Travailler plus pour ne rien y gagner

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

"Travaillez plus pour gagner plus, c'est la (nouvelle) loi des prophètes." Sauf que Sarkozy, le prédicateur de la valeur travail, s'est bien gardé de s'étndre sur certaines subtilités du droit du travail. C'est du moins ce qui semble ressortir du communiqué d’Alain VIDALIES, Secrétaire national (du PS) aux Entreprises.

" En pointant les difficultés de mise en œuvre du dégrèvement de cotisations sociales et d’impôt des heures supplémentaires, le député Gilles Carrez vient d’apporter la preuve de la dangerosité et de l’inefficacité de la mesure « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy.

D’une part, ce dégrèvement ne concernerait que les salariés à temps plein, si bien que ceux à temps partiel, qui effectuent des heures complémentaires et non supplémentaires, ne bénéficieraient d’aucun gain de pouvoir d’achat. Pire, selon Monsieur Carrez, les salariés à temps partiel seraient à l’avenir menacés dans leur emploi, dès lors qu’il serait plus profitable à l’entreprise de demander des heures supplémentaires aux salariés à temps plein que de garder ceux à temps partiel.

D’autre part, le principe d’égalité devant l’impôt, auquel doit veiller scrupuleusement le Conseil constitutionnel, s’oppose fermement à ce que les salariés à temps plein bénéficient d’avantages dont seraient exclus ceux à temps partiel. La mesure serait dès lors contraire à la Constitution.

Enfin, le coût total du dégrèvement de cotisations et d’impôt sur les heures supplémentaires dépassant les 4 à 5 milliards d’euros, il est déjà suggéré de plafonner de nombre d’heures dégrevées, voire de ne mettre en œuvre la mesure qu’à titre expérimental.

Ces mises en garde de l’ancien rapporteur général du Budget montrent que la proposition-phare de Monsieur Sarkozy, qui n’a de surcroît jamais été soumise aux organisations syndicales, est à la fois contraire à la Constitution, mensongère à l’égard des salariés, et dangereuse pour l’emploi. Il est encore temps de se rendre à cette évidence"

Si l'on ajoute à cela que les Français sont loin d'etre les moins travailleurs des Européens, cela commence à faire un certain nombre d'approximations. Suivons un moment Guillaume Duval, rédac' chef d'Alternatives Economiques (oui, c'est une bonne revue de gauche sur l'économie), dans un article originairement publié dans Libération il y a quelques semaines.

"Il faut, paraît-il, «réhabiliter la valeur travail». Nicolas Sarkozy en a fait le thème central de sa campagne victorieuse. Il considère manifestement que la paresse actuelle des Français est la cause principale des difficultés que rencontre le pays. Il s'agit là pourtant d'une contrevérité qui aurait dû en bonne logique lui coûter l'élection tant le propos est insultant à l'égard des 22,5 millions de salariés, qui travaillent dur chaque jour, et des 2 millions de chômeurs, qui aimeraient pouvoir en faire autant.

Rien n'est plus faux en effet que ce préjugé tenace d'une France paresseuse : les salariés français figurent au contraire parmi les plus productifs au monde. Selon les chiffres du Bureau des statistiques du travail (BLS), un Français qui occupe un emploi avait produit 71 900 dollars de richesses en moyenne au cours de l'année 2005. C'est certes moins que les 81 000 dollars produits par l'employé américain moyen, mais significativement plus que les 64 100 dollars d'un Anglais, les 59 100 d'un Allemand ou les 56 300 dollars d'un Japonais... Et même en matière de temps de travail, si Nicolas Sarkozy ne se contentait pas de répéter les poncifs que lui soufflent ses amis chefs d'entreprise, il saurait que les salariés français ne sont pas, et de très loin, ceux qui travaillent le moins en Europe. Selon Eurostat, l'organisme statistique officiel de l'Union, un salarié français travaillait en moyenne 36,4 heures par semaine au troisième trimestre 2006. Contre 36,1 dans l'ex-Union à quinze pays. Les Français travaillent presque aussi longtemps que les Anglais (36,5 heures) et significativement plus que les Danois (34,6 heures) dont le modèle social est si envié, ou que les Allemands (34,5 heures) champions du monde de l'exportation. Sans parler des Néerlandais qui ne restent en moyenne que 29,8 heures au travail chaque semaine. Dans l'ex-Europe à quinze, c'est en Grèce (39,9 heures) et au Portugal (39,2 heures) qu'on travaille le plus longtemps. Rattraper la Grèce et le Portugal, est-ce cela l'ambition de Nicolas Sarkozy pour l'économie française ?

