Pendant que le roi s'amuse...

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

Les Français ont entendu parler de "civilisation", d'auto-satisfaction affichée sans complexes ou encore de "notes" attribuées aux Ministres (article à venir sur ce sujet) alors que leur vie quotidienne est marquée par un pouvoir d'achat toujours en berne, la hausse du prix des matières premières et l'absence de toute dynamique économique.

Puisque l’on parle de notation des Ministres, permettez-nous de suggérer deux critères de notation de Mme Marie-Antoinette Lagarde. Le premier serait le niveau d’inflation (et surtout la capacité à lutter contre la vie chère). Le deuxième serait le moral des ménages, qui conditionne le niveau de la demande intérieure, facteur essentiel de la croissance française. Par charité, on ne prendra pas en compte le niveau de notre balance commerciale, quand on sait que Mme Lagarde depuis trois ans responsable de ce bilan (elle était Ministre déléguée au Commerce extérieur du gouvernement Villepin même si tout le monde l’a oublié) a battu chaque année son record de… déficit.

 

L’inflation heureuse de Mme Lagarde : "faites du vélo, nu et le panier vide !"

 

Notre grande Ministre de l’Economie n’a pas hésité à annoncer ce jour, très tranquillement, du haut de son balcon de Bercy (pour longtemps encore ?), qu'il y aura "plus d'inflation en 2008 qu'en 2007". Rappelons simplement que l’inflation a déjà été assez forte en 2007 par rapport aux années précédentes (plus de 2%) et que surtout, certains produitsV--lo-nu.JPG (enquête réalisée par le Nouvel Obs), parmi les plus consommés par les Français, ont connu une augmentation de 11%. Autrement dit, après nous avoir conseillé de nous surendetter un peu plus, de prendre le vélo, après nous avoir menti, notre grande Ministre de l'Economie nous rappelle, elle a au moins le mérite de l'honnêteté (qui va lui coûter cher), que le gouvernement est définitivement incompétent et que la prétendue présidence du pouvoir d'achat se transforme en gigantesque impuissance, tout au moins sur le plan de l'intérêt général. Heureusement, conformément à votre autre souhait, Mme la Ministre, nous n'avons pas non plus cessé de penser !

Plus terrible encore, après les cadeaux fiscaux inefficaces et injustes de début de mandature, le gouvernement n’a pas hésité à écarter définitivement de la hausse du pouvoir d’achat, notamment les retraités. Alors que le candidat de l’UMP s’était engagé pour une hausse de 25% des petites pensions de retraite, elles n’augmenteront que de 1,1% l’année prochaine, soit moins que l’inflation ! Même si pour des raisons purement électoralistes et grâce à l’action efficace de l’opposition socialiste, les retraités ne paieront pas l’année prochaine la redevance télévisée dont les plus défavorisés étaient exemptés, l’entrée en vigueur de la franchise médicale et la hausse de 4% du prix du gaz va les toucher de plein fouet. Ni les fumeuses heures supplémentaires, ni la pantalonnade gigantesque du rachat des RTT ne vont leur bénéficier (pas plus qu'aux salariés d'ailleurs).


Si le niveau de l’inflation a bien entendu des composantes (hausse du prix du baril notamment) qui échappent au gouvernement français, on rappelle toutefois que des mesures assez simples permettraient de lutter rapidement contre elle :
 
 

  • En soutenant les salariés : le doublement de la prime pour l’emploi, permettant ainsi à cette dernière d’atteindre péniblement les niveaux qu’on lui connaît au Royaume-Uni ou au Pays-Bas. Cela permettrait de lui donner son vrai rôle de lutte contre les trappes à chômage ;

  • En soutenant les retraités : la revalorisation de 5% des petites retraites et des pensions de réversion ;

  • En soutenant les consommateurs : la diminution ciblée de la TVA sur les produits de première nécessité (passer de 5,5% à 2,1%) en négociant avec les entreprises pour que ces marges soient répercutées sur les prix, sous peine de sanction) doit être envisagée. Il faut parallèlement remettre en cause le fonctionnement des marges arrière et instituer un véritable dispositif de class action permettant aux consommateurs de se défendre face aux abus de position dominant, notamment en termes d'ententes sur les prix (grande distribution par exemple) ;

  • En améliorant les conditions d’accès au logement : l’encadrement des loyers par une indexation stricte de l’évolution des loyers sur celle du coût de la vie (ce que ne prévoit toujours pas le programme gouvernemental) ainsi que la stricte application de la loi SRU, sans quoi jamais le nombre de logements nécessaires ne sera atteint et les prix ne pourront ainsi diminuer.

 

 

Le moral des ménages : vous l’avez vu, mon beau « choc de confiance », aussi bien que Villepin !

 

La rupture, une fois de plus ! Selon l’INSEE, le niveau du moral des ménages est au plus bas (-29), niveau atteint juste après les luttes sociales contre le CPE en août 2006. Alors qu’un livre nous rappelle aujourd’hui que Sarkozy proposait un tandem à Villepin pour la présidentielle, on mesure bien à quel point celui-ci aurait finalement eu un sens. Villepin doit en tout cas être d’autant plus jaloux, Sarkozy a réussi à faire aussi mal que lui. Même mieux, Sarkozy est en train de montrer à quel point il n’a pas changé.
 

undefinedDans une analyse parue dans Le Monde, Alexandre Law, chef économiste chez Xerfi déclare : « La dernière fois que le jugement sur l’opportunité d’épargner était aussi durablement élevé remonte à la période 1993-1995, à une époque où l’économie était très vulnérable ». 1993-1995, mais qui cela peut-il bien être ? Nicolas Sarkozy, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, non ? Il avait réussi à l’époque à gripper le seul moteur actuel de la croissance française (la consommation) en incitant à la surépargne, il est en mesure de le refaire !

