[Régionales] La région Auvergne mobilisée pour le TGV !

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

 

René Souchon n’est pas prêt d’oublier l’adage du ministre de l’Intérieur à propos des auvergnats : quand il y en a ça va, quand il y en a deux c’est là qu’il commence à y avoir des problèmes…

Heureusement, le président du Conseil régional ne s’est pas laissé faire, face à la grotesque tentative de récupération politique orchestrée par les deux auvergnats du gouvernement, Brice Hortefeux et Alain Marleix, lors de l’arrivée symbolique du TGV en gare de Clermont-Ferrand vendredi 20 novembre, prélude au lancement du projet de LGV entre Paris/Orléans/Clermont et Lyon.

Dans le scénario écrit par le sénateur Rémy Pointereau, président de l’association TGV Grand centre Auvergne et par Brice Hortefeux, président d’honneur de l’association, M. Souchon n’était pas convié à la petite fête organisée avec la SNCF et destinée à célébrer les efforts d’un ministre, en quête d’ancrage régional, dans le combat pour le désenclavement de l’Auvergne.

Contraint de revoir la liste des invités, suite à la vive réaction du Président du conseil régional, M. Pointereau a appelé Etat et collectivités locales à « cesser de faire de petits calculs ». Un vœu qui semble surtout s’appliquer au ministre de l’Intérieur, par ailleurs conseiller régional en Auvergne. A en croire Brice Hortefeux, le TGV à Clermont-Ferrand en 2020 c’est lui ! Le ministre pense avoir, enfin, trouver là un moyen de peaufiner son image d’élu local, après avoir longtemps hésité à se présenter au scrutin régional de mars, préférant laisser à son  secrétaire d’Etat aux collectivités territoriales, la tâche d’assumer la claque bien méritée que les électeurs s’apprêtent à donner à la tête de liste UMP.

Car si l’Etat participe à la hauteur du tiers du financement des études de faisabilité du dédoublement par le centre de la LGV Paris-Lyon, inscrit dans le Grenelle I, tout est fait à l’UMP et au gouvernement, pour masquer le rôle des 5 régions (Ile de France, Rhône-Alpes, Centre, Auvergne et Bourgogne) participant elles aussi au financement de ces études, avec RFF, au sein d’un comité de pilotage.

A chaque élection, la droite auvergnate revendique ainsi la paternité du projet, y compris lors du scrutin municipal de mars 2008 à Clermont-Ferrand où la candidate UMP, Anne Courtillé, n’avait rien trouvé de mieux pour faire oublier la faiblesse de son programme que de poser derrière un TGV sur ses affiches de campagne…

Pourtant, si l’Auvergne s’est longtemps trouvée à l’écart des projets de modernisation ferroviaire, c’est en partie à cause du « giscardisme » qui a régné pendant 18 ans à la tête de l’exécutif régional ! C’est avec le basculement de la présidence du conseil à gauche lors des élections de 2004, et l’arrivée à la tête de la région de Pierre-Joël Bonté, décédé en janvier 2006, puis de son successeur René Souchon, que le projet de désenclavement ferroviaire de l’Auvergne est véritablement mis sur les rails. En juin 2008 René Souchon, lance une grande pétition citoyenne « Demain TGV » qui a recueilli plus de 87 000 signatures et a contribué à faire inscrire le projet dans la liste de ceux retenus dans la loi Grenelle 1. Le conseil régional s’est également efforcé de défendre un projet qui vise à concilier ancrage du territoire dans les grands axes de circulation national et développement local, en associant tous les départements concernés par le nouveau tracé, afin de favoriser la circulation au sein de l’espace interrégional Rhône-Alpes-Auvergne, et éviter ainsi les risques de marginalisation de certains territoires éloignés des grandes dessertes ferroviaires.

Loin d’une vision dépassée du développement régional, défendue par la droite, et conçue à partir d’un seul axe reliant un pôle régional à la capitale, le tracé défendu par le conseil régional, vise à intégrer le futur réseau LGV dans un projet plus large, de solidarité et de cohésion entre les territoires périphériques, souvent oubliés et maltraités par les conceptions centralisatrices du gouvernement !


Ar. L.

Commenter cet article

Un clermontois! 04/12/2009 13:24


Oui mais je vous rappelle que M.HORTEFEUX est MINISTRE DE L'INTERIEUR et malheureusement l'attitude de gens de gauche oblige à faire venir des CRS.

Je n'y peux rien si les gauchos n'arrivent pas à se contrôler...


un autre clermontois 04/12/2009 11:23


BH avait déjà fait faire un sondage en décembre 2007 avant les municipales dont une question était "a qui attribuez-vous le plus grand rôle dans le dossier tgv" (j'ai été sondé) et apparemment, le
mauvais résultat du sondage avait conduit à son fameux courage fuyons pour les municipales ; il en est de même pour les régionales et aujourd'hui, force est de constater que l'ump ne recule devant
aucune manipulation grossière car franchement, faire venir un tgv une après-midi, bord de 34 cars de CRS (j'étais à la gare ce jour) pour que le ministre fasse son show c'est ridicule !
Si vraiment BH avait tant de poids que cela dans le dossier, deux après le premier sondage défavorable, pourquoi en sommes nous toujours qu'au lancement des études ? Et si l'Etat et le gouvernement
sont vraiment à l'initiative, pourquoi ne paient-ils qu'un tiers ? La vérité c'est que BH, qui a été vice-président de Giscard, et la droite auvergnate ont tout misé sur les routes et sont des
ralliés du ferroviaire, et aujourd'hui, ils essaient de masquer leur 18 ans d'inertie pour le ferroviaire en auvergne par des coups de comm !
Quand à la fameuse phrase raciste de BH, elle a blessé beaucoup d'auvergnats contrairement à ce que certains disent


Un clermontois 03/12/2009 23:44


On voit que Sciences Po n'est pas en Auvergne! La réalité vu d'ici c'est que c'est plutôt au niveau gouvernemental que se décide le TGV que René Souchon, qui n'a su que créer une minable pétition
qui n'a servi à rien. La posture d'Hortefeux, quoi qu'on en pense, proche de Sarkozy a permis la venue du TGV en Auvergne, c'est indéniable.

Par contre, arrêtez de penser toujours les auvergnats par rapport à la phrase d'Hortefeux, c'est agaçant, sachant que chez nous sa nous passe au dessus de la tête et on ne veut pas avoir une image
de l'Auvergne acoudée à cette phrase!


Dedz 03/12/2009 22:38


Salut,

J'hésite à m'inscrire à science po l'année prochaine ( à paris 8 et science po ).
J'ai 2 questions l'ami :
-Est ce que durant les 3 années de licences tu as eu de l'oral ( en TD ou en exam ) ?
-Est ce que je peux compléter mon diplôme science po avec un de psychologie ?

Merci de ta réponse et merci pour ce blog aussi!


JR 03/12/2009 22:15


Anne Courtillé et sa candidature éclair pour la Ville de Clermont-Ferrand... Pour le coup, une vraie candidature TGV !