Le devoir de résistance

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Un ancien membre de la section souhaite dénoncer le virage sécuritaire pris par Nicolas Sarkozy et nous appelle à y résister

 

Face au tournant sécuritaire et xénophobe pris pas le gouvernement de Nicolas Sarkozy, les femmes et les hommes, de toute sensibilité politique, attachés à l’identité de la nation française ne peuvent plus rester silencieux.

Sous couvert de porter un discours de vérité et d’adopter un franc-parler censé rompre avec la longue tradition française de la langue de bois, un certain nombre de personnalités de la majorité n’ont eu de cesse ces derniers jours que de stigmatiser les étrangers comme étant « un problème majeur » en France.

Malheureusement cette attaque au modèle français d’intégration, d’ouverture et de tolérance n’est pas la première. Elle est la dernière en date d’une longue série d’atteintes directes ou indirectes faites à l’identité même de la France. Cette tendance de fond qui caractérise l’action du gouvernement de Nicolas Sarkozy a débuté avec le fameux épisode du Karcher, puis le démantèlement du centre de Sangatte en passant par la plaisanterie à caractère raciste pour laquelle l’actuel ministre de l’intérieur a été condamné par la justice.

Jamais, depuis Vichy, aucun gouvernement, de droite comme de gauche n’avait osé exprimer de façon aussi décomplexée des thèses ouvertement racistes et xénophobes.

Jamais, depuis Vichy, aucun gouvernement n’avait envisagé de mettre en place des lois d’exception comme celle que Nicolas Sarkozy souhaite élaborer à l’encontre des ROM et des gens du voyage.

Jamais, depuis Vichy, aucun gouvernement n’avait envisagé de mettre en place des lois qui permettent de déchoir un citoyen issu de l’immigration de sa nationalité française.

Jamais, depuis Vichy, aucun gouvernement n’avait autant divisé la nation française.

Enfin, jamais, depuis Vichy, les françaises et les français n’ont eu une aussi grande responsabilité de vigilance et de résistance face à la menace réelle que fait peser le gouvernement sur la cohésion de la nation.

Assez d’être traité de gauchiste, de socialo, de droit de l’hommiste, d’utopiste, de bien-pensant, de bobo ou de prolo sous prétexte que quand on est à gauche on n’est pas en prise avec une réalité complexe qui semble s’imposer aux gouvernements comme extérieure et transcendante.

Assez de la malhonnêteté intellectuelle de nos gouvernants qui invoquent les mânes de Jaurès et de Camus pour promouvoir un discours antinomique avec la pensée de ces derniers.

Assez des solutions toutes faites qu’on nous présente comme des évidences et qui font souvent appel aux instincts les plus bas, au premier rang desquels la peur de l’autre que ce gouvernement agite désespérément pour aguicher les électeurs d’extrême droite.

Assez enfin d’une opposition trop silencieuse pour combattre efficacement ces attaques intolérables.

Le temps est venu de sortir de l’ombre et du silence pour tous les partisans d’une France libre de toute xénophobie.

 

Benjamin Lanot

Publié dans Point de vue militant

Commenter cet article

Sharky 05/09/2010 11:22


@ Benjamin Dénonciateur en Chef!

Alors ça y est après cette longue période de disette, vous voilà de retour aux affaires après ces longues vacances méritées. Et puis quelle gros éjaculat de textes d'un coup, ils sont en forme les
petits nouveaux. Heureusement que votre lien était toujours dans mon histo, Sharky is also back pour vous titiller un peu tel le God plaqué Or de Lilianne.

Pour en revenir au sujet, tu m'as fait chialer Ben avec ton texte d'une rare puissance littéraire (j'appelle Pivot, ha plus là?), quel cri, quelle émotion, quelle verité, quelle plume. Du coup tu
me stimules et je vais m'y essayer à mon tour.
Hum hum : « Sur le Mur des Lamentation, Benjamin Lanot, j'écris ton nom! »
Ah ben non, ça le fait pas. N'est pas Eluard qui veux, dommage.

Et puis j'ai moi aussi pris des bonnes résolutions surtout quand je lis : « Assez d’être traité de gauchiste, de socialo, de droit de l’hommiste, d’utopiste, de bien-pensant, de bobo ou de
prolo sous prétexte que quand on est à gauche » Promis je ne traiterai pas de prolo!!!