 

Au vu de ces deux indicateurs, on comprend assez vite, pourquoi Mme Lagarde, qui n’a de cesse de se vanter de sa grande expérience dans le privé, ne s’est pas exprimé outre mesure sur la pertinence de la « notation » des Ministres. En réalité, comme le soulignait Julien Dray hier, c’est avant tout à Nicolas Sarkozy que les Français doivent demander des comptes, le seul qui échappe d’ailleurs à la « notation » qu’il impose aux autres. N’oubliez pas, chers citoyens en tout cas, qu’en démocratie, le meilleur moyen d’infliger une mauvaise note au cancre, cela passe par votre bulletin de vote lors des prochaines élections !

Précisons toutefois que nous ne sommes ni déclinistes ni déclinologues et que nous n'éprouvons aucune délectatation à profiter des exhalaisons du cadavre encore fumant de notre pays. C'est même le sens de notre engagement politique que de faire en sorte que cela ne se reproduise pas trop souvent !

John_G
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

peaceonearth 08/01/2008 22:16

J'ai une question : on ne cesse de parler des 15Mds de cadeaux fiscaux, mais je ne vois pas comment on peut les mesurer actuellement alors qu'il s'agit de réductions fiscales sur des impôts qui n'ont pas été déclarés ni payés ?
Ce n'est qu'une prévision, n'est ce pas donc un abus de langage ?

John_G 08/01/2008 02:40

@ Sharky,

bon écoute tu dois sans doute avoir des chiffres (de ventes au moins) sur les ventes d'Ipod ou d'écrans plasma. On en est à combien, 20 millions pour chaque produit au moins rien qu'en France c'est ça ?

Bon cessons les enfantillages. Si ce genre de cas existe, après la responsabilité individuelle (que je ne nie pas) c'est aussi une responsabilité collective que de proposer des prêts multiples à taux zéro dans tous les sens. Comme il y a des marchands de sommeil, il y a des marchands du surendettement. Et ne donne pas de leçons aux Français, va voir aux US !

Donc la stratégie du PS est loin d'être celle du poissonnier précisément ou alors d'un prisonnier responsable puisque je te rappelle que dans notre programme, la lutte contre le surendettement et les abus bancaires étaient une priorité.

Parallèlement, le pouvoir d'achat, ça se décrète rarement . Sauf que si on 15 mds pour des dépenses inefficaces, on a bien pour financer les mesures évoquées plus haut, non ? Par ailleurs, la croissance mollassone (qui condamne toute élévation du pouvoir d'achat), il n'en est pas responsable Sarkozy c'est ça ? Par contre, le nombre de chômeurs qui baisse mathématiquement en raison du départ des générations du baby-boom, si ?

Sharky 06/01/2008 20:37

Le vrai problème c'est que Ipod, plasma et autres portables sont devenus des produits de "toute" première necessité.
Tous ces gens avec des vrais problèmes de pouvoir d'achat sur des produits de première necessité ont bien souvent un portable 10 fois plus performant que le mien (et leur gamins de 10 ans aussi avec des shocks à 120€ aux pieds), un Ipod que je n'ai pas et un plasma qui prend la moitié de leur salon; alors que je gagne X fois plus qu'eux.

Il est ou le problème? C'est beaucoup un pb d'arbitrage qui relève : ou de la bétise et la tant pis pour eux, ou un choix de vie mais dans ce cas là on ne se plaint pas, ou d'éducation, ou enfin mais ce n'est pas une majorité une vraie pauvreté et ceux là on doit les aider.

La seule solution socialiste est l'approche biblique et unique du poissonnier, Y a qu'à leur filer du poisson (pognon). Mais ça ça résoud les choses sur l'instant, pour une élection mais pas dans le moyen et encore moins dans le long terme. Quel intérêt alors?

Et vous ne dénoncez non plus jamais ces abrutis suréquipés de high tech et qui bouffent des pates sans beurre faute de mieux. Pire, vous contribuez via votre discours deresponsabilisant à les conforter.

Après mettre sur le dos de Pierre, Paul, Jacques, Nicolas tous les malheurs du Monde n'est que démago à 2 balles.

Jean-François 05/01/2008 23:28

L'inflation calculée ne prenant pas en compte le logement et comprenant aussi bien le pain que les téléviseurs, elle ne correspond pas au vécu des citoyens. Alors que la conjoncture économique est morose, ce serait à la politique budgétaire de rétablir la confiance faute de voir la consommation, moteur de la croissance, décliner... ah mais mince, on a filé toute la marge de manoeuvre en cadeaux fiscaux. Effectivement il y a de quoi féliciter Sarkozy et Lagarde...

John_G 05/01/2008 19:24

@ Emmeline,

remarque assez juste même si j'assume le côté militant de ce blog. On n'est pas sur le blog de RCE ici :-)

J'ai toutefois corrigé parce qu'il est vrai que l'inflation n'est pas forte, elle pénalise surtout les plus bas revenus (produits de première nécessité...). D'ailleurs, si Trichet se réveille, ça veut dire qu'il commence à y avoir un problème non ?