Rénovation et confiance

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Rebâtir la confiance est un  chantier qui semble traverser les générations. L’enjeu du délitement du lien de confiance entre les français et leurs élus, entre les français et l’Etat, est une tarte à crème resservie avec constance de part et d’autre de l’échiquier politique au fur et à mesure des alternances. Au fil des années qui ont vu le capital-patience des français être consommé, cette vaste entreprise a pris une forme presque chimérique. L’enchaînement de casseroles du gouvernement actuel, enchaînement qui porté un coup de grâce à une confiance déjà gravement anémique, n’en est que la dernière illustration.

 

Seulement voilà : quand l’écœurement provoqué par les errances du pouvoir est le premier facteur de monté des extrémismes (Marine Le Pen aurait ainsi gagné 7 points à la faveur des dernières affaires), il devient nécessaire de réagir. 

 

Ici, la responsabilité du PS est particulière. Loin d’avoir été neutre dans la détérioration de la confiance des français à l’égard de la classe politique, le PS se doit pourtant de porter la vision d’une action publique exemplaire et rénovée. Sa légitimité en dépend, tout comme l’œuvre de redressement de la confiance. Et force est de constater que le PS se prépare d’ores et déjà à la tâche qui l’attend.

 

En votant samedi dernier son texte de rénovation, le PS a abordé avec originalité le défi de la réhabilitation de la confiance publique. Conscient que le redressement de toute confiance ne se fait pas sans la réémergence d’un espoir crédible, le PS s’est retenu des traditionnelles annonces sans lendemain pour privilégier celle de la réforme institutionnelle ambitieuse mais palpable. Partant du constat qu’un rapprochement du parti avec les réalités de la société française était nécessaire, la rénovation s’est centrée sur trois points: interdiction du cumul des mandats, promotion militante de la diversité (principalement par une stricte parité), et ouverture du parti au peuple français par une processus de primaires. Si certains regretteront une certaine frilosité (on peut penser au processus transitoire pour le non-cumul des mandats), les avancées réalisées restent inédites dans notre pays.

 

Ouvertement, le texte de rénovation envoie deux signaux différents, mais complémentaires. Le premier signal, à travers la diversité, la parité, et le processus de primaires, promeut un PS à l’écoute des réalités sociales en France. Quel espoir pourrait naître d’un parti distant des citoyens ? Le second signal, à travers le texte de rénovation lui-même, et son objectif de non-cumul des mandats, est celui d’une action concrète et efficace. Comme il a été dit, le texte de rénovation touche à l’architecture institutionnelle du PS, dont le caractère concret fait joindre les actes à la parole. Le non-cumul des mandats, quant à lui, est l’affirmation claire d’une volonté d’action efficace dans le cadre des mandats délégués par les français. Une parole se concrétisant en actes n’est-elle pas la base même de toute crédibilité ?

 

Avec son texte de rénovation, le PS s’inscrit donc résolument dans le chantier de reconstruction d’un espoir crédible à gauche, prélude nécessaire au retour de la confiance. A charge ensuite aux hommes et femmes politiques socialistes de transformer l’essai. Et ici, PS se doit d’être vigilant, car c’est certainement le parti dont la crédibilité souffre le plus des espoirs et attentes déçus. Si se vouloir l’avant-garde de l’éthique publique est politiquement porteur, ce rôle implique de lourdes responsabilités, souvent à double tranchant.

 

Pour l’heure, le PS montre cohérence et responsabilité. Il a contribué, lors des débats au Sénat, à démanteler le nouveau statut de conseiller territorial prévu par la loi  de réforme des collectivités territoriales, conseiller territorial qui n’était ni plus ni moins qu’une institutionnalisation du cumul des mandats. Le sénateur PS de Paris, David Assouline, en a d’ailleurs profité pour rappeler que les PS allait dans les prochaines semaines faire une proposition une loi visant à interdire le cumul des mandats et à créer d’un statut particulier pour les élus de petites communes.

 

 

Mais l’horizon des primaires pose de nouveaux défis. Il est ainsi vital pour le PS d’éviter de tomber dans une guerre des chefs qui plomberait, par multiplications des divergences et spirale de surenchères, la crédibilité accumulée. La tentation de la surenchère, fréquente pour le parti se voulant porteur d’un projet alternatif à celui du gouvernement en place, doit aussi être contenue en période de campagne. Le PS doit être scrupuleux du réalisme des propositions qu’il fait. Une élection sur la base de promesses irréalisables mettrait le PS dans une position intenable, et condamnerait tout retour à la confiance.

 

Ne faut-il plus rêver ? Mais en même temps, les rêves irréalisables sont-ils encore souhaitables ? Dans le contexte actuel, lier les paroles aux actes, n’est-ce pas avant tout de lier ses ambitions aux réalités conjoncturelles ? Le PS a déjà fait la moitié du chemin en envoyant des signaux sérieux aux français, ce qui est déjà bien plus que bon nombre de partis politiques français. Il convient maintenant de pousser cette logique jusqu’au bout, de rester cohérent avec soi-même. 

 

 Lucas B

Commenter cet article

Florentino 26/07/2010 12:35


Bonjour

http://www.dailymotion.com/video/x5grf_la-marseillaise-par-roberto-alagna_music
Rouget- de- l’Isle : La marseillaise
Florentino : La marseillaise

Allons enfants par les prairies,
Ce jour voir le printemps arriver
Et briser le joug de la tyrannie
Du vieillard tremblant et gelé. (bis)
Voyez-vous dans la campagne
Fleurir ces précoces mimosas
Ces marjolaines qui vous tendent les bras
Chargés des délices de nos campagnes

(REFRAIN)

Ô charmes des matins,
La beauté des papillons
Marchons ! Marchons !
Avec la nature
Vers de nouveaux horizons !

Amour sacré de la Vie ie ie,
conduis, soutiens nos pas de ta lueur
Humanité, humanité, chérie
La flamme qui anime ton cœur ! (bis)
Il n’est plus tôt, sans retard,
Porte lui secours épargne son sang
Que l’amour de la vie soit dorénavant
Son triomphe et sa gloire!

(REFRAIN)

Ô charmes des matins,
La beauté des papillons
Marchons ! Marchons !
Avec la nature
Vers de nouveaux horizons !


congo 12/07/2010 14:42


http://rutube.ru/tracks/2365481.html?v=d67f43462e0b4e13069dc6e72dde9b20