Contrairement à ce que laisse entendre le nouveau président de la République, les salariés français ne sont donc pas des paresseux ni les chômeurs de l'Hexagone des profiteurs. Pour autant, il ne fait guère de doute que les entreprises françaises rencontrent des difficultés importantes. Elles sont souvent à la peine sur les créneaux high-tech en expansion et s'en sortent nettement moins bien sur le marché mondial que les entreprises allemandes. Et cela bien que le travail soit sensiblement plus cher outre-Rhin : 33 dollars de l'heure en 2005 pour un ouvrier de l'industrie contre 24,6 en France selon les chiffres du BLS. Si la paresse des salariés n'est pas en cause, ni le coût de leur travail, est-ce que les raisons de ces difficultés ne seraient pas à chercher plutôt en priorité du côté de la tête des entreprises ? Du côté de la faible qualité de leurs dirigeants et de l'inefficacité de leurs modes de gestion ? Quand on observe, par exemple, le gigantesque gâchis que l'incurie d'un Arnaud Lagardère, actionnaire de référence, combinée à la soif de pouvoir d'un Noël Forgeard, a provoqué au sein d'Airbus, on se dit en effet que c'est surtout au niveau de ses élites économiques, de leur recrutement et de leurs habitudes de fonctionnement, que l'économie française aurait besoin d'une «rupture»." 

La méthode du Président est-elle donc la bonne pour "rendre sa valeur au travail", si tant est que cela soit nécessaire? Qu'il nous soit permis d'en douter. Rendez vous les 10 et 17 juin ... pour nous éviter à tous le risque d'une rentrée chaude apres un nouvel été caniculaire.  

Commenter cet article

PAUL 01/06/2007 03:57

@sharkyVous gagnez combien a l'annee?Je voudrais savoir si vous etes dans les egoistes ou dans les sots?

PAUL 01/06/2007 01:16

@sharky et @johnsharky votre argument sur l'egoisme est imateriel de toute maniere: ce n'est pas en prenant de l'argent au salaires que l'on fera baisser le chomage ce qu'il faut c'est ponctionner sur le profit qui ne va pas a la R&D  pour augmenter la masse salariale .Et ne me sortez  pas que cela ferait fuir les investisseurs: si demain les dividendes etaient baissees au niveau de l'europe tous ces sympatiques actionnaires ou iraient-ils trouver un marche de la taile du marche commun? Meme la montee en puissance de la Chine et de L'inde ne leur fournirait pas d'alternative car pour le moment ils agissent en sous-traient de L'ouest:ils produisent beaucoup mais consomment peu ce qui veut dire que la plupart l'argent fait en Chine et en Inde vient au final d'Occident.Si on taxe a la source les investisseurs n'ont nulle part ou aller.  

Sharky 31/05/2007 20:48

We are the World, we are the children....Allez tous en coeur avec John et moi.We are...;-)PS : Toi qui me parlais de dégoulinance émotionnelle, tu y viens aussi brother!

John_G 31/05/2007 17:43

@ Sharky, "nous, ça nous va bien"... ça y est, le coming-out de Sharky enfin. Comme je le pensais, derrière ce pseudo-entrepreneur se cache en réalité Luc Châtel ou feu Valérie Pécresse en tant que porte-parole de l'UMP. Tout ce que propose l'UMP (pardon Sarkozy) est une forme de bénédiction venue du ciel. Sur l'égoïsme des Français, je ne le nie pas, c'est d'ailleurs effectivement une des raions essentielles de la victoire de Sarkozy en plus de la peur (insécurité, immigrés...). Mais justement si on parvient à expliquer, contrairement à la vulgate UMP, qu'un salarié NE CHOISIT JAMAIS SON TEMPS DE TRAVAIL, c'est son patron qui le choisit (relis ton Code du travail et je dirais tes manuels d'économie libérale) ou alors souhaites-tu mettre en place un système autogestionnarie Sharky ? C'est une possibilité tu sais. Pour revenir à l'égoïsme, si l'on arrive à expliquer que le fait que tout le monde travaille est un bien pour tous, chacun peut y voir son intérêt. Et je pense que c'est l'essentiel du message que nous devons passer ou alors souhaites-tu que l'on rentre dans la "pensée unique" que ton caudillo préféré pourfend ?

PAUL 31/05/2007 17:36

@John 1) Si certaines propositions d el'extreme ne pourraient effectivement pas apsser ils ont sont conscients mais soutiendraient le PS quand meme sans demander de contre-partie (le moindre mal pour eux)2) Je crois me rappeler que le report des voix extrem-gauche etait de 90% pas 70% (En fait au Fn c'etait 60% pour Sarkozypeut-etre que tu confonds avec cela).Et ils ont appele a voter Raoyal tout de suite sans rien demander (bon besancenot a dit de voter contre la droite mais c'est pareil).Alors je en vois pas de quoi tu parles.