C'est proche, mais ce n'est pas de la police de proximité... la grande bouffonnerie sarkozyste n'a décidément plus de limites

Publié le par Section socialiste de Sciences-Po

On croit rêver, on se pince mais malheureusement c'est vrai. Voilà six ans que la droite au pouvoir nous explique qu'outre les 35 heures, le deuxième malheur qui s'est abattu sur la France dirigée jadis par les socialistes, qui a même mis la France "à feu et à sang" est sans nul doute la fameuse "police de proximité".

Plus c'est gros, plus ça passe

40 000 voitures brûlées par an plus tard (20 000 entre 1997 et 2002, ce qui était loin d'être déjà fameux, on en convient...), une violence envers les personnes, notamment les actes les plus graves, en hausse de 20% sur 6 ans et voici qu'on nous explique qu'il faut rétablir la "police de quartier".

 

Rappelons toutefois que même sous cette dénomination, qui était celle du programme de Ségolène Royal, la droite l'a conspuée tout au long de la campagne, jusqu'à cette cette déclaration, encore une, tonitruante, de Nicolas Sarkozy le 29 novembre dernier.

 

 

Toutes les contorsions de langage sont aujourd'hui utilisées par l'UMP pour justifier ce revirement à 180°. Michèle Alliot-Marie, dont on avait oublié qu'elle était même Ministre, n'hésitant pas à se ridiculiser jusqu'au bout, explique que cette fois-ci elle ne veut pas une "fausse" mais une "vraie" proximité.

Alors que tous les gradés étaient le doigt sur la couture du pantalon pour ne pas déplaire aux "idées" arrêtées du grand chef sur la police de proximité, plusieurs rapports sont sortis au cours de la dernière année pour évoquer à chaque fois le nécessaire retour à une forme de police proche des citoyens. Un rapport sénatorial le recommandait dès octobre 2006 de manière générale, un rapport de l'IHES le recommandait encore en novembre dernier concernant le cas particulier de la Seine-St-Denis. Acculée,
la droite n'a plus eu le choix. Mais que de temps perdu !

 

Les ravages de l’aveuglement sectaire

Certains veulent faire passer Sarkozy pour un homme ouvert, totalement dépourvu d'idéologie, en un  mot pragmatique. Le gâchis terrible qu'a créé son entêtement sectaire à supprimer une bonne mesure pour la remettre en oeuvre piteusement cinq ans plus tard et son incapacité à reconnaitre ses erreurs servent en eux seuls à démontrer le contraire.

 

undefinedLes socialistes n’ont jamais défendu de manière idolâtrique la police de proximité. Ils n’en ont jamais fait un totem indéboulonnable. La « police de proximité » a été mûrement pensée, réfléchie. Elle a été définie pour la première fois lors du colloque de Villepinte en 1997. Jean-Pierre Chevènement disait alors la chose suivante :

"La police n'a pas pour seule tâche la répression de la criminalité. Elle doit prendre en compte, de plus en plus, les liens entre cise urbaine, violences et incivilités. On désigne par là des conduites aussi exaspérantes que fréquentes, à la frontière de la délinquance, mais qui échappent aux sanctions pénales et aux statistiques (...); Le travail policier doit évoluer en conséquence : la pyschologie et par conséquent, la formation comptent plus encore que la technologie. Le lien de la police avec la population est essentiel, il faut être familier avec les quartiers.

L'image de la police et son efficacité en dépendant. L'îlotage pédestre est nécessaire. Il ne suffit pas (...). [La police de proximité] implique une capacité à discuter avec les habitants pour définir au plus juste ce qui doit être réprimé et ce qui doit être toléré".


La police de proximité a été d’abord expérimentée en 1999 à 26 départements puis étendue à toute la France. Si elle n’a pas réglé totalement les problèmes réels d’insécurité qui existaient, elle a aussi contribué à assombrir la situation pour le gouvernement, dans la mesure où elle a participé à un retour des Français vers les commissariats, plus enclins à déposer une plainte, forts de cette nouvelleundefined confiance établie avec la police, y compris pour des faits mineurs. La police de proximité avait commencé à faire ses preuves lorsqu’elle a été brutalement interrompue par le retour de la
droite en 2002. Elle devait être améliorée, notamment en matière d’accès à la police nuit et jour, de meilleure association avec des unités spécialisées dans la lutte contre le banditisme et avec les brigades anti-stupéfiants. Le « parachutage » de recrues trop jeunes et trop peu expérimentées a peut-être aussi généré une efficacité moins évidente à court terme. Mais pourquoi fallait-il tout supprimer, tout rayer d’un trait de plume, simplement pour faire plaisir à l’ego d’un Ministre déjà candidat, trop content de pouvoir idéologiser le thème sécuritaire à outrance ?