Par contre toi Vincent j'aurai pu tellement tu es mauvais esprit pour un gars de Gauche. Sans doute un de ces gars un peu trop terre à terre qui ne pense pas assez et regarde un peu trop ce qui se
passe dans la rue comme un français moyen.
Pour que tu comprennes ce que c'est que d'être socialiste aujourd'hui, tu as 3 possibilités :
Grosse Martine : Tu t'offusques, tu dénonces au niveau national et tu fais le ménage de Roms tranquille à Lille.
Sexy DSK : Tu dis que t'es socialo en France et tu égorges les pays les plus pauvres de la planète au FMI
Crazy Sego : Tu couines de temps en temps en attendant ton heure (elle sait pas que c'est fini)
En fait tu dis du mal de tout le Monde (sauf des truands, des voyous, des dealers, des clandestins... y pourraient te casser la gueule!) y compris dans ton camp ça habille et dissimule le
vacuum.

Les idées on s'en fout, il s'agit de faire du pathos, de l'émotion, de faire chialer, de montrer qu'on est les gentils et eux les méchants (surtout Sarkozy l'Antechrist qui veut la fin du Monde)
pour prendre le fauteuil. Les solutions, les propositions, on s'en fout car on sait que même si on y arrive on n'y restera pas, on fera pas de trucs qui vont nous emmerder, on donnera tout ce qu'on
a pas pour faire passer la pillule. On fera juste la chouille et on foutra le bordel pendant 5 ans et les autres pisse froid viendront faire le ménage après. Puis ça recommencera, c'est facile et
fun. En plus on a tous les peoples avec nous. Alors Vincent viens pas nous emmerder avec un programme et des actions concrètes. Si les syndicats ou des assoc foutent le bordel, tu prends ta
banderolle du PS et tu descends dans la rue, ça fait peuple et ça se voit aux infos, repère les caméras.


20-100 09/08/2010 23:32


C'est à dire que je ne remets pas en cause, loin de là, le caractère nécessaire de cette "dénonciation". Mais ça ne suffit pas, ça ne suffit plus.
En fait, ma question est : si les socialistes remportent présidentielles et législatives en 2012, que se proposent-ils de faire ? (Concrètement, j'entends.)
Le débat porté par l'UMP est pourri à la racine, mais on n'y échappera pas. Comment résout-on la getthoïsation sociale et géographique ? Comment aborde-t-on les différentes questions posées par la
délinquance, les trafics de drogues ? Comment restaurer le service public (le vrai, pas les CRS) au coeur de "quartier" qui ont été abandonné par trop de gens depuis trop longtemps ?

Je sais bien qu'on n'aura pas de réponse tout de suite (quel que soit le parti auquel on appartient), mais mentionner une ou plusieurs pistes, et appuyer sa réflexion sur le travail effectué par
les élus du parti (pour le PS, il devrait y avoir du matériel...), ça n'est pas du luxe.

Néanmoins, je suis d'accord pour dire qu'une "dénonciation facile" n'est pas évidente, la preuve, il nous a fallu attendre, pour en avoir de belles, BHL et Rocard. (...)


Sébastien 09/08/2010 09:35


Tu considères cet article comme étant une "dénonciation facile" ? Tes propos tendent à prouver le contraire. Il est de plus en plus difficile, même au sein de la gauche, de dire NON aux
manipulations sécuritaires. Car le problème ne réside pas dans la "réponse" à l'insécurité proposée par Sarkozy mais bien dans le fait d'en faire le centre des préoccupations pour attiser les
peurs. Et à cela, la réponse de gauche ce ne sont pas des "suggestions"... c'est de montrer que ce débat est pourri à la racine.


Vincent 07/08/2010 21:46


Même en étant de gauche, je ne perçois pas l'intérêt de cet article. A la fin, on a envie de dire "C'est très zouli", et puis voilà. Parce que à part deux belles alitérations, et une dénonciation
facile de la politique de N. Sarkozy, il n'y a rien dans cet article.
Pas d'idées, pas de suggestions, pas de remarques de fond ou d'observations techniques : mais merci quand même...