d'un point
de vue politique, ca a le mérite de montrer l'ouverture et l'action, deux points auxquels les citoyens sont sensibles. Ca me fait c... qu'au PS, on continue à se regarder le nombril en mourrant à
petit feu. Il est temps de réagir !!


Djemaa 06/02/2010 22:13


Bonne fin de semaine à vous tous!Pascal,journaliste.