La volte-face affichée en ce moment serait simplement risible si non seulement elle ne mettait pas en cause la sécurité des citoyens français mais aussi si elle ne s’inscrivait pas dans une série de tango à quatre temps que s’habitue à jouer le pouvoir en place. Faisant preuve d’une improvisation absolument terrifiante, tout et le contraire de tout peut être dit dans la même journée. Des reniements complets, dont nous avons là un bel exemple, sont opérés en un claquement de doigts. Encore 5 ans et c’est sûr qu’ils vont nous expliquer à quel point les 35 heures étaient formidables… Les Français ne doivent pas oublier que des élections approchent et qu’aujourd’hui plus que jamais, on se rappelle bien que Sarkozy est au pouvoir depuis déjà 5 ans et demi, puisqu'il veut être jugé aux "résultats"...

John_G
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BERLUSCONIS 14/04/2008 15:55

14.ANS DE SOCIALISME??14.ANS D'IMMOBILISME??OU LE ROI DES NAVETS??MITTERRAND??NA RIEN FAIT POUR LA FRANCE??CET GRACE A LUI CI NOUS AVONS CETTE RAGAILLE DE BOUGNOULS EN FRANCE??EXACTEMENT COMME EN ITALY??AVEC LES PPAPIS DU SOCIALISME??QUI ON FAIT RENTRER LA RACAILLES??++LES SOCIALISTES VOUS AVEZ UN ESPRIT VEILLOT??ET UN ESPRIT VEILLE FRANCE??VOUS FAUDREZ RELATIVISER QUE NOUS SOMME EN 2008??ET POLUS EN 1900??COMME LA SEGOLENE??QUI DEMANDE LE REMBPOURSSEMENT DE CES FRAIS DE PRODUITS DE BEAUTER??POUR LA CAMPAGNE 2007????LE PS VOUS ETES OBSOLETE??ON LA VUE AVEC CETTE NULITER DE MITTERRAND??ET DE SON FILS PRODIGUE??QUI FESAIS DU RECYCLAGE DARME A LETRANGER??+QU ON FAIT LES SOCIALISTE EN FRANCE POUR LA PAUVRETER??RIEN??POUR L'ENSEIGNEMENT?RIEN??POUR LES OUVRIERS RIEN??POUR LES RETRAITES RIEN?MAIS POUR LES RICHES ILS ON TOUT FAIT POUR QUILS DEVIENNENT ENCORE PLUS RICHES??++?VOILA L'IDEOLOGIE DES SOCIALISTES??ET EN 2008??CET PIRE??ILS SONT TOUJOUR AUSSI NUL LES SOCIALISTES??ET JE NE VOTERAIS JAMAIS POUR LES SOCIALISTES??ILS SONT TROP NUL LES SOCIALISTES??LE GRAND ET FAMEUX PS?DES NULS???MOI QUI SUIT JEUNE VOUS ME DEGOUTEE??AVEC TOUTES VOS MAGOUILLES??DE NUL??+LE PS NA JAMAIS RIEN FAIT POUR LA FRANCE??QUANT ON VOI FABIUS??ET CES CUMULS DE MANDATS??ET TOUS LES AUTRES POLITIQUES DE GAUCHES FONT COMME LUI???VOILA LE PS??VOUS ME DEGOUTEE??/?/?+++

Les Bisounours en folie 16/01/2008 21:35

Les joies de la diversité

Chapitre 1,353,506,639

http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/news/article688118.ece

Les Bisounours en folie 16/01/2008 13:14

Devinez de quel parti est membre Bettina Geysen

http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?t=5&start=2265&sid=108e0aac63710eeca3a3cb50c9b347d3

Le Parti des dhimmis ... pardi .

Les Bisounours en folie 16/01/2008 00:35

“Je vous le déclare nettement : oui, la vérité des faits me conduit à approuver, sans réserve, la riposte de mon ami Paul Mercieca. … Plus généralement, j’approuve son refus de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés … En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leur familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. … La cote d’alerte est atteinte. … C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. … Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. … Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. … Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français. … Quand la concentration devient très importante … la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder. Les charges d’aide sociale nécessaires pour les familles immigrés plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes.”

Georges Marchais

L’Humanité, 6 janvier 1981

John_G 16/01/2008 00:01

@ peaceonearth,

le principe de ce blog, c'est la multiplicité des styles. Et encore une fois, nous ne renions en rien le militantisme.

Mais plutôt que ce genre de remarques, rien à dire sur cette pitoyable volte-face ?